Ciné Sounds n°67 – « Accidentally in Love » par Counting Crows

Sorti en 2004, Shrek 2 était une de ses suites qui réussit à admirablement succéder au film précédent. Car si Shrek premier du nom était déjà un très bon film d’animation, Dreamworks pose avec ce numéro 2 un film maîtrisé de bout en bout qui brille non seulement par sa construction mais aussi et surtout par son incommensurable lot de références, lesquelles sont toutes appliquées avec un talent certain tout au long des différentes scènes. En se réappropriant à 100 % l’univers des contes que l’on connaît, le trio de réalisateurs formé par Andrew Adamson, Kelly Asbury et Conrad Vernon livre un dessin animé marqué par un subtil mélange entre humour, aventure, références et différents niveaux de lecture de certains gags qui ne manqueront pas de parler aux plus âgés sans pour autant choquer les plus jeunes. A mon sens, Shrek 2 est le meilleur épisode de la licence devant le premier et laissant le troisième et le quatrième films loin derrière.

Alien, une référence parmi tant d'autres !

Alien, une référence parmi tant d’autres !

En ce qui concerne la bande originale du film, c’est Harry Gregson-Williams qui a composé les différentes pistes du film. Je ne reviens pas sur ce monsieur puisqu’on en parlait déjà dans le Ciné Sounds n°66 consacré à Seul sur Mars et à son utilisation de Starman du regretté David Bowie. A ce sujet, nous reparlerons bientôt de Bowie sur le blog puisque je vais publier plus tôt que prévu (ce week-end) l’article que j’ai prévu sur son album Rise & Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars, en hommage à ce chanteur qui nous manque déjà beaucoup trop. Mais revenons-en à la BO de Shrek 2 qui, non contente de se composer des morceaux de Harry Gregson-Williams, pioche également dans différents standards de la musique pop des dernières décennies avec notamment Little Drop of Poison de Tom Waits mais aussi et surtout les très kitsch Holding Out for a Hero de Bonnie Tyler et Funkytown de Lipps Inc. Mais le morceau sur lequel j’ai choisi de m’arrêter, c’est Accidentally in Love, le single de Counting Crows. Enregistrée tout spécialement pour le film (elle n’apparaît sur un aucun album du groupe), cette chanson est un archétype de pop song que certains trouveront sirupeux mais dont j’apprécie pas mal l’intégration dans l’introduction du film.

Les mecs de Counting Crows.

Les mecs de Counting Crows.

Enjoy !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s