Un jour, un album – Hors série n°3 : « Les Gardiens de la Galaxie »

Après deux premiers hors séries consacrés aux bandes originales de Forrest Gump et de Good Morning England, l’article du jour ne sera à son tour pas consacré à l’album d’un groupe ou artiste particulier. Laissons donc de côté les Motörhead de la dernière fois et faisons attendre encore un peu Muse pour dans deux semaines et allons nous intéresser à la BO d’un film qui fut l’un des plus gros succès de l’Univers Cinématographique Marvel.

Les Gardiens de la Galaxie

les-gardiens-de-la-galaxie-photo-53b3e1d34ef29

Le film qui a introduit l’autre équipe de héros aux côtés des Avengers dans l’UCM a déjà été évoqué sur ce blog, tant à travers la critique que j’en avais faite qu’avec le numéro 29 de ma rubrique Ciné Sounds, où nous avions écouté le culte Ain’t No Moutain High Enough de Marvin Gaye et Tammi Terrell. Sorti en 2014, Les Gardiens de la Galaxie est un film de James Gunn – lequel réalisera également sa suite prévue pour 2017 – et qui a réussi à renouveler le style général des films Marvel. Alors que les Iron Man et autres Captain America commençaient à tristement tourner en rond, Les Gardiens de la Galaxie tombaient à point nommé pour donner un second souffle à tout cet univers en y appliquant une approche pas franchement révolutionnaire mais qui avait au moins le mérite de sortir des sentiers un peu trop battus par les productions de Kevin Feige. James Gunn apportait en effet dans son film une dose d’humour bienvenue et un dynamisme réjouissant qui arrivait presque à s’affranchir du schéma classique de construction des scénarios Marvel. Encore une fois, ce n’était pas révolutionnaire mais l’ensemble arrivait tout de même à accrocher le spectateur en lui proposant un spectacle moins attendu. Très bien composé, ce film jouissait non seulement de sa capacité à rebondir sur les situations et les références mais également d’un humour qui renvoyait Tony Stark a ses classes. Les Gardiens de la Galaxie fut également l’occasion de découvrir Chris Pratt que certains connaissaient déjà auparavant grâce à l’excellente série Parks & Recreation mais qui s’est réellement fait un nom avec son interprétation de Star-Lord. Sans oublier Dave Bautista, l’ex-catcheur me révélant à ma grande surprise qu’il pouvait être un acteur tout à fait convenable (j’ai réellement hâte de le voir en Mr. Hinx dans le prochain 007, Spectre). A leurs côtés, Zoe Saldana offrait une Gamora sans concession mais qui réussit tout de même à devenir le personnage féminin le plus travaillé de l’UCM tandis que Bradley Cooper donnait à son interprétation de Rocket Raccoon une qualité qui était au moins aussi grande qu’inattendue. Quant à Vin Diesel…ben il s’appelle Groot quoi.

Et dire que j'ai eu des doutes sur cette bande de bras cassés à une époque...

Et dire que j’ai eu des doutes sur cette bande de bras cassés à une époque…

Côté musique, Les Gardiens de la Galaxie reprend l’idée qu’avait eue Jon Favreau en réalisant les deux premiers Iron Man, à savoir utiliser des compositions originales mais également des morceaux plus ou moins cultes tirés de différents répertoires. Côté compositions, c’est à Tyler Bates que l’on a fait appel. S’il est le guitariste de Marilyn Manson depuis 2014 (oui oui), ce monsieur a travaillé sur de nombreux films depuis les années 1990. Vous pouvez notamment entendre ses morceaux dans Dawn of the Dead300Watchmen ou encore Sucker Punch. Avec 29 compositions, Tyler Bates a fait le choix de se baser sur le style habituellement appliqué dans les films de super-héros de manière générale. Mais laissons cela de côté et occupons-nous de ce qui fait l’objet de cet article : l’Awesome Mix Vol.1. A l’origine, il s’agit de la compilation sur cassette que la mère de Peter Quill donne à ce dernier au tout début du film. Régulièrement sollicitée au cours du long-métrage, ladite compilation est faite de morceaux so 60’s and 70’s. Au-delà de cette utilisation cinématographique, cet Awesome Mix a été commercialisé ensuite à mon plus grand plaisir. C’est alors une douzaine de morceaux qui nous sont proposés, dont certains étaient depuis pas mal tombés dans l’oubli malgré un succès fulgurant à l’époque de leur sortie. Quel plaisir alors de (ré)entendre Blue Swede et son Hooked on a Feeling, le Moonage Daydream de Bowie, ou encore Norman Greenbaum et autres Runaways ! Voici d’ailleurs la liste des 12 chansons présentes sur l’album :

