TFGA n°16 – « C’est gagné, we did it ! »

Quelle audace ! Le mec titre son TFGA avec une réplique de Dora l’Exploratrice ! On peut dire qu’il en a là où il faut le garçon. Tellement qu’il a réussi dans sa vie de joueur à accomplir différentes choses plus ou moins accessibles et dont il fait sa fierté (transition de malade, vous l’aurez remarqué). Et ça tombe bien puisque « Vos plus beaux accomplissements » est justement le thème du TFGA de ce mois de Mars (mais quel génie de la transition bon sang !). Un thème une fois encore concocté par Alex sur son blog, où vous pourrez bien évidemment retrouver sa propre contribution ainsi que la liste de tous les contributeurs à cette 18ème édition (encore deux de retard à rattraper et je serai à jour d’ailleurs).

TFGA-alex1

N°5 : Trouver une PS1 en très bon état et pour pas cher dans un vide-grenier

Ça c'est fait.

Ça c’est fait.

Il y a encore peu de temps une telle anecdote n’aurait rien eu à faire ici tant il aurait été somme toute assez simple de dénicher une console de la génération de la première PlayStation sans casser son PEL pour autant. Seulement voilà, avec l’arrivée et l’émergence des cash converters et du Bon Coin, la question du prix de l’occasion entre particuliers a bien évolué. La faute en revient principalement aux cash converters justement, lesquels n’hésitent pas à te racheter pour le prix d’une miette de pain tes jeux et consoles afin de mieux les revendre 10 fois plus cher derrière (j’en ai fait l’expérience, je sais de quoi je parle). Ces magasins spécialisés dans le reachat et la revente ont donc conduit à créer un nouvel argus du jeu vidéo d’occasion que les particuliers n’ont pas mis bien longtemps à s’approprier (forcément, quand on peut se faire des sous hein, on est tous pareils…), introduisant alors une nouvelle ère pour l’occasion, parallèle aux pratiques des grandes enseignes (lesquelles n’ont pas trop changé leurs stratégies sur ce secteur vu qu’elles sont toujours été plus ou moins abusives). La moindre mère de famille qui n’y connait pas grand-chose mais qui veut revendre les vieux jeux de son ex-joueur de fils devenu cadre sup’ avec pavillon en périurbain et Renault Espace pourra alors sans se fouler te proposer un Tomb Raider premier du nom pour la modique somme de 20, 30, voire 40€ (là encore, ce sont des prix constatés par moi-même sur différents vide-greniers…). Jouant en plus sur le côté soi-disant collector de certaines machines et softs, les consoles n’ont pas échappé à ce syndrome d’inflation et il n’est pas rare de voir le vendeur lambda sur Le Bon Coin te proposer sa PS1, PS2, GameCube, Nintendo 64 pour 80 à 100€. Fort heureusement, au milieu de ce flot d’incohérences, il se trouve encore quelques gars honnête et le type à qui j’ai acheté ma première PS1 en 2013 (oui oui, vous avez bien lu) en était un. Nous étions mon frangin et moi sur un vide-grenier en banlieue limougeaude par un beau dimanche matin et j’aperçois ladite console sur un stand, je m’approche, la nana me regarde et je lui demande le prix : 25€. Estimant pouvoir peut-être faire mieux ailleurs, je passe d’abord mon chemin pour mieux revenir ensuite quand je vois que c’est son compagnon qui tient la baraque désormais. Nouvelle demande : 10€. Regard noir de la nana à l’encontre de mec mais on fait tous comme si de rien n’était. Mais c’est à ce moment-là que mon frangin surgit de sa Pokéball et lance son attaque « Intimidation » en lâchant un sobre mais incitatif « 5€ » à la face du vendeur. C’est super efficace, j’ai payé la console 20€ de moins que le prix initial. Et elle marche très ALLEZ HOP ! L’anecdote pourrait se poursuivre avec mon achat ultérieur pour le même prix du premier Metal Gear Solid alors que tous les autres sur Le Bon Coin (encore lui, le saligaud) étaient à 45-50€ mais on va s’arrêter là.

N°4 : Gagner la Xbox One après un million de concours

Ça c'est fait (bis)

Ça c’est fait. (bis)

