Nintendo Direct du 8 mars 2018 : A la recherche du temps perdu

Le printemps arrive, les petits oiseaux chantent, les températures se radoucissent et Nintendo balance son premier véritable Nintendo Direct de l’année. Comme toujours. L’incertitude quant à la tenue de cet habituel Direct printanier existait cela dit en raison de ce Nintendo Direct Mini auquel nous avions eu droit en Janvier, certains redoutant même l’absence complète de nouvelle émission jusqu’au mois de Mai ou Juin. Mais bon, Nintendo est à un âge où on ne change plus ses habitudes et le mois de Mars nous a bel et bien apporté son Direct et les annonces qui vont avec.

A quoi s’attendre avant l’émission ?

Quand on suit attentivement les Nintendo Directs comme j’ai pris l’habitude de le faire, on sait une chose : un Direct diffusé au printemps n’est jamais un moment d’anthologie. Et si l’édition 2017 me fait mentir en raison de la très grosse actualité qui entourait le lancement de la Switch et de la nécessité de fournir son catalogue en grosses cartouches, reste qui si on regarde les éditions des printemps 2016 et 2015, le constat est aussi nuancé que je le dis. Des confirmations de jeux, des dates de sorties précises, du gameplay et, parfois, une annonce d’un peu plus grosse envergure. Mais à chaque fois, on avait surtout le sentiment qu’on attendait patiemment l’E3 en nous donnant de quoi grignoter d’ici là.
Néanmoins, plusieurs choses sont à prendre en compte en 2018. Deux en fait : la Switch est d’une autre vivacité que la Wii U et on a eu un mini Direct en Janvier. Dans le premier cas, cela signifie que nous sommes tout à fait en droit d’imaginer des annonces plus enthousiasmantes qu’en 2015 ou 2016, années de presque disette pour les Nintendophiles. Quant au mini Direct, il va aussi dans ce sens en laissant penser que les plus petites informations ont été données il y a deux mois pour laisser place à de plus grosses cartes en Mars. Tout ceci n’était cependant que théorie et, pour ma part, j’ai préféré faire le pari de la sécurité en n’imaginant une seule annonce d’envergure (Fire Emblem pour Switch) et, à côté de cela, les habituelles confirmations et date de rigueur. Une lot d’attentes résumé dans le Bingo Direct ci-dessous !

La 3DS toujours debout !

Ce qui est étonnant en 2018, c’est que du haut de ses 7 ans (!), la 3DS est toujours là. Vieillissante, délaissée par nombre de ses possesseurs, la petite portable de Nintendo n’en finit pourtant plus de voir son catalogue complété avec moult nouveautés dont certaines ont justement ouvert ce Nintendo Direct. Une émission qui comptait d’ailleurs, pour l’anecdote, pas moins de 7 jeux la concernant. Un nombre qui n’a l’air de rien dit comme ça mais qui reste quand même assez fort pour une console avec un tel pedigree.

Détective Pikachu n’a pas l’intention de se laisser marcher sur les pieds.

Je ne m’éterniserai pas sur le cas de la 3DS, l’essentiel du Direct étant ailleurs, mais il est à noter que l’annonce la plus prévisible était bien sûr celle de Détective Pikachu pour ce 23 mars ! Sorti en 2016 au Japon, cet iconoclaste spin off de la licence Pokémon débarque enfin en Occident. Pour la faire simple, il s’agit d’un jeu d’enquête où l’on incarne le jeune Tim en compagnie d’un Pikachu parlant dans la ville de Ryme City, où les Pokémon font de plus en plus preuve de bien étranges comportements. Si les images montrées dans le Direct ne permettent pas vraiment de savoir de quoi il en retournera question gameplay, on peut néanmoins savoir (vu que l’on a deux ans de retards sur nos amis nippons) qu’il s’agit d’un jeu d’enquête où le joueur devra arpenter les scènes de crimes, trouver des indices, rechercher des informations, etc… Les précommandes sont en tous cas ouvertes pour ce jeu qui se verra accompagné d’un nouvel Amiibo Pikachu de pas moins de 13,6 cm de haut. Encore un Amiibo donc mais aucun doute à avoir : il va vite être en rupture de stock.

