Nintendo à l’E3 2019 : La revanche de la Switch

Poursuite cette semaine du programme spécial E3 sur le blog avec toujours ces publications en décalé par rapport aux semaines habituelles. Après avoir fait le point sur l’ensemble des conférences la semaine dernière, retour ce week-end sur la prestation de Nintendo, plus que remarquée au cours de cette édition 2019 du salon. La firme nippone est en effet arrivée à Los Angeles avec la ferme intention de prendre sa revanche sur l’édition de l’an dernier, qu’elle avait complètement ratée à mon sens, et surtout plein de jeux à présenter pour sa Switch.

Ce que l’on peut dire, à quelques encablures du lancement de ce Nintendo Direct d’E3, c’est que Nintendo va bien dans l’ensemble. On l’a vu lors du bilan financier annuel, les chiffres sont excellents, la Switch maintient à peu de choses près son succès et les jeux se vendent plutôt bien dessus. Tant et si bien que la 3DS a enfin été mise au placard, retraite bien méritée pour la petite console portable et qui a été confirmée lors de cet E3, où aucun jeu n’a été prévu pour elle. La Switch est désormais le socle principal et même unique de la stratégie consoles de Nintendo. Tout passera par elle dans ce domaine. Avec un parc installé de presque 35 millions de machines et pas moins de 187,52 millions de jeux écoulés, on ne peut nier l’excellente forme de la console, même si elle ne rattrape pas l’imposant succès de la PS4 bien entendu (un total de 91 millions de consoles vendus en Janvier dernier). Mais peu importe, à l’évidence Nintendo n’est pas là pour rattraper la concurrence. Non, depuis 2017 et l’arrivée de sa dernière console, la firme nippone est là pour stabiliser sa situation et redevenir, après les égarements dantesques de la Wii U, un acteur incontournable du marché vidéoludique. Pas que l’aura de Big N ait drastiquement faibli durant cette période mais le constructeur s’était isolé par la force des choses. Revenu au mieux de sa forme, avec des résultats qui rappellent presque le doux temps de la Wii d’un point de vue strictement pécuniaire, Nintendo débarque finalement à cet E3 avec une assurance qui ne doit cependant pas masquer les grandes attentes du côté de son public.

Reggie avait de quoi faire la gueule.

Car ce dernier a encore l’E3 2018 en tête et espérait bien, au moment de voir le compte à rebours final pré-Direct s’achever, ne pas revivre la même déconvenue. Oh bien sûr il y avait des choses à se mettre sous la dent comme Daemon X Machina, Fire Emblem ou Pokémon Let’s Go, mais il y avait aussi eu énormément de frustration, au premier rang desquelles celle de n’avoir rien à se mettre sous la dent au sujet de Metroid Prime 4. Annoncé l’année précédente, le jeu était attendu en 2018 mais non, rien de rien, la faute – on l’a su plus tard – a des soucis de développement, lequel fut intégralement repris à zéro et confié à Retro Studios par la suite… Rien non plus au sujet d’Animal Crossing, dont de nombreux échos l’annonçaient pourtant pour l’E3 mais qui ne fut finalement officialisé que quelques mois plus tard, en toute fin du Nintendo Direct de Septembre 2018… Mais le pire restait encore la forme que tout cela avait pris : expéditif sur ses jeux dans un premier temps, Nintendo s’était contenté ensuite d’une bonne grosse demi-heure bien indigeste de présentation du roster complet de Super Smash Bros. Ultimate. Une présentation longue et fastidieuse indigne d’un E3. Tout ceci aurait légitimement eu sa place sur le site officiel du jeu mais absolument pas en conclusion d’un Direct aussi regardé. Bref, à bien y penser, Nintendo a fait preuve, sur l’ensemble du cycle 2017-2018 de grosses erreurs de timingMetroid Prime 4 a été clairement annoncé bien trop tôt, tandis qu’Animal Crossing a été officialisé un peu trop tard. Quant à SSBU, il a fait office de façade pendant tout ce temps. Evidemment, le jeu est excellent mais en matière de communication, il a été l’arbre qui cache la forêt.