Il y a plusieurs choses à évoquer ici. Déjà le fait que j’ai participé à un nombre incalculable de concours depuis les sorties respectives de la Xbox One et de la PS4 (et pour info je continue encore et toujours pour cette dernière). Un nombre incalculable parce que je savais pertinemment qu’un concours était ma meilleure (seule ?) chance à l’époque d’obtenir l’une ou l’autre. J’ai tout fait dans cette optique, tout : Follow+RT, répondre à des quiz, simplement remplir des formulaires, regarder des vidéos pour je ne sais plus quel motif, m’abonner à des pages Facebook… TOUT ! Au fond, vu le temps que j’y ai passé, je suis bien légitime hein. Mais ce n’est pas la question. Non ce que j’estime être vraiment cool dans cette affaire au-delà du fait que j’ai remporté la console en question en ce joli printemps 2015, c’est surtout que – pour une fois – ce n’était pas un compte sorti de nulle part qui gagnait. En particulier sur Gameblog (car c’est bien là que tout s’est joué). Il est en effet (du moins « il fut », je ne sais pas ce qu’il en est aujourd’hui) courant de voir des concours sur ce site. Le souci c’est qu’il est tout aussi courant de voir en vainqueurs des pseudos que personne ne connait et qui fleurent bon le multi compte. Quand tu vois que c’est Kevindu77, Kevindu77bis, Kevindu77ter ou LeChatdeKevindu77 qui ont remporté les cinq concours précédents, il y a de quoi finir par rager. Du coup, oui, je considère que le fait d’avoir gagné sans être un total random peon sur le site à l’époque est un chouette achievement en soi. Le moindre du lot mais tout de même, c’est toujours plus plaisant pour tout le monde.

N°3 : Tortank niveau 100

Le meilleur !

Le meilleur !

Un Pokémon au niveau 100, c’est devenu une telle banalité que tout le monde s’en fout. S’en vanter aujourd’hui ce serait comme venir se la raconter parce qu’on a la WiFi à la maison : tout le monde l’a ou presque, en quoi est-ce exceptionnel ? En rien. Mais si l’on remonte de quelques années pour se retrouver à l’orée du XXIème siècle, à une époque où le câble Link était un truc complètement hype, là on change un peu la donne. Sérieux, ce n’est pas tout le monde qui avait un Pokémon niveau 100 en ces temps reculés où les braves pouvant exposer fièrement ces puissantes créatures dans la cour de récré se comptaient sur les doigts d’une main (à l’école on était 4, sorte de Ligue Pokémon IRL, la surclasse totale). Du coup, ouais, un Pokémon niveau 100 à l’époque c’était dur et c’était donc un accomplissement en soi. Je fais donc de mon Tortank dont je vous ai déjà plusieurs fois parlé (un peu comme votre mémé vous parle de son bon vieux bichon) un de ces accomplissements. Ça m’a pris un temps fou pour le faire arriver à un tel niveau. Et quelle puissance il dégageait. Tant et si bien qu’il a non seulement navigué dans chacune de mes cartouches tant que cela a été possible mais aussi dans celles de certains camarades de jeux qui étaient bien content de le voir débouler, un peu comme Loïs Lane est contente de voir Superman fondre sur elle quand elle chute du haut d’un gratte-ciel où elle n’avait rien à faire de toute façon. Ah, Tortank…

N°2 : Trouver un Expansion Pak alors que la Nintendo 64 a déjà été remplacée par la GameCube

Ça n'a pourtant l'air de rien.

Ça n’a pourtant l’air de rien.

Oui bon le titre de ce n°2 est un chouïa long mais il fallait bien ça. Pour comprendre l’histoire il faut se remettre dans le contexte. Nous sommes vraisemblablement en 2003 ou quelque chose comme ça (je ne me souviens plus très bien) et la Nintendo 64 – bien que toujours branchée chez moi – a vu débarquer la GameCube. Autrement dit, nous sommes à une époque où les jeux N64 fleurissent en occasion. Parmi ceux-ci, un que je n’avais pas eu : The Legend of Zelda – Majora’s Mask. Je le voulais, le prix était somme toute correct, je l’ai pris. Fin de l’histoire ? Que nenni ! C’eut été trop simple ! Non ce n’est qu’une fois à la maison que je découvre à mon grand désarroi que le jeu ne fonctionnera pas sans la présence d’un Expansion Pak dans la console… Pour ceux qui l’ignorent, il s’agit d’un accessoire qui permet de booster les performances de la console et certains jeux comme Majora’s Mask ou Donkey Kong 64 fonctionnaient exclusivement avec ladite petite chose. Nous aurions encore été aux alentours de 2000 (quand Majora’s Mask est sorti initialement), ce n’aurait sans doute pas été un gros problème. Alors que là… Non, clairement, trouver un Expansion Pak à Limoges à une époque où ce n’est plus aussi courant et où les cash converters n’existent pas encore c’est un peu mission impossible. Et d’ailleurs c’est bien simple, j’ai appelé absolument TOUTES les boutiques de jeu vidéo de la ville pour dénicher ce maudit accessoire ! Toutes sans aucune exception ! Et ce n’est que dans la dernière (Games Paradise, une boutique qui venait juste d’ouvrir à l’époque, avec une équipe très très sympa mais qui n’a malheureusement pas fait long feu) que le gars au bout du fil m’a enfin dit cette phrase que j’espérais tant : « Ah ouais, il nous en reste un seul, je te le mets de côté alors ?  » Et comment que tu me le mets de côté ! D’ailleurs le gars ne m’avait pas demandé mon nom et quand je suis arrivé à la boutique le lendemain j’ai bien cru que ça allait être mort mais en fait non, ils ont dû se dire qu’il ne devait pas y avoir tant de gens que ça pour chercher un Expansion Pak à l’époque. Enfin bref, une bien belle histoire et un chouette accomplissement !

