Parlons jeu, parlons bien n°27 – Forza Horizon 2 [Xbox One]

ForzaHorizon2_Cover

Vous l’ignorez sans doute mais je ne suis pas très jeu de voitures/courses. De temps en temps, je ne dis pas mais de là à en acheter un… Le seul jusqu’à présent qui avait réussi à faire sa place chez moi était Need For Speed : Most Wanted U (sur Wii U donc) et encore, il est à mon frangin. Oh j’avais bien apprécié ce qu’il m’offrait malgré tout mais je n’étais pas encore à 100 % séduit par le genre. Et puis vint Cultura, ses soldes et son Forza Horizon 2 à 5€. Oui oui, vous avez bien lu. Alors autant je peux être plus ou moins réfractaire à un genre de jeu, autant je vais très facilement me laisser amadouer quand on me donne des tarifs pareils. Qui ne le ferait pas ?

Au moment où je passe à la caisse puis au moment où je commence à installer le jeu sur ma Xbox One, je ne sais strictement rien de la licence Forza. Tout juste ai-je une vague connaissance du fait qu’il existe des Forza Motorsport et des Forza Horizon, deux gammes dans une seule et même série. Autrement dit, je ne sais strictement rien de ce qui va m’être proposé dans le jeu auquel je m’apprête alors à jouer. Oh évidemment, je ne suis pas complètement idiot et je me doute bien qu’il y aura de la course, des défis sans doute et tout le tralala habituel. Mais pour ce qui est de la forme, aucune idée… Je découvre donc que nous incarnons un pilote assez random qu’on n’apercevra que quelques fois en début et fin de courses dans le jeu mais sans plus. Un pilote sans nom, ni rien, uniquement identifié par votre Gamertag. Je comprends donc assez vite que ce n’est visiblement pas avec Forza Horizon 2 qu’on va enfin passer à un jeu de voitures avec un véritable fond. Tant pis, ça sera (peut-être) pour une autre fois. Je découvre également le contexte du jeu. Notre pilote est inscrit dans une festival mêlant musique et mécanique au cours duquel il sera amené à réaliser bien des courses pour s’imposer enfin lors de la grande finale d’Horizon (c’est le nom du festival en fait, tout s’éclaircit, c’est formidable). Et si il ne nous est proposé au départ que trois véhicules, on comprendra bien vite que le garage pourra largement se remplir (mais nous y reviendrons ensuite). Parmi ces trois voitures de base, mon choix se porte évidemment sur la magnifique et mythique Camaro SS de 1969. Le moment est alors venu de se lancer.

Je ne pouvais pas ne pas la prendre !

Je ne pouvais pas ne pas la prendre !

Progressivement, je découvre donc le fonctionnement du jeu. Proposant finalement un monde ouvert que l’on arpentera progressivement à mesure que les championnats se succèderont, Forza Horizon 2 laisse toute liberté au joueur de profiter de sa voiture sur tous les terrains proposés, de la route normale aux vignobles en passant par les aérodromes ou les rues de villes comme Nice ou Saint Martin. A noter d’ailleurs que ce sont cinq villes/villages qui sont présents sur la carte du monde : Nice, Sisteron, Catelleto, San Giovanni et Saint Martin donc. Nous évoluons donc dans les merveilleux paysages du Sud de la France et du Nord de l’Italie, entre Toscane et Provence. Dans chacune de ces villes nous sont proposés un certain nombre de championnats que l’on débloquera au fur et à mesure que l’on obtiendra de nouveaux véhicules. C’set assez classique finalement mais la chose est présentée d’une telle manière qu’on le prend très bien. Ainsi, si certains championnats demandent de piloter des engins ultra sportifs tirés de chez Ferrari ou Lamborghini, d’autres demanderont d’employer des véhicules plus vintage par exemple. Avec toute cette panoplie de possibilités, la rejouabilité de Forza Horizon 2 est assez grande, d’autant qu’une fois que vous serez devenu(e) le/la champion(ne) d’Horizon, il vous sera proposé de passer à une nouvelle série de championnats, choisis parmi ceux que vous n’aurez pas encore disputés/remportés afin de remporter une nouvelle fois ladite finale. L’occasion en somme d’avoir une bonne raison de faire les championnats restants. Parce qu’on ne va pas se mentir, un type comme moi ne s’acharnera pas nécessairement à tout gagner une fois qu’il est déjà devenu champion. Entre le sentiment de répétition et la lassitude, j’aurais pu trouver mille raisons de m’arrêter à ma première victoire totale sur le festival. Mais Forza Horizon 2 a eu la bonne idée de me donner l’opportunité de remettre mon titre en jeu tout en me donnant la possibilité de choisir moi-même non seulement les championnats auxquels je participe mais aussi les road trips qui les lient entre eux. Je ne dis pas que l’on accrochera pendant des dizaines d’heures supplémentaires en raison de cette façon de faire mais il apparaît clairement que la perche est tendue pour que ce soit le cas. Après, chacun choisira de la saisir ou non, selon ses goûts et son envie.

