« Nintendo Labo » : Quand la Switch cherche à se dépasser

Cette semaine, Nintendo aura su jouer les entreprises pleines de surprises. Entre un Nintendo Direct Mini arrivé comme un cheveu sur la soupe et maintenant l’annonce de Nintendo Labo, Big N a tâché de prendre ses fans (et ceux qui ne le sont pas) à contre-pied. Et il n’y a pas à chipoter : ce Nintendo Labo a de quoi surprendre. Car oui, en 2018, une entreprise de jeux vidéo va vous vendre du carton. Un jeu de construction mêlant technologie et construction à l’ancienne qui divise déjà mais qui devrait néanmoins rencontrer son public.

Mercredi, 23h. A l’heure où je m’enfilais tranquillement l’épisode 11 de la première saison de Star Trek : Discovery, je pensai furtivement à cette annonce promise par Nintendo. Un truc inattendu sur le fond et qui est, lui aussi, arrivé sans qu’on s’y attende non plus. Finalement, le temps passe (pas mal cet épisode d’ailleurs) et il faudra un tweet du copain Birdkiller pour me rappeler que j’avais raté un truc. Et quel truc ! Du carton ! Wow ! So 2018 !
Sauf que, comme souvent, tout ne s’arrête pas là et il m’aura suffi de jeter sur ce Nintendo Labo un œil distrait par le sommeil qui commençait à pointer le bout de son nez pour que je me dise qu’il y avait sans doute quelque chose de bien plus intéressant que simplement du carton à assembler, surtout si l’on nous demande d’y insérer une Switch. Ce dernier point d’ailleurs m’a fait lever un sourcil à la fois enthousiaste et circonspect mais je préférai remettre mon avis sur la question au lendemain. Il était tard, que voulez-vous.

Inattendu, c’est le moins qu’on puisse dire.

Jeudi, 14h. Cette fois je suis parfaitement opérationnel et je regarde la vidéo de présentation de ce fameux Nintendo Labo qui, semble-t-il, a entre temps bouleversé tout internet, entre ceux qui estiment tout cela daté, ceux qui pensent que c’est affreusement cher, ceux qui y ont vu une révolution et ceux qui se disent que ça peut être bien sympa mais non plus complètement ouf. Bref, ça n’a laissé quasiment personne indifférent et tout le monde y va de son petit commentaire. Mais trêve de tout cela, que nous montre cette vidéo ?

Construire, c’est la 1ère étape de Nintendo Labo, le socle sur lequel s’appuie ensuite le jeu à proprement parler.

En l’espace d’un tout petit peu moins de 3 minutes, Nintendo tâche de nous montrer de quoi il en retourne avec son Labo. Et à l’instar de sa Switch, il semblerait que l’entreprise ait cherché ici à miser sur une notion d’hybridité. Nintendo Labo se présente en fait en plusieurs temps. Il y a d’abord ce carton, dans lequel le joueur pourra trouver l’intégralité des éléments à détacher puis monter et assembler. Guidon de moto, canne à pêche, piano… Des Toy-Cons, telle sera leur dénomination officielle. Plusieurs options sont possibles selon la planche à laquelle on s’attaque. Deuxième temps ensuite, la console et ses Joy-Cons, que l’on sépare les uns des autres et que l’on insère dans des emplacements dédiés sur les constructions de carton ainsi créées. Et enfin, le jeu à proprement parler. Le piano devient piano, le guidon de moto devient moto, la canne à pêche idem… Tout ceci en tâchant (enfin) d’utiliser le plein potentiel des vibrations HD qu’on nous avait vendues au lancement de la console, ainsi que de la caméra embarquée dans le Joy-Con droit de cette dernière. Nintendo propose donc avec son Labo une sorte de concrétisation de l’adage « thinking outside the box » , une volonté d’aller au-delà du concept en empruntant des chemins, sinon inédits, au moins originaux.

Peu à peu, le carton devient le piano dont la Switch fera sortir les sons.