Ah, ça… On avait compris hein !

Arrive donc cet E3 2019 et, si vous avez lu mon retour général sur ce dernier, vous le savez désormais : de mon point de vue, c’est Nintendo qui a offert la meilleure prestation lors des conférences et showcases. Depuis 2017, Nintendo est revenu à une formule assez classique, celui qu’on appelait Spotlight fut un temps reprenant désormais les formes simples (mais efficaces) d’un Direct habituel mais en plus long. Exit définitivement donc les essais d’entertainment que furent les séquences de Robot Chicken puis les marionnettes, Big N amène à Los Angeles une vidéo similaire aux deux précédentes mais avec un peu plus de panache cette fois-ci.

C’était mignon, ça m’a mis de bonne humeur et je n’en demandais pas plus.

Mieux rythmé, plus complet, ce Direct avait tout d’une bonne émission sur la forme. Evidemment, on n’est plus vraiment dans les mêmes circonstances qu’à l’époque du regretté Satoru Iwata, lequel avait saisi que Nintendo devait apporter une autre image d’elle-même, plus…divertissante dirons-nous. Et si nous avons ici eu droit à cette petite séquence où Doug Bowser (le nouveau patron de Nintendo of America) rencontre le Bowser de Super Mario, c’est bien le seul vestige qui nous reste de cette époque où les dirigeants de Nintendo, à commencer par son PDG d’alors, n’hésitaient pas à se mettre en scène, sinon à faire preuve d’autodérision. Rest alors une émission certes très formatée mais de laquelle se dégage néanmoins, je trouve, une espèce d’enthousiasme qui manquait cruellement l’an passé. Souvenez-vous (et après on passe pour de bon à ce qui a été présenté cette année), Reggie Fils-Aimé animait le Direct de l’E3 2018 avec un manque d’entrain flagrant et limite gênant qui rendait l’émission presque triste. En nous parlant pourtant de jolies choses comme le fun, la convivialité, le fait de se retrouver tous ensemble pour jouer, le désormais ex-patron de Nintendo of America faisait preuve d’une solennité qui dénotait. Ajoutez à cela le manque de panache des annonces et vous voyez où on arrive…

RIP

Mais cette année, il y a eu de la joie dans le Direct. C’est en tous cas comme cela que je l’ai ressenti. Les quelques intervenants présents avaient l’air au moins contents d’être là, tâchaient de faire le taf, certes sans grand sens de l’entertainment mais avec à la place un sens de l’à-propos qui fait du bien. Cet à-propos, c’est celui – il me semble – d’un constructeur/éditeur de jeux vidéo conscient de la bonne place qu’il a vraisemblablement réussi à conquérir avec sa Switch mais dont il doit encore prouver qu’il est capable de s’y maintenir. Conscient, il l’est également des obstacles qui se dressent en travers de sa route. La Switch étant désormais sa seule arme, Nintendo ne peut plus compter sur la 3DS et son parc installé pour participer activement aux affaires. Il faut donc alimenter la Switch en jeux et ces derniers doivent être marquants. A l’orée de cet E3, la situation en la matière était simple : la carte maîtresse qu’était (et redeviendra) Metroid Prime 4 est remise à plus tard, il faut donc s’appuyer sur les autres licences maison en datant et précisant les différents titres qui n’ont jusqu’ici que fait l’objet d’évocation plus qu’autre chose, tout cela en prouvant que Nintendo conserve la confiance des éditeurs tiers et est à même de proposer un catalogue aussi large que possible. Sur ce dernier point d’ailleurs, Big N a su apporter pas mal d’eau à son moulin au cours de son Direct. Des partenariats de longue date se sont ainsi vus confirmer grâce à diverses annonces qui concernent en premier lieu Square Enix. Le développeur et éditeur nippon est en effet un atout important dans les relations de Nintendo et a sans cesse de nouveaux jeux à amener sur la Switch depuis son lancement. Cette année 2019 ne déroge pas à la règle puis que Square est arrivé dans le Direct avec du nouveau du côté de Dragon Quest, de la série Mana avec Trials of Mana et Collection of Mana, un peu de Final Fantasy, etc… Sans doute gargarisé par le succès de ce qui n’est désormais plus une exclusivité Switch (Octopath Traveler, qui arrive sur Steam), le partenariat Nintendo/Square Enix semble se porter à merveille.

