Bilan cinéma 2017 !

Avant toute chose et à l’occasion de ce tout premier article de l’année, je vous souhaite à toutes et tous une excellente année 2018 ! J’espère que cette nouvelle année sera pour vous celle de plein de projets concrétisés, de bonheurs aussi nombreux que possibles et d’optimisme surtout !
Mais en attendant que plein de bonnes choses nous arrivent, continuons les bilans avec, pour ce premier article, le retour sur mon 2017 cinéphile ! Après une année 2016 qui avait marqué mon retour progressif dans les salles obscures et le triomphe dans mon petit cœur de Belgica, les douze derniers mois ont été ceux d’un véritable retour à la fréquentation des cinémas, histoire de suivre les sorties les plus récentes de manière aussi assidue que possible ! En conséquence, un bilan qui, je le crois, sera bien moins biaisé que celui de l’an passé (mais Belgica domine 2016 quand même, rien à y redire !).

Top 5 : mes pépites 2017 !

N°5 – Brimstone

Au rang des films qui ont divisé la critique cette année, on retrouve Brimstone, le western de Martin Koolhoven. Une œuvre que certains auront trouvé affligeante tandis que d’autres, dont moi, l’ont trouvé bien plus enthousiasmante. Un enthousiasme que j’ai eu du mal à dissimuler en découvrant ce film et son réalisateur en Mars dernier grâce à l’avant-première organisée par Sens Critique (une fois n’est pas coutume) et qui avait donné lieu non seulement à ma critique du film mais aussi à une interview de Martin Koolhoven réalisée par mes soins (un exercice que j’espère renouveler plus régulièrement dans l’avenir d’ailleurs). Astucieux et osé mélange entre western et thriller malsain, Brimstone a de toute évidence pris une voie qui ne pouvait pas plaire à tout le monde. Dur et cinglant, ce film est pourtant assez remarquable sur bien des points (n’en déplaise à mon chef), tant en matière de technique que de propos. Mais, surtout, il s’offre un casting de rêve au sommet duquel triomphe Guy Pearce, impeccablement impressionnant.
Cinquième place donc pour Brimstone, qui empoche également :

  • L’Eucalyptus d’Or du meilleur second rôle féminin pour Carice Van Houten
  • L’Eucalyptus d’Or du nom à suivre pour Martin Koolhoven

Et n’hésitez pas à venir lire mon article complet sur le film et mon interview de Martin Koolhoven !

N°4 – Dunkerque

A l’instar de Brimstone, je suis à peu près certain que la présence de Dunkerque dans ce Top 5 annuel ne manquera pas de faire grincer quelques dents. Car si le dernier film de Christopher Nolan a su séduire un large public, il a aussi été l’occasion pour nombre de spectateurs (fans ou non du cinéaste, peu importe) d’être déçus. Pour ma part, j’ai trouvé dans Dunkerque un film franchement efficace. Nolan apporte à mon sens sur ce passage de la Seconde Guerre mondiale un regard qui contraste un peu avec le ciné de guerre « classique ». Sans véritable brutalité, le film se plait à mettre en scène des personnages plus encore que leur situation. Ce n’est pas tant l’évacuation de Dunkerque que la façon dont certains l’ont vécue que Nolan filme et on ne peut pas lui dire qu’il l’a mal fait. Bien au contraire, le cinéaste arrive à mettre sur pied une très belle galerie de protagonistes suffisamment variée pour mettre à jour la difficulté de cet événement et l’impossibilité ou presque d’agir comme un seul homme lorsque l’on se retrouve aussi acculé que ces soldats britanniques sur les plages de Dunkerque. A noter également les excellentes compositions musicales de Hans Zimmer, lesquelles s’accordent à l’idéal avec la mise en scène.
A Dunkerque, j’arribue donc :

  • L’Eucalyptus d’Or de la meilleure musique originale
  • L’Eucalyptus d’Or du mec sur lequel j’ai plein d’a priori mais qui m’a vachement surpris pour Harry Styles

Pas d’article consacré à Dunkerque pour le moment mais le temps viendra un jour d’une rétrospective Christopher Nolan sur le blog et nous en parlerons alors !