Ce Direct fut également l’occasion d’officialiser le retour de Wario Ware sur 3DS avec Wario Ware Gold le 27 Juillet prochain ! La plus loufoque des séries de jeu dérivées de l’univers de Super Mario revient donc avec pas moins de 300 mini-jeux au compteur de cette nouvelle édition. Pour ceux qui ne connaîtrait pas Wario Ware, il s’agit d’une série de jeux née sur Game Boy Advance en 2003 et où le joueur est amené à venir à bout d’une longue série de mini-jeux complètement déjantés (pour ne pas dire débiles dans certains cas) qui sont autant de niveaux à passer pour terminer le titre. Ici, les mini-jeux proposeront d’utiliser toutes les fonctionnalités de la console, de l’écran tactile au microphone en passant par le gyroscope. Ça ne casse pas trois pattes à un canard mais c’est toujours drôle.

Si vous aimez les mini-jeux débiles à souhait, vous allez être servis !

Autre nouveauté, Dillon’s Dead-Heat Breakers sur lequel je ne dirai pas grand-chose, si ce n’est qu’il s’agit d’un jeu mêlant action/beat ’em all et tower defense. Une démo sera dispo le 10 Mai, avant un sortie du titre le 25 du même mois. Mais je pense allègrement faire l’impasse en ce qui me concerne.

Le jeu alterne plateformes, phases d’action et combats au tour par tour. Le mélange fonctionne d’ailleurs plutôt bien.

Reste enfin à évoquer les deux portages/remakes qui viennent ponctuer cette présentation avec, en premier lieu, celui de Mario & Luigi : Voyage au Centre de Bowser. A l’instar de Superstar Saga l’an dernier, ce spin off à tendance RPG de la série Super Mario va être disponible sur 3DS en 2019. Pour ceux qui ne s’en souviennent pas, le jeu d’origine était sorti sur DS en 2009 et nous racontait comment Mario et Luigi s’associaient pour vaincre l’épidémie de rouliboulite qui touche le Royaume Champignon mais finissaient par être rétrécis et expédiés dans le ventre de Bowser, que le joueur pouvait alors contrôler, le titre proposant en effet d’alterner entre le monstre et les deux moustachus. Un jeu somme toute très sympathique qui se voit aujourd’hui agrémenté d’un contenu supplémentaire, L’Epopée de Bowser Jr., qui nous racontera ce que le rejeton de Bowser a fait pendant ce temps-là. Une stratégie qui est donc la même que pour Superstar Saga, auquel avait été ajouté sur 3DS le contenu intitulé Les Sbires de Bowser. Si vous n’avez pas joué au jeu d’origine, je vous recommande de jeter un œil à ce remake, vous passerez sans doute un bon moment.

L’autre portage me gène en revanche un peu plus puisqu’il s’agit de celui de Luigi’s Mansion. Qu’on se comprenne, j’adore ce jeu de tout mon cœur mais le voir ainsi porté sur 3DS me pose problème pour deux raisons : j’aurais préféré un troisième volet et, surtout, c’est sur Switch qu’ils auraient dû proposer ce remake ! Sans doute est-ce la volonté d’avoir les deux épisodes de la licence sur 3DS (le 2ème ayant été une exclu de la console) qui aura guidé ce choix mais je ne peux m’empêcher de trouver ça dommage. Rien de bien intéressant à dire sur cette nouvelle réédition en tous cas, elle qui ne semble pas proposer autre chose que le jeu initial de la GameCube, si ce n’est l’affichage de la carte sur l’écran tactile et un mode Boss Rush assez banal. Sortie prévue dans le courant de cette année.

Luigi’s Mansion fut un des premiers jeux de la GameCube, dont il est vite devenu un des incontournables. Dommage que la licence semble au point mort depuis le n°2 sur 3DS…

La 3DS est donc toujours présente dans la stratégie de Nintendo, même si cela peut encore et toujours sembler surprenant aujourd’hui. Alors évidemment, on n’a pas droit ici à de très grandes annonces mais le fait qu’elle soit ainsi maintenue en vie par un apport renouvelé de jeu est étonnant pour une console qui n’a plus rien à prouver. J’ai hâte de lire le bilan financier de Nintendo en Avril prochain pour savoir ce qu’ils comptent faire de cette machine pour 2018-2019 !
Mais d’ici là, c’est vers la Switch que les projecteurs sont maintenant tournés.

