Ciné Sounds n°64 – « Espionage » par Green Day

C’est en 1999 que Mike Myers donne une suite aux aventures de son agent secret déjanté Austin Powers. Avec Austin Powers 2 : L’Espion qui m’a Tirée, Myers poursuit sur sa lancée du pastiche total des films d’espionnage et continue de tourner en dérision ce qui a fait le côté culte des films de l’agent 007. Powers est l’antithèse de ce qu’est James Bond d’ailleurs. Déluré, particulièrement porté sur le sexe et doué d’un humour douteux, on se demande finalement comment il a bien pu arriver à terminer sa mission. De mon côté, j’avoue m’être surtout demandé comment j’ai réussi à terminer le film. Longuet bien que ne durant que 95 minutes et poussif, il aurait pourtant pu me séduire via ses nombreuses références à MoonrakerL’Espion qui M’aimaitStar Wars ou encore à Retour vers le Futur et La Planète des Singes. Mais cela ne suffit pas à faire oublier le vide d’un scénario dont le personnage-même de Powers n’arrive pas à constamment relever la niveau. Alors oui, on rigole bien une ou deux fois, on sourit de temps en temps mais ça s’arrête là.

Je crois que la seule chose que Austin Powers 2 réussit vraiment, c'est son apologie du kitsch.

Je crois que la seule chose que Austin Powers 2 réussit vraiment, c’est son apologie du kitsch.

Fort heureusement, il y a une chose dans ce film qui passe plus que bien et c’est sa bande originale au sein de laquelle j’ai eu le plaisir de retrouver pas mal d’artistes que j’apprécie. Outre Madonna ou Quincy Jones, on y entend notamment pour mon plus grand plaisir des morceaux des Who, de Lenny Kravitz, de Steppenwolf, de R.E.M. ou encore le culte I’m a Believer des Monkees. Mais le morceau sur lequel j’ai choisi de m’arrêter aujourd’hui est une composition du groupe californien Green DayEspionage. Cette piste instrumentale s’oriente complètement dans le style des thèmes de films d’espionnage d’autrefois en mêlant une mélodie à la guitare qui pourra rappeler James Bond mais aussi des cuivres intelligemment posés. Pour les amateurs, Green Day a commercialisé ce morceau en 2005 sur Shenanigans, compilation hautement recommandable réunissant diverses faces B et autres raretés du groupe.

Les trois membres de Green Day à la fin des années 1990.

Les trois membres de Green Day à la fin des années 1990.

Enjoy !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s