N°3 – Mother !

Le dernier film de Darren Aronofsky est impitoyable. Impossible d’en ressortir indemne et, bien des mois après sa projection, je suis encore et toujours incapable de formuler une critique complète de cette œuvre dérangée et en même temps fascinante. Certains le trouveront peut-être exagérément perché, voire banalement foutraque et trop facilement provocateur mais je vois en Mother! un film des plus audacieux, métaphorique à l’excès et d’une qualité visuelle qu’on ne peut ignorer. Mother! m’a pris à la gorge et ne m’a pas lâché une seule seconde sur les deux heures qu’il dure. Prenant, exigeant, c’est un film admirable dont le duo de tête composé par Jennifer Lawrence et Javier Bardem ne fait que lui apporter encore plus de qualités. Difficile encore aujourd’hui de dire tout ce que je pense de Mother! tant il m’a laissé pantois. Je sais que j’ai assisté à un truc génial mais je ne sais pas quels mots mettre dessus exactement…
Troisième marche du podium pour Mother! donc et en plus de cela :

  • L’Eucalyptus d’Or de la meilleure actrice de l’année pour Jennifer Lawrence
  • L’Eucalyptus d’Or du film qui te fout mal à l’aise pour un mois ou deux

Vous l’aurez compris donc, pas d’article dédié à Mother! sur le blog. Un jour, peut-être…

N°2 – Logan

Si le cinéma de super-héros est une affaire qui oscille assez souvent entre banalité et merveilles, la licence X-Men arrive à synthétiser depuis 2000 tous les maux et les bonheurs du genre. Entre œuvres fondatrices (X-Men et X-Men 2) et ratages quasi complets (X-Men 3 et X-Men : Apocalypse), la saga aux mutants cristallise ce qui va ou non. Mais là où on se croirait dans Inception, c’est quand on voit que sa trilogie spin-off centrée sur Wolverine le fait aussi. D’un début désastreux, on est passé à un divertissement de bonne facture pour finalement atteindre, en 2017, une qualité exceptionnelle avec le Logan de James Mangold. Le réalisateur de 3h10 pour Yuma ou Walk the Line revient donc aux affaires avec un Wolverine dont il avait su relever le niveau des aventures solo dans Le Combat de l’Immortel pour finalement nous livrer un chapitre final réellement à part. Logan est un film qui dénote avec presque tout ce qu’on a connu dans l’univers des films Marvel jusqu’ici et offre un niveau de maîtrise qui rappellera bien plus la trilogie du Chevalier Noir de Nolan ou bien Watchmen. Plus obscur, plus pessimiste, plus brutal, ce tout dernier film consacré à Wolverine est une réussite pleine et entière comme on n’en voit que trop rarement dans le microcosme des films de super-héros.
Et comme si cette deuxième place ne suffisait pas, Logan récolte en plus :

  • L’Eucalyptus d’Or du meilleur film de super-héros de l’année
  • L’Eucalyptus d’Or du meilleur acteur de l’année pour Hugh Jackman
  • L’Eucalyptus d’Or du meilleur second rôle masculin de l’année pour Patrick Stewart
  • L’Eucalyptus d’Or de la révélation féminine de l’année pour Dafne Keen

Mon avis complet sur Logan est à lire ici !