Du nouveau pour nos amis qui aiment la batavia la Switch !

Confirmations et surprises

Après un départ tonitruant en 2017, l’avenir de la Switch pour cette année est scruté de très près. C’est qu’il s’agirait de ne pas avoir couru si vite et si loin pour finalement s’encastrer dans un platane voyez-vous. Aussi, les récentes (nombreuses ?) annonces de portages divers et variés a un peu atténué l’emballement des fans (pas de tous, mais tout de même) mais nous y reviendrons un peu plus tard. Car d’abord, il convient de rappeler que ce Nintendo Direct fut l’occasion de présenter de la nouveauté sous les yeux ébahis ou non des spectateurs.

Au-delà de la piqure de rappel concernant la possibilité d’utiliser les points or de son compte My Nintendo pour acheter des jeux ou des DLC, Nintendo a également injecté son serum de mémoire dans nos petites veines avides en nous parlant notamment, en ouverture de la séquence Switch, de Kirby Star Allies, prévu pour le 16 Mars (la semaine prochaine quoi). Pour rappel, il s’agit d’un jeu de plateforme où 4 personnages évoluent ensemble dans divers niveaux, chacun ayant ses propres particularités. Si l’ouverture d’une démo sur l’eshop de la Switch permettra à tout le monde de tester ce jeu aussi mignon que potentiellement banal, c’est l’annonce de mises à jour gratuites qui aura fait le cœur de la présentation de ce nouveau Kirby lors de ce Direct. On nous a ainsi annoncé que de nouveaux personnages seront donc ajoutés progressivement au jeu afin de toujours multiplier les possibilités d’équipes. Dès le 28 mars, ce sont ainsi 5 nouveaux protagonistes que les joueurs pourront employer, tous tirés de précédentes jeux de la licence (Kirby’s Dream Land 2 et 3 ainsi que Kirby’s Fun Pack). Nul doute que tout ceci finira d’appâter les fans.

Kirby Star Allies promet sans doute d’être plutôt sympa à faire mais je pense tout de même passer mon tour.
Peut-être plus tard…

Toujours au rang des choses sur lesquelles on passe rapidement, Sushi Striker : The Way of Sushido s’est également rappelé à notre bon souvenir en vue de sa sortie le 8 Juin prochain, non seulement sur Switch mais aussi sur 3DS (encore elle !). Un jeu où mange des sushis tout en en balançant à la figure de son adversaire dans des combats en 1 contre 1. Voilà… Autant passer directement à Dark Souls Remastered donc, qui débarquera sur Switch le 25 Mai en même temps qu’un Amiibo Solarius d’Astora qui permettra de lancer des invocations in game. Un test réseau sera lancé auparavant, sans plus de précisions.

N’étant pas très RPG je ne pense pas le prendre mais je dois bien reconnaître que la direction artistique d’Octopath Traveler a l’air d’être à tomber par terre.

Mais au lieu de parler plus longuement de ces jeux sur lesquels on n’a pas eu grand-chose de bien intéressant à se mettre sous la dent, allons plutôt voir du côté des annonces plus ou moins attendues ou espérées. Je commence ici par quelques mots sur Octopath Traveler (dont ce sera vraisemblablement le nom définitif d’ailleurs), lequel a ENFIN une date ! Le RPG de Square Enix sortira donc en exclusivité sur Switch le 13 Juillet prochain ! Il sera notamment disponible dans une édition spéciale comprenant le jeu sur cartouche, un livre pop up, une carte du monde et une réplique d’une pièce de monnaie du jeu. Une annonce qui s’accompagne par ailleurs de la présentation de deux nouveaux personnages (Tressa la marchande et Alfyn l’apothicaire) ainsi que de détails concernant le système de classes. Comme dans tout bon RPG, chaque personnage se voit donc attribuer une classe, ici parmi 4 : marchand(e) et apothicaire donc mais aussi danseur/se et guerrier/ère. Chaque classe confère donc des aptitudes spéciales mais l’on apprend que les personnages pourront également se voir attribuer une seconde classe toujours parmi les 4 que je viens de mentionner, utilisable en combat. La combinaison de deux classes donnera alors lieu à l’obtention de nouvelles capacités particulières à employer lors des affrontements. C’est cependant tout ce que nous obtiendrons ici concernant le gameplay de ce titre très attendu par les amateurs de RPG et les fans de Square Enix, studio qui nous promet par ailleurs la bande originale du jeu en dématérialisé pour plus tard.