Trials of Mana a l’air magnifique.

Il en est de même avec Platinum Games, qui nous rappelle la sortie prochaine d’Astral Chain (le 30/08), à défaut d’un Bayonetta 3 qui tarde à se révéler pleinement (l’annonce était là encore sans doute prématurée), Platinum montre qu’il maintient sa confiance en Nintendo en lui apportant des jeux à la fois iconoclastes et prometteurs.

Travis Touchdown est de retour !

A ce même titre, on notera également le retour de No More Heroes, après le spin-off intitulé Travis Strikes Again, puis qu’un troisième volet a été annoncé pour 2020. Si cela pouvait leur donner l’envie de porter les deux premiers sur Switch, ce serait formidable. Mais surtout, Nintendo n’a de cesse de se trouver de nouveaux partenaires. Ainsi en va-t-il des relations qui se réchauffent toujours un peu plus avec Capcom puisque Resident Evil débarque sur Switch avec les numéros 5 et 6 (le premier était arrivé il y a peu également). S’il est évidemment dommage de ne pas voir le 7 débarquer sur la console de Nintendo, ce retour de Resident Evil dans le catalogue de Big N reste notable puisque ces trois jeux sont les premiers de la série principale à arriver sur une machine du constructeur depuis Resident Evil: Revelations, sorti sur 3DS en 2012. Netflix fait également son apparition dans le Direct mais absolument pas pour annoncer l’arrivée de l’appli sur Switch : c’est au contraire pour soutenir la promo de son jeu Dark Crystal, inspiré par la série à venir sur le service au mois d’Août.
Mais le gros coup, au rayon toujours des éditeurs tiers, c’est évidemment le portage à venir de The Witcher III dans un Complete Edition. Jeu de l’année 2015 pour de nombreux/nombreuses joueurs et joueuses, plébiscite par la critique, le titre de CD Projekt va donc faire son arrivée sur une Switch dont on image cependant déjà qu’il va lui demander de puiser dans toutes ses ressources pour le faire tourner. Un downgrade est donc à prévoir (on ira même jusqu’à dire qu’il est visible dans le Direct, n’ayons pas peur), de la même manière que Dark Souls Remastered et Skyrim ont chacun fait souffler la console. Mais toutes considérations techniques mises à part, c’est un gros morceau que Nintendo récupère ici et si le succès est de nouveau au rendez-vous pour The Witcher III sur cette machine, il y a fort à parier que ce pourrait être le début d’un partenariat durable. En parlant de cela, plusieurs observateurs ont noté l’absence dans ce Direct d’Ubisoft : aucun doute à avoir cependant concernant le fait que le studio français amènera bientôt un nouveau titre sur la console. Et je ne parle pas de Gods & MonstersWait and see

Geralt de Riv sur Switch, rien que ça.