1- Hooked on a Feeling, Blue Swede
2- Go All the Way, The Raspberries
3- Spirit in the Sky, Norman Greenbaum
4- Moonage Daydream, David Bowie
5- Fooled Around and Fell in Love, Elvin Bishop
6- I’m Not in Love, 10cc
7- I Want You Back, The Jackson Five
8- Come and Get Your Love, Redbone
9- Cherry Bomb, The Runaways
10- Escape (The Piña Colada Song), Rupert Holmes
11- O-o-h Child, Five Stairsteps
12- Ain’t No Mountain High Enough, Marvin Gaye & Tammi Terrell

Mêlant rock’n’roll pur jus et chansons plus pop quand on ne touche pas carrément à des slows, cette bande originale est pour moi l’une des meilleures de ces dernières années, bien que je considère celle de Good Morning England encore au-dessus ne serait-ce que par l’orgie de chansons que j’adore qu’elle représente. Mais on tient néanmoins ici une compilation d’excellente facture et, croyez-moi, si j’attends impatiemment de voir Les Gardiens de la Galaxie 2 c’est non seulement pour voir cette suite mais aussi pour découvrir l’Awesome Mix Vol.2 !

__________

Premier titre : Spirit in the Sky, Norman Greenbaum
Enregistré et sorti en 1969, ce single de Norman Greenbaum figure également sur l’album éponyme et constitue le plus gros succès du chanteur. Greenbaum révéla par la suite que l’inspiration pour cette chanson lui est venue après avoir vu Porter Wagoner – un chanteur country américain – interpréter un gospel à la télé. Avec quelque sonorités typiques du psychédélisme ambiant de l’époque et notamment une introduction reconnaissable entre mille, Spirit in the Sky évoque principalement la vie après la mort, sujet pas bien réjouissant mais que Norman Greenbaum rend bien plus agréable à évoquer grâce à une mélodie enthousiaste.
Depuis, le morceau a été utilisé dans différents médias et notamment les films Apollo 13 et Wayne’s World 2 ainsi que dans le jeu vidéo Rock Band premier du nom. Il est à noter que si la chanson figure sur le bande originale des Gardiens de la Galaxie, elle n’apparaît pas pour autant dans le film mais dans une des bande-annonces.

__________

Deuxième titre : I Want You Back, The Jackson Five
Il s’agit probablement, avec ABC, de l’une des chansons les plus connues du quintet formé par Michael Jackson et ses frangins dans les années 1960-70. Funk au possible, je l’ai toujours trouvée géniale pour mettre de l’ambiance, même si je ne suis pas spécialement fan des Jackson Five à l’origine. Et puis elle me rappelle surtout que Michael Jackson était quand même déjà très bon quand il était gamin. Pour tout vous dire, je préfère I Want You Back à n’importe quelle chanson de Michael Jackson en solo (même Thriller). Enfin bref, ce morceau est sorti en 1969 sur l’album Diana Ross Presents The Jackson 5. C’est d’ailleurs à Diana Ross que cette chanson était destinée après que Gladys Knight l’ait refusée. Il est à noter au sujet de l’album que Diana Ross n’a pas découvert les Jackson Five. C’est en fait Gladys Knight et Bobby Taylor qui les ont amenés à la Motown, pour laquelle ils étaient tous deux sous contrat. Le titre de l’album suggère donc un parrainage du groupe par Diana Ross mais il ne s’agit de rien d’autre qu’un coup de pub.
I Want You Back est présente à la toute fin des Gardiens de la Galaxie mais je préfère ne pas dire quelle scène elle accompagne, pour ceux qui ne l’auraient pas vue (ce serait dommage de leur gâcher le plaisir).

__________

Troisième titre : Cherry Bomb, The Runaways
Là encore, nous avons affaire à un morceau qui figure parmi les plus connus du groupe qui l’a interprété. En fait, il s’agit en l’occurrence carrément du principal tube des Runaways. Tirée du premier album du groupe, cette chanson fut écrite et composée par Joan Jett (alors chanteuse et guitariste du groupe) et Kim Fowley (manager des Runaways à l’époque) afin que Cherie Currie puisse auditionner pour intégrer le groupe. En effet, les Runaways étaient incapables de jouer le morceau que Currie avait choisi pour l’occasion et il a bien fallu trouver une solution (pour l’anecdote, Cherie Currie intégra le groupe suite à son audition).
Particulièrement populaire, Cherry Bomb fut utilisée non seulement dans Les Gardiens de la Galaxie mais aussi dans Génération Rebelle de Richard Linklater, dans les séries True Blood et Wharehouse 13 mais aussi dans les jeux vidéo Lollipop Chainsaw et Guitar Hero : Warriors of Rock.

Publicités

4 réflexions sur “Un jour, un album – Hors série n°3 : « Les Gardiens de la Galaxie »

  1. Pingback: Un jour, un album n°22 : « Black Holes & Revelations , Muse | «Dans mon Eucalyptus perché

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s