Parks and Recreation, saison 1 : D’utilité publique

[Salut la compagnie ! Un petit mot avant de commencer l’article. A compter de demain, je serai installé dans mon nouvel appartement pour commencer ma nouvelle vie (travail, tout ça, tout ça…). Aussi, j’ai bien entendu fait ce qu’il fallait pour avoir internet mais il est possible que cela prenne du temps (moins que ce que j’imaginais cela dit d’après le sympathique monsieur qui m’a renseigné) et c’est un temps que je passerai sans alimenter le blog et sans trop trop fréquenter Twitter (sauf quand je pourrai choper un Wi-Fi quelque part bien entendu). Enfin bref, tout ça pour dire : pas de panique ! Je vais être amené à disparaître des écrans radars pendant quelques jours ou quelques semaines (ça ne dépend pas de moi) mais je vous reviendrai bien vite avec – très certainement si j’ai le temps d’y passer – un article sur le Metal Gear Store qui a ouvert à Paris, puis un autre sur Metal Gear Solid V (un peu plus tard, le temps que je l’explore bien comme il faut). Voilà, ceci étant dit, nous pouvons reprendre le rythme normal des jours de nos vies (tu l’as ?).]

En 2014, les cinq Gardiens de la Galaxie arrivaient sur nos écrans. Parmi eux, un attirait tout particulièrement l’attention. Hein ? Ah oui, Groot. Mais non, moi c’est de Star Lord que je veux parler. Et de son interprète : Chris Pratt. Cet été-là commençaient à fleurir les commentaires sur l’acteur et, une chose en entraînant une autre, on a également commencé à parler de sa carrière. Un passé dans lequel on retrouve la série Parks and Recreation dont je dois mon intérêt à son égard à l’ami Kalakoukyam qui a maintes et maintes fois vanté ses mérites sur Twitter. Je me suis donc lancé à mon tour avec la toute première saison de cette série créée en 2009 mais dont la première diffusion française n’a eu lieu qu’en Juin 2015, sur Canal+ Séries.

Season_1

Mais avant toute chose, de quoi parle Parks and Recreation ? En gros, l’on y suit le quotidien de Leslie Knope (Amy Poehler), directrice-adjointe au service des parcs et aires de jeux – d’où le titre du show – dans la ville de Pawnee, Indiana. Leslie est entourée de ses différents collègues dont Mark Brendanawicz (Paul Schneider), Tom Haverford (Aziz Ansari) ou encore Ron Swanson (Nick Offerman). Parks and Recretation aborde cet univers professionnel (les agents publics américains) sous un angle comique sur lequel je reviendrai par la suite. Sachez pour le moment que le tout est filmé dans un style documentaire ou (en quelque sorte) télé-réalité : la mise en scène et la photographie reprennent alors le style de ces émissions et reportages dits « en immersion » afin de nous donner l’impression de suivre une véritable équipe d’agents publics. Chaque séquence est ainsi également ponctuée d’apartés durant lesquels les différents protagonistes, comme les sujets d’un reportage donc, s’expriment face caméra. Une idée originale, sinon décalée et qui confère d’emblée à Parks and Recreation une esthétique propre qui forge déjà son identité. Au cours de cette première saison, nous suivons Leslie et son sous-comité (et non pas comité tout court, elle est intransigeante là-dessus…) dans leur projet d’aménagement d’un parc en lieu et place d’une fosse dans laquelle est tombé Andy (Chris Pratt), se brisant alors les deux jambes. Rien que le pitch annonce la couleur.

S'il y a des apartés qui valent le détour, ce sont bien ceux du personnage de Ron.

S’il y a des apartés qui valent le détour, ce sont bien ceux du personnage de Ron.