Bref, tout cela pour dire que Nintendo arrive à maintenir une sorte de relation stable avec les éditeurs tiers et que c’est plutôt vivifiant pour sa console comme pour ses joueurs et joueuses. Ces derniers savent au vu de ce Direct qu’il n’y aura pas que Mario, Luigi ou Link à se mettre sous la dent et c’est essentiel pour ne pas reproduire les égarements de la Wii U, laquelle souffrait -on le sait tous mais j’enfonce le clou – de l’absence de ces partenaires et surtout de ces jeux cultes ou d’envergure qui arrivent ou sont déjà disponibles sur Switch.
Nintendo rassure donc déjà au moins une partie de son public avec ces annonces et bien d’autres (Spyro – Reignited TrilogyMinecraft DungeonsMy Friend Pedro…), lesquelles font autant appel à de petits éditeurs qu’à d’autres plus costauds. La Switch voit ainsi sont catalogue, déjà conséquent, s’enrichir de nouveaux jeux aux horizons variés et qui permettent de disposer d’arguments auprès du plus grand nombre, la console continuant ainsi de se montrer comme une machine pour tous. Tout cela paraît bien logique en toute bonne foi mais c’est un indicateur clair et important quant à la santé de Nintendo et de ses partenariats. La firme japonaise retrouve la confiance des éditeurs tiers et sort ainsi de l’isolement dans lequel la Wii U l’avait un peu entraînée.

Astral Chain sortira le 30 Août prochain.

Ragaillardi donc sur le plan des éditeurs tiers et autres partenaires, Nintendo n’en oublie cependant pas de miser sur ses propres œuvres, bien entendu. L’inverse serait même tout bonnement inconcevable, les licences maison de l’entreprise étant les principaux atouts de cette dernière, pour le moins que l’on puisse dire. Si le grand public achète une console Nintendo, c’est moins pour jouer aux jeux d’EA, Ubisoft ou qui sais-je que pour retrouver Link, Mario, Donkey Kong et tous les autres. Les récents résultats de la firme tendent à le prouver encore une fois par ailleurs, la sortie de Super Smash Bros. Ultimate ayant entraînée une nouvelle envolée dans les ventes de la Switch. Quant aux jeux les plus vendus sur ladite console, eh bien ce sont toujours les mêmes : SSBU, Breath of the WildSuper Mario OdysseyMario Kart 8 Deluxe… Les IP de Nintendo sont des rouleaux compresseurs, ni plus, ni moins.

Le Héros arrivera cet été.

Le dernier en date était donc Super Smash Bros. Ultimate et Big N n’a très logiquement pas oublié de l’évoquer dans ce Direct d’E3 2019. Annoncé dès le lancement du jeu, le contenu supplémentaire du titre se dévoile même d’entrée de jeu avec la présentation du prochain personnage qui rejoindra le roster : le Héros de Dragon Quest. Avec différentes apparences correspondant à différents opus de la saga, le Héros enfonce d’ailleurs encore un peu plus le clou de la relation étroite qui lie depuis bien des années Nintendo à la série Dragon Quest et, par extension, à Square Enix. Annoncé pour cet été, le Héros n’est cependant pas le seul personnage révélé lors de l’E3 puisqu’à la surprise générale, Nintendo en a balancé un autre en fin de Direct. Et là, comment vous dire, ça m’a retourné. C’est aller farfouiller dans ma nostalgie de joueur la plus profonde et ça m’a ravi au plus haut point : Banjo et Kazooie arrivent dans SSBU. Prévu pour cet automne, l’iconique du jeu éponyme développé par Rare pour la N64 revient donc un petit peu dans le giron de Nintendo et le fan que je suis est plus qu’enthousiasmé. J’ai toujours dit que pour me faire acheter un DLC pour SSBU, il faudrait au moins Banjo-Kazooie : c’est chose faite ! Anecdotiquement, cela rappelle aussi les bonnes relations qu’entretiennent désormais Nintendo et Xbox, les deux challengers de cette génération de consoles. Après l’arrivée de l’exclusivité Xbox Cuphead sur la Switch, voilà que la firme de Redmond accepte de nous laisser retrouver ces bons vieux personnages, passés dans son camp à l’orée des années 2000 après deux excellents épisodes sur Nintendo 64. Hélas, cela avait conduit à l’élaboration du très décrié Banjo-Kazooie – Nuts & Bolts, parfaitement oubliable… Enfin je digresse mais je ne peux m’empêcher d’espérer que ce passage de l’ours et l’oiseau dans SSBU puisse donner des idées à ces deux entreprises avec, pourquoi pas, le portage de Banjo-Kazooie et Banjo-Tooie sur Switch ou, plus fou encore, le développement d’un nouvel épisode pour Switch et Xbox !