Nul doute que ce collector va se vendre comme des petits pains.

Aux côtés d’Octopath Traveler, nous avons eu droit à l’arrivée surprise de Travis Strikes Again : No More Heroes ! Ce dérivé des jeux No More Heroes de Grasshopper Manufacture sortis sur Wii va donc pour sa part débouler en exclusivité sur Switch dans le courant de cette année (sans doute après l’E3 quoi). Réalisé toujours par Suda51, Travis Strikes Again se distingue des deux autres jeux de la licence par le fait que s’il sera toujours dans l’esprit action/hack’n’slash, il proposera également 7 styles de jeux.

Sans doute pas l’annonce que les fans de No More Heroes attendaient.

En effet, Travis sera ici amené à évoluer dans différents jeux dont chacun a ses propres particularités, tant en termes de design que de gameplay. Action, course, casse-tête… Il y a un peu de tout dans ce jeu qui s’annonce comme un bon gros défouloir sur lequel je jetterai peut-être mon dévolu le moment venu. Notons enfin que ce titre comprendra un mode aventure ainsi qu’un mode multi coopératif local.

Enfin, écartons-nous un tout petit instant des nouveautés pour évoquer l’arrivée d’un nouveau Testpunch ARMS dès le 31 Mars pour inciter toujours plus de joueurs à se laisser tenter par ce jeu de boxe sauce Nintendo, ainsi que celle de la version 3.0 de Splatoon 2 avec une centaine de nouveaux équipements, de nouveaux stages mais aussi et surtout un DLC payant : Octo Expansion. Ce nouveau mode solo proposera près de 80 niveaux et sortira cet été.

Nintendo a donc cherché à consolider son catalogue Switch à l’approche du printemps avec les dates de sorties de plusieurs jeux plus ou moins attendus. Mais les cartes maîtresses de la firme sont, comme toujours, dans ses propres licences.

Les cartouches : Mario Tennis Aces et Super Smash Bros.

Mario Tennis Aces était annoncé pour être au cœur de ce Direct.

On ne pouvait qu’attendre Mario Tennis Aces dans ce Direct, étant donné qu’on nous avait assuré qu’il y serait plus ou moins longuement détaillé. Et en effet, l’émission a apporté son lot d’informations concernant ce prochain titre sportif de la bande à Mario. Ce dernier déjà ne sera pas seul dans cet opus puisqu’on nous promet une quinzaine de personnages jouables, répartis selon différentes catégories : les rapides, les techniques, les puissants… Parmi les informations moins intéressantes que le reste, on apprend notamment qu’il sera possible de jouer en motion gaming, comme au bon vieux temps de Wii Sports. Le plus intéressant est cependant ailleurs et notamment dans le fait d’apprendre que l’on pourra jouer jusqu’à 4 en local avec une ou plusieurs Switch sous la main, ou on line. A noter également que les joueurs du monde entier pourront s’affronter en ligne dans des tournois où, question d’égalité des chances, vos adversaires seront choisis de manière à correspondre à votre niveau. Impossible donc, en toute logique, de se faire laminer dès le premier tour par un Roger Federer en puissance, même des mois après la sortie du jeu quand tout le monde l’aura bien poncé.