La carte du monde de Forza Horizon 2 est suffisamment grande pour proposer de belles promenades en voiture et propose une belle variétés de terrains.

La carte du monde de Forza Horizon 2 est suffisamment grande pour proposer de belles promenades en voiture et offre une belle variétés de terrains.

Les road trips, puisqu’on en parle, sont une composante essentielle du jeu. Si certains n’y voient qu’un cheminement bête comme chou à suivre pour aller du championnat A au championnat B et ainsi de suite, j’y vois personnellement plusieurs choses. Tout d’abord, le plaisir de conduire les différentes voitures stockées dans le garage (lequel se remplit progressivement et à un rythme tout à fait correct, ni trop vite, ni pas assez). Le joueur a alors tout le loisir d’explorer l’immense map du jeu (bien qu’il puisse également le faire entre deux championnats) et de s’habituer à ses véhicules tout en identifiant les modifications qu’il faudra y apporter. Croyez-moi, si vous devez vous rendre compte qu’il y a un problème d’adhérence sur votre Alpine, c’est le moment idéal pour songer à régler le problème. Le plaisir de conduite est en tous cas bien présent, non seulement grâce à la très bonne maniabilité de l’ensemble des véhicules, lesquels proposent néanmoins chacun leurs petites particularités, mais aussi à une maîtrise de la physique et du terrain qui est tout à fait louable. Forza Horizon 2 offre en effet des sensations très proches de la réalités, le passage d’une route impeccable à une chemin de campagne se faisant très bien sentir et offrant – vibrations à l’appui – un rendu qui rappelle aux baroudeurs que nous sommes nos propres petites escapades motorisées. Oh bien sûr, ce jeu-là n’est certainement pas un pionnier dans cette affaire mais il n’en demeure pas moins que le travail effectué par ses développeurs sur cette question a porté ses fruits.

En plus du garage, quelques ultimes préparatifs peuvent être réalisés juste avant le début d'une course.

En plus du garage, quelques ultimes préparatifs peuvent être réalisés juste avant le début d’une course.

J’évoquais rapidement dans le paragraphe précédent la question des voitures et de leurs réglages. Tout cet aspect du jeu se réalise dans le garage, lequel est accessible dans chaque ville visitée. Ici, vous avez tout le loisir d’acheter de nouvelles voitures – moyennant crédits virtuels la plupart du temps et réels dans le cas de certains packs spéciaux – ou de modifier et personnaliser celles qui sont déjà en votre possession. Ainsi, à vous les pots de peintures, vous pourrez tout changer, de la couleur du pare-choc avant à celui de derrière en passant par le capot, le toit, les rétroviseurs, les portières, le degré de teinte des vitres… Tout est customisable grâce à un panel de stickers lesquels peuvent être de simples formes géométriques vous donnant l’opportunité de créer vos propres motifs, ou alors des dessins déjà plus travaillés ou même carrément créés par d’autres joueurs et téléchargeables gratuitement. Côté réglages techniques, vous pouvez ici jouer sur à peu près tout, de l’adhérence au poids de la voiture, de ses capacités de freinage à sa vitesse de pointe, le tout en jouant sur la plupart des composants de la voiture. A vous de choisir ainsi les bonnes pièces pour votre voiture préférée afin d’en faire la bête de course que vous attendez. Mais si cela n’est encore une fois pas une nouveauté, je tenais surtout à souligner l’impeccable accessibilité de l’interface de personnalisation des voitures. Tout en offrant un contenu qui parlera certainement aux plus calés d’entre nous en matière de mécanique automobile (ce que je ne suis pas) et qui donnera l’occasion à ces derniers de peaufiner leurs réglages à la perfection, Forza Horizon 2 réussit également à parler aux plus novices (ce que je suis) et à leur offrir la possibilité de réaliser des améliorations réfléchies et cohérentes grâce à des graphiques et une présentations qui se veulent volontiers parlants.