J’ai attendu ce moment si longtemps !

Mais je m’égare, aussi revenons-en à nos moutons d’origine, lesquels sont donc les fameux rouleaux compresseurs vidéoludiques de Nintendo. En l’occurrence, on nous en avait annoncé un il y a deux ans et c’était Metroid Prime 4. Comme je le disais plus haut, nulle trace du titre dans ce Direct pour d’évidentes raisons que je ne vais pas vous répéter une énième fois. Non, ce que je veux dire c’est qu’en l’absence de cet atout, Nintendo avait tout intérêt à épater pour faire patienter. Et pour cela, le mieux, c’était bien d’insister sur les autres grosses sorties à venir. Ce fut ainsi le cas avec l’imminente arrivée de Fire Emblem – Three Houses, présenté une toute dernière fois de manière assez succincte dans le Direct. Attendu pour le 26 Juillet prochain, le titre profitera sans doute du regain d’intérêt que la série a connu, notamment en Occident, depuis la sortie sur 3DS de Fire Emblem – Awakening il y a déjà 7 ans.

Gluigi permettra d’atteindre des zones inaccessibles pour Luigi.

Derrière cela, c’est évidemment Luigi’s Mansion 3 qui attire les regards. Annoncé pour la fin d’année 2019, le jeu demandait encore à être précisé. Ce fut le cas au cours de cette présentation où l’on nous a ainsi détaillé plusieurs éléments de gameplay mais il manque encore une date. L’absence de cette dernière a d’ailleurs semé le doute chez certains fans mais, à titre personnel, je pense que cela n’est pas spécialement problématique. Tout porte à croire que le développement du titre est déjà très bien avancé et une sortie en 2019, comme prévu, n’est absolument pas à remettre en question. Je reste donc confiant en mon idée que Luigi’s Mansion 3 devrait sortir dans le courant de l’automne prochain, potentiellement pour grosso modo coïncider avec Halloween. Nul doute que la date officielle sera communiquée dans un Direct de fin d’été/début d’automne.
Mais le doute reste permis et c’est un autre jeu qui l’entretient : Animal Crossing. Car, avant de passer aux bonnes choses concernant ce titre, il a lui-même été justement retardé. Initialement prévu pour 2019, sans plus de précisions, le prochain volet de la licence plus zen que zen prend date pour le 20 Mars 2020 (journée internationale du bonheur, notez l’à-propos de la chose). Un décalage de plusieurs mois donc qui en déçoit plus d’un à juste titre (dont moi) mais qui se trouve compensé au cours du Direct par une présentation en long et en large du jeu. Reste qu’avec une annonce de report au cours du Direct, on imagine mal Nintendo en faire deux dans le même coup. D’où la question qui demeure : et si Nintendo n’avait pas annoncé un report pourtant prévu de Luigi’s Mansion 3 seulement parce qu’ils ont déjà eu à révéler celui d’Animal Crossing ?
Difficile de savoir pour le moment mais nous aurons des réponses à ce sujet très vite, ça c’est une certitude. Je  reste en tous cas quasi-sûr que le jeu sortira cette année. Tout d’abord parce que, comme je le disais, le développement a l’air suffisamment avancé et que le jeu était disponible en démo sur stand à Los Angeles puis à Paris lors du Nintendo Paris 2019, dont nous parlerons tout bientôt. Mais le créneau de sortie peut sembler difficile à définir. Non daté à l’heure actuelle, Luigi’s Mansion 3 ne sortira absolument pas cet été. Sachant également que Fire Emblem – Three Houses est annoncé pour le 26 Juillet, Link’s Awakening Remastered pour le 20 Septembre et Pokémon Epée/Bouclier pour le 15 Novembre, les mois d’Octobre et Décembre sont les seuls qui restent pour placer Luigi sans qu’il ne vienne empiéter sur le mois de sortie d’un autre gros titre maison. A voir, nous aurons des réponses bientôt.