Mais c’est clairement le gameplay qui a été mis à l’honneur dans ce Direct avec une présentation détaillée des différents types de coups possibles en match. Evidemment, les coups classiques seront possibles : lift, lob, frappe simple, frappe coupée… Mais c’est dans les frappes spéciales que Mario Tennis Aces semble prendre tout son intérêt. C’est le cas notamment avec la Frappe Instinct, qui permet de viser avant de frapper la balle. Pour cela, il suffira de viser une zone donnée du court en déplaçant sa manette, ce qui permettra d’envoyer une balle aussi précise que puissante qui pourra, au bout de trois reprises, briser la raquette de votre adversaire et le contraindre au forfait ! Pour éviter cela, dans le cas où vous êtes celui à qui on envoie une Frappe Instinct, une interception est possible à condition de frapper au bon moment. A noter aussi la Course Instinct qui permet de ralentir le temps afin de renvoyer des balles autrement impossibles à récupérer. Bref, tout un panel de coups spéciaux qui me font voir Mario Tennis Aces sous un jour plus curieux et j’ai hâte de le tester lors du tournoi en ligne de pré-lancement à venir pour pouvoir me faire une vraie idée et, éventuellement, être convaincu ! Le jeu est attendu pour le 22 Juin prochain.

La Frappe Instict permet donc de viser en utilisant le gyroscope des Joy-Cons.

Mais l’autre grosse annonce de Nintendo, la plus importante de ce Direct, c’est clairement Super Smash Bros., un titre qui est sur toutes les lèvres depuis la diffusion. Celui qui fait le plus parler alors que c’est celui dont on en sait le moins.

Un nouveau logo, ce n’est pas anodin.

Plein de questions se posent à son sujet et notamment : s’agira-t-il d’une édition Deluxe du précédent, comme ce fut le cas avec Mario Kart 8, ou bien d’un titre totalement inédit ? L’arrivée des Inklings de Splatoon dans le roster rappelle évidemment le coup de Mario Kart 8 Deluxe mais plusieurs choses laissent imaginer que nous avons bien assisté à l’annonce d’un tout nouvel opus de la licence de jeux de combat de Nintendo. Premièrement, l’annonce en elle-même est beaucoup trop formelle pour une simple réédition Deluxe. Mario Kart 8 Deluxe notamment n’avait pas fait l’objet d’une telle mise en scène pour son annonce, tout comme Twilight Princess HD et The Wind Waker HD avaient été présentés de manière très sobre. Ici, le teaser est beaucoup plus dans le ton des grosses annonces de Nintendo. Par ailleurs, comme le rappelle mon camarade Hibou, Nintendo n’a jamais fait de mystères lorsqu’ils ont lancé des remasters alors pourquoi serait-ce le cas ici ? Et enfin, comme le souligne cette fois-ci Majora’s Mark, pourquoi auraient-ils pondu un nouveau logo ? Tout porte à croire qu’il s’agira bien d’un Super Smash Bros. inédit.

En ce qui concerne l’apparence de Link, tirée de Breath of the Wild, on ne peut légitimement pas considérer cela comme un argument en faveur de l’une ou l’autre des hypothèses. Après tout, ça peut autant annoncer un nouveau jeu que, tout simplement, un énième skin pour le personnage. Bref, on ne sait rien : ni contenu, ni date précise, ni rien. Seule certitude, le jeu sortira cette année et sera sans aucune doute la star de l’E3 pour Nintendo du coup. Alors d’ici là, faisons comme l’a dit Masahiro Sakurai, qui a confirmé être à la tête du projet : attendons les prochaines informations !

La hype est là. Vivement l’E3 !

Tout ceci ressemble donc bel et bien à la stratégie printanière habituelle de Nintendo : confirmation du catalogue printemps-été, le tout accompagné d’un ou deux gros jeux déjà annoncés ou révélés pour la toute première fois. Une stratégie logique qui vise tout simplement à donner de quoi patienter d’ici l’E3, toujours plus fort en révélations, tout en promettant une vision sur le moyen terme. Suffisant pour créer et/ou entretenir l’enthousiasme ? Peut-être, mais on ne pourra pas éviter le constat : ces annonces sont presque noyées sous un flot de portages divers et variés.

A la recherche du temps perdu : entre portages, remakes et remasters, la Switch dans la cour de la concurrence

Dans ce Direct, il y a eu deux sortes de portages : ceux venus de la Wii U et les autres. Deux jeux sont ici à classer dans la première catégorie, dont Hyrule Warriors – Definitive Edition, annoncé de longue date. Une version intégrale du jeu sorti précédemment sur Wii U et 3DS qui compilera l’ensemble des contenus proposés par ces précédentes versions, agrémentés de quelques nouveautés évidemment. La seule chose qui manquait, c’était une date de sortie, désormais fixée au 18 Mai prochain.