Alors bien sûr, certains iront trouver dans cette série une énième occasion de se moquer des fonctionnaires (ceux des Etats-Unis semblant apparemment jouir de la même réputation que les nôtres en France). De mon point de vue, il n’en est (presque) rien. Si Parks and Recreation pointe souvent du doigt certains aspects comiques de l’administration (quoique, comiques, ils le sont moins quand on les vit en vrai…), il n’en demeure pas moins qu’elle consiste avant tout en une galerie de personnages tous très différents et dont les personnalités (et leur mise en relation) constituent le fil rouge de la fibre humoristique de la série.  Entre le cynisme de Ron, le je-m’en-foutisme cumulé au côté un peu obsédé de Tom, la nonchalance d’Andy et bien évidemment le caractère hyper-professionnel de Leslie, il y a de quoi rire. De ces personnalités découlent des situations décalées toujours drôles et parfois hilarantes. Il n’est pas un épisode où l’on ne rit pas des événements qui s’y déroulent, de la façon de courir de Tom à la réunion publique catastrophique menée par Leslie en passant par les acerbes remarques de Ron. Mais il faut bien le reconnaître, Parks and Recreation ne serait pas Parks and Recreation sans Leslie Knope. Personnage principal du show, elle en est également le pilier, celui par lequel passent tous les ressorts comiques de chaque épisode. La construction du personnage est enfin tout bonnement excellente ! Caricature de l’employée modèle, Leslie Knope est aveuglée par son ultra-conscience professionnelle et est finalement excessivement naïve. Elle devient alors particulièrement drôle par sa façon de mêler une certaine candeur et une « fermeté » (si l’on peut dire) dans le travail qui ne paraissent pourtant pas bien s’associer a priori. A titre très personnel, je trouve cela d’autant plus drôle que je connais plutôt bien ce milieu professionnel, ayant été formé pour travailler dans ce type de services (Mark et moi, on est grosso modo du même domaine). Je ne peux alors m’empêcher de retrouver dans Parks and Recreation des échos à mes propres expériences et à rire de la façon dont ces éléments sont traités (encore une fois, cette réunion publique calamiteuse me rappelle quelques souvenirs…).

Le casting fonctionne superbement bien en tant qu’ensemble mais je crois que je tiens là un de mes personnages de série préférés.

Mais puisque l’on parlait de Leslie, autant en venir à la distribution et donc à Amy Poehler. Car le personnage a beau être (très) bien écrit, si l’interprétation ne suit pas on n’arrive pas à grand-chose. Or, Amy Poehler livre ici un jeu parfait qui colle idéalement à Leslie Knope. Par sa gestuelle et ses mimiques, son côté un peu « grande gamine » et cette façon qu’elle a de lancer son sourire niais mais convaincu, elle incarne Leslie à la perfection et me semble donner à ce personnage tout ce qu’on pourrait lui donner. A ses côtés, Nick Offerman, Aziz Ansari et Chris Pratt livrent sûrement les interprétations les plus drôles parmi les autres membres du cast. Nick Offerman est le cynisme incarné, le modèle type du mec désabusé par le travail qui est le sien et le milieu dans lequel il l’exerce. Pratt est génial en grand nigaud et adolescent attardé tandis qu’Aziz Ansari réussit à faire passer le je-m’en-foutisme de Tom – que j’évoquais plus haut – comme une lettre à la poste. Enfin, si Aubrey Plaza m’apparaît plus effacée, Paul Schneider et Rashida Jones jouent quant à eux quelque peu sur un autre registre. S’ils jouissent aussi de leurs moments comiques, ils sont néanmoins amenés en raison de leurs personnages respectifs à introduire d’autres aspects moins humoristiques dans la série, laquelle n’en pâtit absolument pas, bien au contraire.

Je suis donc à l’issue de ces six premiers épisodes ravi par ce que j’ai vu. Ah oui d’ailleurs, cette première saison est la plus courte, les suivants comptant généralement une vingtaine d’épisodes, un peu moins pour les saisons 3 et 7. Parks and Recreation a tout de la série humoristique décalée qui arrive à construire ses ressorts comiques sur des choses finalement très terre-à-terre mais qui font le charme de cet humour absurde dont on devinera peut-être une certaine filiation avec l’humour britannique. L’essaie demande encore à être transformé mais cette saison initiale augure du meilleur pour la suite, il n’est pas question d’en douter, et je pense pouvoir parier sans risque que les saisons suivantes ne gâchent rien.

Publicités

Une réflexion sur “Parks and Recreation, saison 1 : D’utilité publique

  1. Pingback: Un jour, un album – Hors série n°3 : « Les Gardiens de la Galaxie  | «Dans mon Eucalyptus perché

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s