N°1 : Finir Alien : Isolation

J'aurais dû compter le nombre de fois où j'ai vu ça...

J’aurais dû compter le nombre de fois où j’ai vu ça…

Je disais à Cinemax en lisant son propre TFGA l’autre jour que nous avions « en quelque sorte » un point commun. Cette similarité, c’est ici qu’elle se trouve, dans le fait que nous avons chacun terminé un jeu à tendance horrifique alors que, visiblement, ça n’est pas originellement notre came à tous les deux. Pour lui ce fut Silent Hill : Downpour, pour moi ça aura été Alien : Isolation. Qu’on se le dise, avoir la pétoche ce n’est pas mon truc (surtout que je suis une vraie flipette alors bon…). Mais voilà, il y a eu les streams de Caroline sur ce jeu puis une promo Micromania qui le faisait à 4,9€ alors il aurait été dommage de se passer de ce jeu qui, malgré mes a priori, me faisait envie. Les a priori en question en concernaient pas la qualité du jeu mais bien ma façon de l’appréhender. Et j’ai eu raison d’ailleurs. Entamé en Décembre, je l’ai finalement laissé de côté (trop de stress, je ne tenais pas dessus) pour mieux le finir dans le courant des mois de Février et Mars. Et bon sang ce que j’ai flippé ! Je présente d’ailleurs mes excuses auprès d’Amanda Ripley pour l’avoir fait mourir bêtement tant de fois ! Le jeu en tous (on en reparlera plus en détail sous peu) est bourré de qualités. Ambiance assez dingue et digne du premier film Alien, level design labyrinthique et soigné au possible… J’en aurais bavé en jouant à Alien : Isolation mais j’aurais également pris un vrai plaisir à la parcourir et ce fut la première fois depuis un moment que j’ai ressenti une réelle satisfaction à l’idée de le finir. Pourtant, rien n’était joué d’avance étant donné le registre dans lequel il évolue.

A la relecture, je me rends compte que mes accomplissements sont loin d’être incroyables. Disons-le tout net, ils sont d’une banalité affolante. Mais peu importe, l’essentiel étant qu’ils en soient pour moi. Car oui, Tortank niveau 100 à l’époque c’était classe, finir Alien : Isolation en étant particulièrement réceptif à l’ambiance qu’il impose c’est pas simple, etc. Enfin bref, on a les fiertés qu’on peut et je vous conseille maintenant d’aller lire celles des autres participants en vous rendant sur le blog d’Alex (lien en début d’article) pour y trouver toutes les contributions de ce mois de Mars. Et rien ne vous empêche évidemment si vous en avez envie de donner votre propre top 5 ici, en commentaire !

Publicités

10 réflexions sur “TFGA n°16 – « C’est gagné, we did it ! »

  1. Pingback: Alex Effect » TFGA n°18 – Vos plus grands accomplissements

  2. J’étais quand même grave déçu pour la défaite de LeChatdeKevindu77 :/
    C’est pas banal d’avoir terminé Alien Isolation. J’étais dans un tel état de transe en le finissant que je refuse de considérer ça comme anodin ! Donc bravo !
    Y’a un moyen de louer ton frère quand je vais dans des brocantes ou en magasin ?

    • Tout le monde aime les chats, c’est pour ça.

      Comme je connais ce sentiment à la fin d’Alien. Faut que je m’attaque à son article d’ailleurs ! /o/

      Quant à mon frangin, il donne des cours de persuasion si tu veux. Je peux peut-être t’avoir un prix d’ami.

  3. Pingback: TFGA n°18 – Mes plus grands accomplissements « Daily Moogle

  4. Excellent classement une nouvelle fois, très détaillée 🙂

    Le coup de la brocante pour la PS1 est hallucinant, j’aurais voulu être là pour voir la tête de la nana qui du coup n’a pas voulu contredire son mec en direct haha

    Et concernant les jeux horrifiques que pourtant nous bravons, pour ma part c’était The Evil Within. Je constate que nous sommes finalements beaucoup à avoir bravé nos peurs 😮

    (ah et je vois que tu rattrapes ton retard sur les TFGA c’est GG ça, plus que 2 !)

    • Ha ha, oui j’ai travaillé à rattraper mon retard. Les deux qui me manquent sont dans mes brouillons, ils ne devraient plus tarder à arriver. 🙂
      Merci pour ton commentaire en tous cas !
      Pour la nana du vide-grenier, c’était le dépit incarné quand je suis reparti avec la PS1. C’était à la fois magnifique et terrifiant. :3

  5. Finalement la règle est respectée : un TFGA dans lequel figure Pokémon est un bon TFGA.

    J’ai presque été ému par l’évocation de ce tortank :’)

    Merci pour ce TFGA ! 🙂

    PS : et bravo aussi pour Alien, les jeux qui font peur perso j’aime pas ça :p

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s