Ciné Sounds n°63 – « Come Together » par The Beatles

Des films réalisés par Robert De Niro, il n’y en a pas des masses. En fait il n’y en a que deux : Raisons d’Etat et l’autre. L’autre, c’est Il Etait une Fois le Bronx qui, malgré son titre trompeur en VF, n’a strictement rien à voir avec la trilogie de Sergio Leone à laquelle De Niro avait justement participé (Il Etait une Fois en Amérique). Ce film, sorti en 1993, raconte l’histoire du jeune Calogero Anello (incarné respectivement à l’enfance puis à l’adolescence par Lillo Brancato et Francis Capra), tiraillé entre l’éducation de son père (un chauffeur de bus que De Niro joue lui-même) et les magouilles de Sonny LoSpecchio (un chef mafieux incarné par Chazz Palminteri et qui doit une fière chandelle à Calogero justement). Excellent film s’il en est, Il Etait une Fois le Bronx reprend nombre de films de gangsters dans lesquels De Niro est apparu (il est allé à bonne école faut dire) tout en distillant une émotion constante et certaine. Il est aussi intéressant de voir la manière dont l’acteur/réalisateur traite la question de la ségrégation qui est tout sauf un simple élément du contexte dans ce film. Sur le casting, pas grand-chose à redire puisque tout est bon, des immenses De Niro et Palminteri aux deux jeunes acteurs campant Calogero en passant par ce caméo fort sympathique de Joe Pesci.

il-etait-une-fois-le-bronx_372524_44830

A la fois acteur et réalisateur, Robert De Niro excelle des deux côtés de la caméra.

En ce qui concerne la musique, De Niro a fait appel aux talents de compositeur de Butch Barbella mais est également aller piocher dans les discographie de multiples artistes afin de créer un background musical des plus agréables tout en collant parfaitement au propos. Ainsi l’on entendra Dean Martin ou Frank Sinatra lorsqu’il s’agira du personnage de De Niro tandis que des groupes et artistes plus rock’n’roll et/ou 50’s-60’s comme Jimi Hendrix, les Kinks, The Moody Blues ou les Four Tops viendront accompagner des scènes plus ancrées dans le temps présent et dans ses tourments, en opposition justement au côté « c’était mieux avant » évoqué via Sinatra et consorts. Les Beatles sont également de la partie avec Come Together, tirée de Abbey Road (1969), leur dernier album enregistré. Le morceau a depuis été très largement repris par une large palette d’artistes allant de Diana Ross à Rory Gallagher en passant par les Supremes, les Rolling Stones, Michael Jackson ou encore Aerosmith pour la bande originale du film Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band de 1978.

91

Les Beatles en 1969.

Enjoy !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s