TFGA n°9 – « Le Top du Top (mais pas pour chasser les taupes et c’est bien dommage) »

Ce TFGA (pour Top Five Games Addict, je le répète à chaque fois mais bon…) est particulier. Numéroté 9 chez moi en raison du fait que je n’ai toujours pas rattrapé les éditions que j’ai manquées à l’époque où je ne connaissais pas le principe, c’est en réalité le douzième. Et comme il y en a un par mois… Tu piges ? Non ? Bon…en gros, ça fait douze mois que cette histoire dure, soit un an. C’est donc l’anniversaire des TFGA (*cotillons et confettis*) imaginés par Alex et qui ont su réunir nombre de blogueurs tous plus inspirés les uns que les autres autour de la passion du jeu vidéo et de thèmes parfois inattendus. Un anniversaire qui fut marqué par plusieurs concours organisés par Alex et par un retour aux sources puisqu’au lieu de nous annoncer le thème le 10 du mois pour balancer nos Tops le 20, le brave garçon a choisi de ne révéler le 12ème thème et de laisser les participants proposer leurs classements que le 20 (vous me suivez là ?). Enfin bref, le thème est tombé et je vais m’empresser d’y répon…mais…c’est quoi ce thème ? « Et si on se posait ? »… Faire un Top des Tops ? Un Top de nos thèmes favoris de l’année écoulée ? Bigre.

TFGA-alex1

N°5 : TFGA n°9 – Nos peurs inavouables, le top de la réflexion

Choisir, c'est dur.

Choisir, c’est dur. Une crainte partagée par nombre de joueurs.

Ce neuvième thème m’a particulièrement interpellé à l’époque en raison de la possibilité qu’il offrait d’aller parler de jeux au-delà du jeu en tant que tel. Là où nous aurions pu simplement parler des choses qui nous ont fait flipper dans les jeux auxquels nous avons joués au cours de nos vies, un certain nombre d’entre nous ont choisi de se poser la question autrement et (une fois n’est pas coutume) de réinterpréter le thème. Nos peurs dans le monde du jeu vidéo ne résident pas uniquement dans ces instants où nous avons pu penser que tel ou tel personnage allait mourir ou quand un jump scare nous a fait sursauter. La peur dans le jeu vidéo concerne aussi le média en lui-même. La peur de la déception, du simple bug, des dérives ou des abus des éditeurs sont tout autant de craintes qui animent des joueurs qui peuvent se demander comment leur loisir va évoluer. C’était finalement très intéressant comme thème car il a conduit – pour ma part en tous cas – à une vraie introspection, une prise de recul sur ce loisir qui a largement perdu de son innocence.
Relire mon TFGA : Le JV de la peur

N°4 : TFGA n°7 – Ces sons que nous n’oublieront jamais, le top du bon goût

Je rêve toujours de les voir revenir chez Nintendo.

Banjo-Kazooie jouissait d’un univers musical incroyable !

A priori, ce thème m’ semblé compliqué à gérer. Les sons, il y en a des paquets dans chaque jeu vidéo. Alors si l’on doit reprendre tous les sons utilisés dans les jeux et en choisir cinq, comment faire ? Entre musiques et bruitages, la sélection est rude. J’avais de mon côté choisi de reprendre des bruitages incongrus et de jouer la carte de la nostalgie. Mais ce Top a surtout été l’occasion de (re)découvrir bon nombre de compositions parmi les plus belles que les jeux vidéo aient pu nous offrir. Car on n’y pense pas assez souvent quand on regarde ce média de loin mais les ambiances musicales sont d’une importance capitale. Certains compositeurs sont unanimement reconnus comme d’immenses artistes et ont réussi à faire dans le monde vidéoludique ce que des Danny Elfman ou des John Williams ont réussir à faire au cinéma ! Définitivement, ce septième TFGA est sans doute celui dans lequel on se replongera volontiers le plus souvent, ne serait-ce que pour retrouver toutes ces pistes de génie.
Relire mon TFGA : Ambiances sonores

N°3 : TFGA n°6 – Ces moments où la manette a (failli) voler, le top de l’humour

Il ne croit pas si bien dire...

Le jeu où la manette vole mieux que Superman.

S’il y a bien une chose qui réunit les joueurs, en dehors d’un amour commun pour le sucre les jeux vidéo, c’est la peine, la douleur et la souffrance. Ce sont tous ces instants où, complètement désemparés et absolument désespérés à la maison (tu l’as ?), ils ont eu envie de jeter leur manette dans un geste élégant en poussant un fin hurlement primaire. Car oui, jouer c’est parfois dur, ça vous malmène, vous met à rude épreuve et tout le monde n’en sort pas indemne (Cinemax et Dehell en sont de bien tristes preuves…hélas !). Il était donc très amusant de lire toutes ces contributions où les blogueurs-joueurs que nous sommes partagions nos moments de détresse où l’on aurait bien voulu tout envoyer en l’air (il n’y a ici aucun référence à une quelconque chanson de Kyo…). Très cathartique finalement, ce sixième TFGA était peut-être bien involontairement l’un des plus drôles. Car le malheur des uns fait le bonheur des autres, faut pas l’oublier.
Relire mon TFGA : Ces moments validés par le hurlement primaire

N°2 : TFGA n°5 – Vos manettes favorites, le top de l’amour

A l'instar de Super Mario, la DualShock est très largement connue au-delà de la seule sphère des joueurs.

