Ciné Sounds n°77 – « Perfect Day » par Lou Reed

Sorti en 2008 et réalisé par Rémi Bezançon, Le Premier Jour du Reste de Ta Vie a été une bonne surprise en ce qui me concerne. Ceux qui ont tendance à caricaturer le cinéma français d’aujourd’hui ont pris l’habitude de n’y trouver que du drame toujours plus dramatique ou de la comédie toujours mois comique. Sauf qu’avec ce film, Rémi Bezançon arrive à se faire une petite place en dehors de ces sentiers trop battus. Aussi drôle que touchant, son film raconte l’histoire d’une famille à travers les années, des enfances tranquilles aux affres de l’âge adulte, le tout évoquant avec une simplicité naturelle le rapport aux parents, la construction de soi ou encore d’autres questionnements plus ou moins existentiels qui nous tombent toujours sur la figure un jour ou l’autre. Alors oui, il a son côté un peu adolescent parfois, certains le trouveront même sans doute un tantinet « bobo » (sauront-ils au moins pourquoi ?) mais Le Premier Jour du Reste de Ta Vie est néanmoins un de ces films agréables qui se laissent regarder sans problème, qui aèrent l’esprit et qui méritent, eux, cette appellation tellement galvaudée aujourd’hui de feel good movie. Et puis franchement, Jacques Gamblin et Zabou Breitman y sont impeccables et ça, c’est toujours une gageure.

Si Gamblin et Breitman sont éblouissants dans ce film, ils forment aussi et surtout un très beau duo.

Si Gamblin et Breitman sont éblouissants dans ce film, ils forment aussi et surtout un très beau duo.

Du côté de la musique, ce que l’on peut dire c’est qu’elle occupe une place importante dans ce film, que ce soit avec les évocations de Nirvana ou de Frank Zappa ou encore avec le fameux concours de air guitar. Reste que c’est Sinclair qui a été chargé de la bande originale mais on y trouve également d’autres titres, tous issus de répertoires différents, à commencer par celui d’Etienne Daho avec la chanson Le Premier Jour du Reste de Ta Vie (tiens donc). A ses côtés, Indochine, Janis Joplin ou encore David Bowie ponctuent la vie des cinq personnages que l’on suit ici. Mais c’est sur Perfect Day que j’ai voulu m’arrêter aujourd’hui. Titre absolument culte, il s’agit certainement aussi de l’une des plus connues de Lou Reed dans sa carrière solo (sûrement juste derrière Walk on the Wild Side). Parue en 1972 sur l’excellent album Transformer, cette chanson est une des plus belles chansons d’amour qui soient, bien que certains y voient également un texte sur la dépendance à la drogue… Perfect Day a depuis sa parution été largement reprise, notamment par Patti Smith, Coldplay ou Duran Duran, sans oublier la version caritative de 1997 qui réunissait (entre autres) Lou Reed lui-même mais aussi Bono, David Bowie, Elton John, Suzanne Vega, Tom Jones ou encore Tammy Wynnette. Elle fut également utilisée dans au moins deux autres films, à savoir Trainspotting (Danny Boyle, 1996) et Prozac Nation (Erik Skjoldbjærg, 2001).

Lou Reed sur scène en 1972.

Lou Reed sur scène en 1972.

Enjoy !

Publicités

3 réflexions sur “Ciné Sounds n°77 – « Perfect Day » par Lou Reed

  1. C’est un des premiers exemples qui me viennent en tête quand je pense à des chansons qui ont été sublimées par un film. Elle est magique à la base, et depuis que j’ai vu « Le plus beau jour du reste de ta vie » elle est directement associée à ce film dans mon esprit, tant ils se sont bien trouvés. Très joli choix, donc ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s