Conclusion.

Forza Horizon 2 propose-t-il un contenu varié ?
Oui et non, tout dépend de ce que l’on entend par varié. On répondra d’abord non dans le sens où, une fois que l’on a touché au module de personnalisation et que l’on s’est lancé dans le jeu à proprement parlé, on se rend vite compte que ce dernier tourne autour d’un nombre restreint d’activités : road trip, garage, courses et on recommence. La variété n’est donc pas à trouver dans le contenu qui vous saute aux yeux dès le départ mais plutôt dans la façon dont on l’appréhende. Et c’est là que l’on pourra répondre également oui puisque, justement, une fois les questions de personnalisations prises en main correctement, on se rend peu à peu compte de l’étendue du jeu. Chaque championnat propose des courses qui demandent de passer d’une véhicule à l’autre, d’un réglage à l’autre et qui font que chacun sera une nouvelle façon de piloter. Le contenu varie alors dans ce sens où chaque course, même si elle revient d’un championnat à l’autre, ne sera jamais envisagée de la même manière selon que l’on conduit une Ferrari de champion ou la Mini de Mr. Bean. A vous de juger selon ce que vous attendez d’un jeu de courses.

Forza Horizon 2 a souvent été présenté comme un des premiers jeux réellement adaptés à la génération actuelle de consoles. est-ce le cas ?
Oui, je le crois vraiment. Il suffit de jeter un œil aux jeux de la licence sortis sur Xbox 360 pour se rendre compte du fossé qui sépare ce jeu-ci de ces derniers. Il présente une qualité graphique réellement supérieure qui répond amplement aux attentes que l’on peut légitimement avoir vis-à-vis de ces consoles next gen. Si les images que l’on trouve ici et là sur internet ne font pas forcément honneur à l’esthétique impeccable du soft, il faut vraiment jouer à Forza Horizon 2 pour en prendre plein les yeux. Je ne doute d’ailleurs pas que le tout prochain Forza Motorsport 6 fera preuve d’un excellent rendu. C’est en tous cas la promesse de ce jeu-ci.

Je suis donc tombé sous le charme de Forza Horizon 2 et c’est sans doute un bel appel du pied de cette licence à mon égard. Séduit par ses graphismes et son accessibilité, même pour moi qui ne suis pas un habitué des jeux de courses, je découvre avec ce jeu un plaisir de conduite que je n’osais espérer jusque là. La curiosité (et le prix de fou) aura donc eu raison de me laisser tenter par cet opus dont je ne peux que constater les grandes (immenses ?) qualités. Si le contenu, bien que dense, manque au final d’une réelle originalité et d’une diversité qui aurait été bienvenue, il n’en demeure pas moins qu’on passe volontiers des heures et des heures à arpenter les routes du Sud de la France et de la Toscane au volant de bolides tous plus fous les uns que les autres. On se laisse donc très facilement entraîner dans cet univers fait de vitesse et de superbes décors. J’ai hâte désormais de voir arriver un troisième épisode mais également de m’essayer à l’autre pendant de la licence avec le futur Forza Motorsport 6 prévu le 15 Septembre prochain.

Publicités

Une réflexion sur “Parlons jeu, parlons bien n°27 – Forza Horizon 2 [Xbox One]

  1. Pingback: TFGA n°12 – « Bilan de l’année 2015  | «Dans mon Eucalyptus perché

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s