N°1 – Baby Driver

Edgar Wright, c’était un peu comme ce copain qui me raconte des trucs marrants mais avec qui je ne me sens pas non plus de passer tout mon temps-libre à la récré. Puis un jour, il m’a raconté cette histoire, celle-là même qui m’a fait comprendre que le gars en face de moi est un ouf, un ouf malade. Mieux que ça même, il est surpuissant. Dans le cas de Wright, cette histoire c’est clairement Baby Diver. Et là où Edgar (car c’est mon super pote maintenant, je l’appelle par son prénom, l’air de rien) réussit encore mieux son coup, c’est qu’il ne m’a pas raconté son histoire : il me l’a chantée en dansant. Et il danse bien en plus de ça. Car Baby Driver est une très jolie pépite cinématographique ET musicale, l’un n’allant pas sans l’autre en l’occurrence. Edgar Wright propose alors une espèce de chimère magnifique où image et musique forment un tout qui n’est peut-être pas une invention en soi mais qui se veut être suffisamment réjouissante pour apporter une sorte d’air frais vivifiant au spectateur. Mon seul regret, c’est bien de ne l’avoir vu qu’une seule fois au cinéma.
Baby Driver remporte donc sans souci :

  • L’Eucalyptus d’Or du meilleur film de l’année
  • L’Eucalyptus d’Or du meilleur réalisateur de l’année pour Edgar Wright
  • L’Eucalyptus d’Or de la révélation masculine de l’année pour Ansel Elgort
  • L’Eucalyptus d’Or de la bande originale de l’année

Pour retrouver mon article complet sur Baby Driver, rendez-vous sur cette autre page du blog !

____________________

Mentions spéciales

Film de science-fiction de l’année : La Planète des Singes – Suprématie
Film étranger de l’année : La Belle et la Meute
Film Netflix de l’année : Okja
Pires films de l’année (ex aequo) : Les Proies et Alien – Covenant

Film culte enfin vu cette année : 28 Jours Plus Tard
Film qui a foutu une claque à tout le monde mais dont on est finalement tous bien revenus avec le recul : Blade Runner 2049
Dilemme de l’année : Star Wars – Episode VIII : Les Derniers Jedi
Sagas (re)vues en entier cette année : Trilogie Cornetto, Alien, Men in Black
Bonne surprise de l’année : Life – Origine Inconnue
Film Univers Ciné Marvel de l’année : Thor – Ragnarok

____________________

Top 5 des attentes pour 2018 (très largement susceptible d’évoluer)

N°5 – Solo

Quand la curiosité l’emporte sur le bon sens. Rendez-vous en Mai pour Han Solo !

N°4 – Pentagon Papers

Spielberg + Hanks = oui. Sortie française le 24 Janvier !

N°3 – Les Indestructibles 2

Depuis le temps qu’on l’attend, la suite de l’un des meilleurs Pixar va enfin arriver cet été !

N°2 – L’Ile aux Chiens

Un nouveau Wes Anderson, c’est comme une boite de bonbons, c’est une douceur qui ne se refuse pas. Sortie française prévue pour le 11 Avril !

N°1 – Avengers : Infinity War

Parce que ce sont 10 ans de patience qui vont enfin se concrétiser et que rien ne peut lutter contre le petit garçon de 10 ans qui sommeille en moi.

____________________

Voilà donc le bilan que je tire de mon 2017 cinéphile. Je pense pouvoir dire que le cru des 12 derniers mois fut particulièrement bon. Plein de surprises, varié, réussi, le lot des films sortis en 2017 est d’une telle qualité qu’il fera vite oublier les quelques ratés qui m’auront déçu (pauvre, pauvre Alien – Covenant…). A tous ces films que j’évoque ici, on pourrait aussi ajouter ceux qui ont su, sans pour autant se hisser au sommet, me faire passer un bon moment dans les salles obscures comme Blade Runner 2049, La Planète des Singes – Suprématie, Get Out, Life ou encore Thor – Ragnarok, pour ne citer que ceux-ci.
Un bilan très positif donc et j’espère que 2018 saura offrir des sorties ciné aussi alléchantes et enthousiasmantes. A l’heure actuelle, mes principales attentes sont ce qu’elles sont et sans doute auront-elles changé d’ici quelques semaines, allez savoir. Au gré des annonces, tout peut encore basculer. Je suis certain en tous cas que les 12 prochains mois (très bien entamés avec
Les Heures Sombres de Joe Wright) sauront à leur tour proposer quelques surprises qui viendront bousculer un peu tout ça !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.