Il est simple ce concept au final : donner à jouer en dépassant les limites physiques de la console ! Alors on en voit se plaindre de part et d’autre des news qui entourent cette annonce mais je ne peux m’empêcher de penser que certains (pas tous) le font à tort, sans aucune réflexion sur ce qu’on leur a montré. A ceux-là, je demanderais seulement de ravaler leurs crachats, de conserver leur bile là où elle est et de se calmer, au moins un peu. Car avant de s’emporter, il y a bien une chose à avoir en tête : la cible de ce projet. Et là, Nintendo l’avait précisé dès le départ : ce sont les enfants (et ceux qui ont gardé leur âme d’enfant). Vous pouvez aller vérifier sur leurs comptes officiels, c’est exactement ce qu’ils ont dit. Inutile donc de hurler à l’abandon des « gamers » , cette catégorie de joueurs soit-disant supérieure, « les vrais qui savent ». Laissez enfin les enfants avoir droit à leurs jeux eux aussi bon sang ! Et aux parents avec, eux qui peuvent être soucieux de partager du temps de jeu et d’amusement avec leur chère progéniture.

Même si Nintendo veut s’adresser à tous, c’est clairement une expérience familiale que ce Labo veut être.

Car l’idée est bien là pour Nintendo : proposer une offre de jeu qui soit telle qu’elle réussisse à réunir parents et enfants autour d’une même activité. Alors évidemment, si un groupe d’amis a envie de passer son après-midi à monter tout ce joyeux matériel pour jouer avec ensuite, personne ne les en blâmera (quoique, vu l’humeur générale…). Mais Nintendo vise d’abord les petits et les plus grands qui le sont un peu restés. Et c’est logique, puisque ça fait au moins deux ans que l’entreprise parle dans ses bilans financiers annuels d’un élargissement de son public et de la quête en particulier d’un public plus féminin mais aussi plus jeune. A ce dernier donc, on propose désormais Nintendo Labo, ni plus, ni moins. Une activité ludique, amusante, stimulante… Ce n’est pas un cap définitif pour la Switch qu’on nous a montré là mais une possibilité nouvelle, une autre expérience. Libre à vous enfin de la saisir ou non, personne ne vous a mis un pistolet sur la tempe en prétendant qu’il s’agissait de l’alpha et de l’omega du jeu vidéo au XXIème siècle tel que vu par Nintendo.

Je vois en Nintendo Labo une activité ludique et stimulante pour les enfants. Ou comment faire du jeu vidéo un moyen de faire travailler ses méninges et ses mains.

Et puis, franchement, quelle proposition pour un enfant ! Tous n’adhéreront pas forcément à l’idée évidemment mais nul doute que nombreux seront ceux qui auront toute l’envie du monde de créer leur propre jouet ! Quel enfant, parmi tous ceux que nous connaissons ou que nous avons été autrefois, n’a jamais eu envie de fabriquer sa propre moto ou son propre robot géant qui casse tout ? En regardant la vidéo, je me dis par ailleurs que le tout reste assez accessible, même si certaines particularités de montage mèneront peut-être la vie dure aux enfants, d’où l’intérêt (doublé alors) de la présence d’un parent à leurs côtés. Le carton d’ailleurs, m’a plutôt l’air de bonne facture mais il est évidemment impossible de juger en l’état actuel des choses et rien ne sera mieux que le toucher et la pratique pour se rendre compte de la solidité réelle de la chose. Nul doute en tous cas que le matériel utilisé a l’air bien plus costaud que celui des exemples de jouets de fabrication pour enfant que l’on trouve dans cette même matière sur internet. Et puis c’est Nintendo, j’ai du mal à les imaginer utiliser des matériaux réellement cheap. A voir donc, je reste circonspect mais plus ou moins optimiste sur la question.

Si la solidité du carton employé reste encore à vérifier, les kits présentent en tous cas l’avantage de ne nécessiter ni ciseaux, ni colle.