Captain Toad revient donc dans une version étendue de son jeu.

Le second se révèle pour la première fois sous nos yeux est c’est Captain Toad – Treasure Tracker. Le petit jeu de la Wii U qui mettait en scène le Captain Toad apparu dans Super Mario 3D World va donc faire son retour sur Switch et, par la suite, sur 3DS. Rappelons que ce titre amène le joueur à évoluer dans de petits niveaux « cubiques » dirons-nous, où Toad doit tout bonnement se rendre d’un point A à un point B en récoltant des items sur son passage. Un petit jeu sympathique à côté duquel nous avions cependant été nombreux à passer. Mais le Toad est coriace et le voilà de retour dans une version Deluxe qui ne dit pas son nom !

Jeu culte de sa génération, Okami sera donc bientôt disponible en HD sur toutes les consoles actuelles.

Les portages les plus intéressants sont en revanche à voir du côté des éditeurs tiers. Cinq jeux venus d’autres écuries vont ainsi faire leur entrée dans le catalogue de la Switch, avec pour point commun d’être déjà sortis ailleurs depuis plus ou moins longtemps. Okami en premier lieu amorce son retour chez Nintendo avec son portage HD enfin listé sur cette console. Le jeu d’origine, intitialement sorti sur PS2, était devenu un des titres phares de la Wii, sur laquelle il avait donc déjà fait l’objet d’un portage. Ce remaster HD reproduit donc le schéma en arrivant chez Nintendo après un premier passage chez Sony et Microsoft en 2017. L’occasion pour moi en tous cas de rattraper ce qui semble être une énorme lacune dans mon CV vidéoludique grâce à cette nouvelle édition qui sera très légèrement remaniée pour la Switch. Compernez par-là qu’on pourra faire des trucs en bougeant les mains.

Et des lacunes, je vais pouvoir en rattraper plus d’une apparemment puisque Crash Bandicoot : N’Sane Trilogy cesse d’être une exclusivité PS4 et débarque également sur Switch (et sur Xbox One et PC aussi d’ailleurs, on l’a appris ensuite mais on s’en doutait du coup). La compilation des trois premiers jeux de la licence Crash Bandicoot, sortis sur PS1, arrivent donc chez Nintendo. Tout un symbole en soi. De mon côté, c’est déjà précommandé !

Crash Bandicoot sur une console Nintendo.
Les années 1990 n’en reviennent pas.

Et si des éditeurs comme Capcom et Activision donc sont bel et bien tournés vers Nintendo, Ubisoft n’est pas en reste et renouvelle son intérêt pour la Switch avec l’arrivée, le 24 Avril, de South Park : L’Annale du Destin. Alors non, ce n’est toujours pas une exclu (la seule portée sur cette console par le studio demeure Mario+The Lapins Crétins) mais on ne peut y voir qu’une confiance renouvelée entre les deux entreprises. La bande à Cartman va donc arriver sur Switch avec un Season Pass qui permettra de récupérer dès le lancement les deux DLC d’ores et déjà disponibles puis, plus tard dans l’année, le troisième contenu supplémentaire prévu. Plus anecdotiquement, l’arrivée de L’Annale du Destin sur Switch peut éventuellement être le signe d’une volonté de Nintendo de s’adresser à tous les publics de gamers et pas uniquement un public jeune. Rappelons, pour ceux qui liraient cet article pour faire leur liste de course sans être expert en matière de jeux vidéo et/ou de séries, que South Park ne s’adresse pas franchement aux plus jeunes…

Après Mario+The Lapins Crétins et Rayman Legends, Ubisoft continue donc d’alimenter la Switch.

On évoquera enfin, côté portages, ceux de deux jeux indépendants largement connus et reconnus dans le monde vidéoludique : Undertale et Little Nightmares. Sans aller dans de plus amples détails, la réputation de ces deux titres les précédant largement, nous n’avons strictement aucune information supplémentaire au sujet d’Undertale mais on peut déjà savoir que Little Nightmares sortira sur la console dans une Complete Edition le 18 Mars prochain.

Et comme si ça ne suffisait pas, Captain Toad arrive aussi sur 3DS.