J’aime le contact de la DualShock dans la paume de mes mains.

Ayant toujours été un fan de l’objet vidéoludique en tant que chose matérielle qu’on peut saisir, j’ai toujours adoré les boites de jeux, les consoles et leurs manettes. Ce thème m’a donc immédiatement parlé ! J’adore tenir une manette dans mes mains et me surprends parfois à le faire juste pour les regarder, observer leur ergonomie ou remarquer leurs défauts (comme les boutons LB et RB de la manette de la Xbox One par exemple). Entre nous, je trouve qu’une manette ça peut faire classe. Posée sur la table du salon ou le meuble de la télé, elle devient non seulement un accessoire essentiel pour le joueur mais aussi un élément de décoration aussi incongru qu’appréciable. A mon sens, rien de tel pour donner un côté un peu moderne à votre intérieur, même avec une vieille manette de NES. Définitivement, ce top était celui de l’amour inconditionnel pour l’objet qu’est la manette. Je ne m’imagine pas jouer sans, n’en déplaise à la réalité virtuelle !
Relire mon TFGA : A fond les manettes

N°1 : TFGA n°4 – Les femmes de nos vies, le top du girl power

Samus Aran ne pouvait que dominer ma version de classement. Elle est la première à laquelle j'ai pensé, et pour cause...

A ceux qui disent qu’on ne peut pas être femme et badass, je réponds Samus Aran.

La condition de la femme est un sujet hautement important dans la vie de tous les jours. L’on dénonce souvent à raison les inégalités qui les séparent encore bien trop des hommes et toute cette réflexion touche aussi les jeux vidéo. Combien de fois avons-nous entendu à juste titre les joueurs et les joueuses pointer du doigt l’absence de grande héroïne dans les jeux. Oh bien sûr, on se souviendra de Samus Aran ou de Lara Croft, mais combien sont-elles à jouir d’une importance aussi grande face aux innombrables mâles qui sont le plus souvent les personnages principaux ? Ce thème était une belle occasion de rendre hommage à nos héroïnes favorites et aux personnages féminins plus secondaires que nos parties nous ont amenés à rencontrer. L’occasion de clamer notre amour pour ces femmes fortes ou fragiles, dures ou douces mais femmes néanmoins. Ce thème est à l’image du média qu’il nous conduit à explorer : pas si innocent qu’il n’y paraît. Et c’est une bonne chose.
Relire mon TFGA : Les femmes de nos vies

Telle sera donc ma mouture de ce TFGA anniversaire. C’était une bien bonne idée que nous forcer à nous replonger ainsi dans le passé de cette rubrique si bien conçue. Cela nous rappelle quels superbes tops nous avons pu lire au cours de ces douze mois et comment les jeux sont une source intarissable de thèmes à traiter, d’angles d’approches improbables et surtout d’échange. Alors merci à Alex d’avoir initié cela et de continuer à l’alimenter. J’espère bien qu’on aura l’occasion de fêter encore bien d’autres anniversaires pour les TFGA. En attendant, vous pouvez aller lire et relire tous les tops proposés par chacun d’entre nous en suivant ce lien, au bout duquel vous aurez la liste complète des thèmes.

Publicités

3 réflexions sur “TFGA n°9 – « Le Top du Top (mais pas pour chasser les taupes et c’est bien dommage) »

  1. Pingback: Alex Effect » TFGA n°12 : Et si on se posait ?

  2. Oh, et bien je m’étonne décidément de voir le TFGA n°5, si haut placé qui plus est. Dire qu’à l’époque j’avais quelques doutes quant aux retours qu’il allait provoquer. Mais j’ai bien fait de faire confiance à Majora’s Mark car je le vois encore aujourd’hui : il vous a plu 🙂

    Et du coup, je suis étonné de voir le TFGA n°7 … si « bas » :p

    Mais tout cela est révélateur de personnalité et je suis ravi de voir d’après ce que tu écris que tu prends souvent autant de plaisir à lire qu’à réfléchir sur ton propre top !

    • Pour ne rien te cacher, j’avais à la base mis ces TFGA dans cet ordre-là en attendant de les reclasser ensuite. Et puis finalement, je me suis rendu compte que ça correspondait parfaitement à mon classement ! Après, c’est un Top 5 mais grosso modo, ils mériteraient presque de tous être sur la 1ère marche du podium. Ce n’était pas si simple de les départager ! 😀

      Comme tu le dis, je crois que cette édition de septembre sera révélatrice des personnalités de tout un chacun.

      Et effectivement, c’est toujours un plaisir de participer aux TFGA et de lire les contributions des autres. 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s