Je n’évoque pas spécialement Pokémon ici car, suite au Pokémon Direct de l’autre jour, la seule que nous apprenons dans la vidéo c’est la compatibilité avec la Pokéball Plus.

Pour en revenir en tous cas à Animal Crossing, nous y incarnerons comme toujours un petit bonhomme ou une petite bonne femme mais cette fois-ci, c’est sur une pile déserte que notre aventure commence et nous pourrons (enfin !) choisir la teinte de sa peau, ce qui est tout sauf un mince détail finalement.

Vivement !

Sur notre île paradisiaque, ce sera à nous d’aménager les lieux, l’intérieur comme l’extérieur de notre maison, d’aménager l’île en y déposant du mobilier et en y dessinant même des chemins et allées, etc… Animal Crossing – New Horizons s’annonce donc comme fidèle à l’esprit général de la saga (faites votre vie, profitez du temps qui passe…) mais avec son lot de nouveautés, dont celle non négligeable du craft. Avec un système inédit pour la licence de bricolage, il nous faudra réunir des ressources pour fabriquer divers objets. Quant à ces ressources en question, elles pourront être obtenues par nos propres moyens ou avec l’aide d’autres joueurs. L’aspect multi d’Animal Crossing s’en trouve ainsi développé au-delà de ce qu’il était jusqu’ici et va proposer une sorte dé véritable coopération à base de coups de main bienvenus. Les développeurs nous promettent néanmoins que cela n’entravera pas la progression de celles et ceux qui joueront seul(e)s. Le titre semble donc prompt à élargir les horizons (hu hu) de la série. J’ai en ce qui me concerne, excessivement hâte de m’y mettre, d’autant que cet épisode s’annonce sous les meilleurs auspices !

Les possibilités de personnalisation semblent plus vastes que jamais.

Reste alors le gros morceau : Zelda. La rumeur courait depuis tant d’années mais le voilà enfin : Link’s Awakening va renaître. Alors oui, on le sait depuis quelque temps maintenant, l’E3 n’ayant pas eu la primeur de cette annonce, mais l’arrivée prochaine de ce remaster sur Switch est un ravissement complet.

Le générateur de donjons est la principale nouveauté de ce remaster.

Assez à part dans l’ensemble de la saga, l’épisode Game Boy original dénotait par son univers, son scénario et…à peu près tout en fait. Je vous passe les détails car là n’est pas la question mais sachez que si vous ne connaissez pas ce jeu, vous vous apprêtez à découvrir un Zelda différent (mais néanmoins excellent). Et les images dévoilées lors de ce Direct vont clairement dans ce sens. Au-delà de ses tous nouveaux graphismes, la vidéo laisse aux fans la promesse de revivre la même aventure si originale qu’à l’époque tandis que les moins connaisseurs se voient vendre un jeu aux allures bucoliques et tendres qui va faire le plus grand bien à l’approche de l’automne. Car nous le savons désormais, comme je le disais plus haut, Link’s Awakening Remastered sortira le 20 Septembre prochain ! On notera au passage l’ajout d’un nouveau mode permettant de créer ses propres donjons en employant des espèces de petites tuiles à agencer sur un plan et afin d’aller récupérer des objets bien utiles pour progresser sereinement dans le jeu. J’ai plus que hâte d’y être !

Je suis toujours sous le charme de ce style.