Que penser au final de cette vague de portages dont fait l’objet la Switch depuis quelque temps ? Entre Donkey Kong Country – Tropical Freeze en Janvier et désormais ces jeux-ci, on pourrait facilement avoir le sentiment que Nintendo ne se foule pas trop et cherche, en premier lieu, à nous refiler les jeux de sa Wii U. Et c’est tout à fait le cas. La Wii U n’a pas marché et, en conséquence, on sait très bien que ses jeux n’ont pas pu devenir des best sellers. Reste qu’ils existent ces titres, qu’ils ont eu un coût en développement et que Nintendo reste une entreprise comme les autres : elle veut un retour sur investissement et du bénéfice. Quoi de plus logique alors, quitte à dépenser un peu plus pour le portage, que de voir ces jeux lésés par un support inefficace en termes de vente revenir sur une console qui s’est déjà vendue, en un an, un million de fois plus que la précédente ? Face au potentiel de ventes totales de la Switch sur l’ensemble de sa durée, le calcul est vite fait : ressortir un jeu Wii U sur Switch, c’est s’assurer sauf catastrophe de le vendre bien mieux.

Jusque là, la promesse du soutient de tous ces éditeurs tiers est tenue. Reste néanmoins à aller plus loin que seulement des portages.

Alors c’est frustrant pour ceux qui les ont déjà faits, c’est certain. Onze jeux sur 18 qui sont des portages/remakes/remasters, ça peut en agacer plus d’un.  Mais c’est on ne peut plus logique et, je pense, légitime. Maintenant que la Switch a su s’imposer, Nintendo a 2 grands objectifs devant elle. Le premier, je le disais, c’est de rentabiliser ses productions Wii U en les écoulant sur cette console dont le public est déjà plus nombreux et continue de grossir. L’autre, c’est de rejoindre la concurrence en étoffant son catalogue avec des titres qu’on trouve aussi ailleurs et qui vont donc potentiellement permettre la fidélisation d’un public qui n’aura pas, comme ce fut le cas sur Wii U, le sentiment d’être laissé pour compte. Du coup, oui, ça passe par ces portages qui donnent l’impression d’être trop nombreux. D’où d’ailleurs la mise en avant de plus ou moins grosses annonces en parallèle de cela dans ce Direct comme la date du très attendu Octopath Traveler, le gameplay de Mario Tennis Aces et bien entendu la révélation de Super Smash Bros. Par ailleurs, et pour terminer sur cette question, on n’oubliera pas de souligner le fait que ces portages permettent à Nintendo de garder les éditeurs tiers sous le coude en attendant potentiellement plus. Ubisoft, Activision et les autres : ces portages leurs permettent de se faire la main sur l’architecture de la Switch à moindre frais. L’occasion pour les développeurs de découvrir comment concevoir un jeu pour cette console et, par la suite, proposer des choses bien plus inédites pour elle. A voir ce qu’ils feront ensuite du coup mais gageons que tout ceci leur donnera confiance. Et après tout, si Ubisoft reste en course, pourquoi pas les autres ?

____________________

C’est à quelque chose d’assez habituel que nous avons donc pu assister ce 8 Mars. Comme chaque année, Nintendo nous laisse entrevoir à quelques encablures du printemps les bourgeons d’un catalogue de jeux qui fleuriront gentiment dans les mois à venir. Inquiétant pour certains, rassurant pour d’autres, chacun se fera son avis sur la question. De mon côté, j’estime avoir vu là un Nintendo Direct en phase avec la stratégie de l’entreprise et qui ne permet en aucun d’augurer du pire pour la Switch. Bien au contraire, cette tendance actuelle pourrait bien être la bonne façon de continuer d’imposer la console pour ensuite prendre un rythme de croisière marqué par l’arrivée de jeux excessivement attendus comme PokémonMetroid Prime 4Fire Emblem… L’essentiel, c’est que le rythme des sorties reste à un bon niveau (18 jeux pour cette année d’après ce Direct dont un bonne partie à venir avant la fin de l’été) et que les tiers, certes encore trop timidement, sont toujours de la partie. 

Publicités

Une réflexion sur “Nintendo Direct du 8 mars 2018 : A la recherche du temps perdu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.