Se pose enfin la question du prix. A son lancement le 27 Avril prochain, Nintendo Labo sera proposé en deux packs distincts : le pack Multi-Kit avec plusieurs planches pour monter 5 constructions différentes, et le pack Kit Robot, pour se faire une sorte d’exosquelette avec les différentes éléments cartonnés. Chacun de ces packs inclut son matériel de construction propre et une cartouche de jeu dans laquelle figurent non seulement les mini-jeux associés aux Toy-Cons mais aussi les notices de montage interactives. Le premier de ces packs est annoncé au prix de 64,99€ tandis que le Kit Robot sera vendu à 74,99€. Au passage, les plus vigilants auront remarqué dans la bande-annonce des constructions absentes de ces deux packs initiaux. Prévoyons donc l’arrivée de (nombreux ?) packs supplémentaires dans les temps à venir.

Deux kits pour le moment, avec un coût qui est ce qu’il est mais qui, je crois, se justifie.

La personnalisation sera de mise avec Nintendo Labo.

« C’est cher ! » , lit-on un peu partout en tous cas. Oui et non. Oui parce qu’un jeu à plus de 60€, ça me fera toujours un peu mal aux dents. Non parce que, carton ou pas, peu importe : il y a de la R&D et de l’usinage en amont de tout cela. Des étapes qui impliquent un coût qui se répercute forcément sur nos portefeuilles ensuite. On pourra alors trouvé que c’est abusé mais ça reste légitime. On ne vous pas « juste » une cartouche dans une boite en plastique hein et ce n’est pas parce que vous pouvez trouver du carton dans toutes les poubelles du coin que la réalisation de ces Toy-Cons ne représente rien en terme de budget. A noter également la vente à part d’un petit pack de personnalisation incluant différents autocollants, le tout pour une dizaine d’euros. Le genre de truc que tout le monde va acheter, même sans avoir de Nintendo Labo à la maison… Oui parce qu’on rigole hein mais c’est de la même manière que l’on rigolait des Amiibo à l’époque. Et puis vint le temps des socles pour les accueillir, des vitrines, des concours à foison. Nintendo n’est pas bête, loin de là.

C’est à croire que Nintendo a décidé de marquer les esprits aussi fort que possible avec sa Switch, que lesdits esprits soient ceux de ses fans ou ceux de ses détracteurs. Nintendo Labo n’est en tous cas pas là pour passer inaperçu. Et comment ne pas être curieux de cette annonce ? Comment ne pas avoir envie au moins de l’essayer ? Je sais en ce qui me concerne que je n’achèterai très certainement aucun des packs qui seront proposés (pas la patience, pas de gamin avec qui partager l’expérience, pas la place…) mais que j’ai une envie folle de voir ce que cela donne en vrai. Peut-être, si l’occasion m’est donnée, en aurai-je le loisir les 2 et 3 Mars prochains à la Cité des Sciences et de l’Industrie, où Nintendo implantera alors son Atelier, un espace dédié à la présentation en avant-première du jeu à des familles inscrites sur leur site officiel.
A ceux qui voient ce jeu d’un mauvais œil, rassurez-vous. Ce n’est qu’une option. Une stratégie nouvelle qui ajoute une corde de plus à l’arc de Nintendo. Et tout comme personne ne vous a obligé à acheter des Amiibo ou installer les applications mobiles de la boite, personne ne vous contraindra à acheter Nintendo Labo. Il faut savoir raison garder parfois, par pitié. Quant à ceux qui sont ultra enthousiastes à l’idée d’y jouer, inutile de hurler à ses détracteurs que « c’est pas pire que d’acheter un casque VR à 400 boules pour 30 minutes de jeu hein« . Vous êtes aussi ridicules que ceux que vous croyez, naïvement, démonter. Reste en tous cas avec ce Labo une idée neuve, absolument pas datée à mon sens et pleine d’initiative. C’est l’essentiel, non ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.