Mais là où personne ou presque n’avait vu venir Nintendo, c’est clairement avec les ultimes images de ce Direct. Reconnaissable dès les premiers instants, l’esthétique de Breath of the Wild appose sa patte sur un inattendu trailer. Zelda apparaît, ainsi que Link, explorant ensemble une mystérieuse caverne. Personnellement, je me suis tout de suite dit : « Ah cool, un nouveau DLC pour le meilleur jeu de 2017, trop bien ! ». Sauf que non, « La suite de The Legend of Zelda – Breath of the Wild est actuellement en développement« . C’est par ces 15 mots succincts que l’annonce est faite : Breath of the Wild 2 arrive ! Alors on ne sait pas quand, bien sûr, mais il est en chemin. Suffisamment en tous cas pour qu’on nous dévoile, deux ans seulement après la sortie du précédent, un trailer complet. Alors évidemment, on se doutait bien que le développement avançait. Chez Nintendo il est de coutume de lancer le travail sur un nouveau Zelda dès lors que l’on vient d’en sortir un, c’est ainsi que ça fonctionne. Surtout, nous avions récemment eu des échos de recrutements en cours pour un nouveau titre de la licence, le tout pour rejoindre les équipes de Monolith, qui a justement contribué au développement de Breath of the Wild à l’époque.

Tellement hâte de retourner en Hyrule !

Mais le fait d’avoir déjà des images et un trailer, dans un tel laps de temps, c’est assez inattendu.
Evidemment, puisqu’il s’agit d’une suite, on comprend que le matériau de base de BotW sera réutilisé pour cette suite à venir, ce qui permet de gagner du temps sur les travaux, comme cela fut le cas avec Majora’s Mask en son temps. Une grande partie des assets sont donc déjà prêts à l’emploi. Et pour le coup, ce n’est pas comme avec Metroid Prime 4, lequel n’avait donné à voir, après tant d’années d’attente, qu’un simple logo sur fond musical. Nintendo n’est pas une entreprise idiote et ils n’ont certainement pas envie de reproduire la même erreur qu’avec le prochain volet des aventures de Samus. S’ils dévoilent des choses de cette manière concernant BotW 2, c’est bien que le travail avance, et qu’il le fait bien. Mais, comme je le disais, Nintendo n’est pas idiot, aussi l’annonce ne stipule-t-elle aucune date même approximative. Ce serait risqué, surtout quand on se souvient combien de fois Breath of the Wild a été repoussé (mais c’était une autre époque, incomparable avec celle d’aujourd’hui pour le constructeur). C’est en tous cas une excellente nouvelle pour les fans, qui savent désormais qu’ils vont prochainement pouvoir parcourir de nouveau cet Hyrule et peuvent déjà imaginer dans combien de temps cela sera possible (je mise de mon côté la fin 2021). C’est également un signe de l’excellente forme de l’entreprise, capable d’amener aussi rapidement sur la table de l’E3 un projet aussi conséquent. En l’état, plein de questions se posent au sujet de ce jeu et de son contenu bien entendu mais les réponses viendront en temps utile et, d’ici là, contentons-nous seulement et simplement de savourer.

____________________

Nintendo sort donc de cet E3 avec pas mal de promesses alléchantes. Si la plupart des jeux qu’ils nous ont présentés au cours de ce Direct nous étaient déjà connus, ils ont su créer l’enthousiasme par la précision. En donnant toujours plus de biscuit à ses joueurs et joueuses, Nintendo a attisé les curiosités et suscité les envies. Des dates, du gameplay, des belles surprises… Le Direct de cet E3 2019 était parfaitement équilibré en plus d’être rythmé et plaisant à suivre. Le simili fiasco de l’an passé semble bien oublié et Nintendo a l’air de regarder avec conviction vers un avenir assez proche qui s’annonce franchement bien. La firme ressort de ce salon en laissant l’image d’un constructeur plein de vigueur et bien décidé à marquer cette génération de consoles de son empreinte. De l’enthousiasme communicatif, voilà surtout ce que Nintendo nous a apporté au cours de cet E3, et ça a formidablement bien fonctionné.

Publicités

Une réflexion sur “Nintendo à l’E3 2019 : La revanche de la Switch

  1. Pingback: Nintendo Paris 2019 : Mario, Luigi, Link et les autres | Dans mon Eucalyptus perché

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.