TFGA n°7 – « Méchants, je vous aime »

Un dixième – septième pour ma part – TFGA (Top Five Games Addict) sur les méchants, c’est ce que nous a proposé l’ami Alex ce mois-ci. Un thème plus simple que ceux des mois précédents (il fait chaud, sans doute a-t-il voulu préserver nos méninges…) mais néanmoins complexe. Le monde du jeu vidéo regorge de méchants, des boss aux simples petits monstres et autres adversaires qui ponctuent le parcours du héros ! C’est bien simple, on n’est pas loin de pouvoir dire que chaque jeu contient un méchant (ou presque évidemment, on n’a pas vu d’antagoniste dans Just Dance…). Comment alors n’en sélectionner que cinq ? J’ai déjà chaud finalement…

Logo-TFGA_cadre

N°5 : M. Resetti

Dirty Resetti. "Do ya feel lucky...punk?"

Dirty Resetti.
« Do ya feel lucky…punk?« 

Je sais bien ce que vous allez me dire : « Mais, c’est pas un méchant M. Resetti ! » ou « Arrête, le vrai méchant d’Animal Crossing, c’est cet enfoiré de Tom Nook ! » ou même « Un méchant dans Animal Crossing ? Tu prends quoi au petit déjeuner toi ?« . Oui, je le sais ! Mais sérieusement, vous le trouvez gentil M. Resetti ? Il est vrai qu’il s’est calmé et qu’on ne le voit quasiment pas (sinon pas du tout) dans A New Leaf sur 3DS mais j’ai encore les souvenirs de Wild World sur DS… M. Resetti… Cette taupe qui déboule devant ta maison et passe près de cinq minutes (des vraies minutes hein, ce n’est pas une façon de parler) à t’engueuler bien comme il faut parce que tu as « oublié » de sauvegardé. Avec un langage fleuri (c’est à peine s’il ne te traite pas de connard) et vociférant tant qu’il le peut, M. Resetti (Sonny de son prénom) n’a pas peur de te faire peur. Ponctuant ses interminables sermons de saillies telles que « Ferme la bouche quand tu mâches, espèce de goret !« , il balance ! Alors oui, de ce fait, M. Resetti est un méchant. Mais je l’aime bien quand même. Il est un peu comme tout le monde et on comprend peu à peu que c’est juste un pauvre bougre qui fait son boulot. Il finit même pas devenir (à peu près) sympathique passé un temps. Et puis, faut bien le dire, il fait ça pour ton bien.

N°4 : Bowser

Bowser, c'est le patron. Et puis on l'aime bien quand même, sans quoi on n'irait pas jouer au foot ou au tennis avec lui.

Bowser, c’est le patron. Et puis on l’aime bien quand même, sans quoi on n’irait pas jouer au foot ou au tennis avec lui.

Bowser est un méchant auquel tout le monde pensera dans le monde du jeu vidéo. Car à héros emblématique, méchant emblématique. Ennemi juré du plombier à la salopette bleue depuis que Donkey Kong a préféré devenir un héros dans son propre coin, Bowser est un méchant comme on les aime. A la tête des Koopas et finalement de tous les autres antagonistes de l’univers de Super Mario, cette espèce de gros lézard cracheur de feu à la carapace ornée de pointes est un incontournable. Semblant s’inscrire dans tous les stéréotypes du méchant des histoires d’enfance de Shigeru Miyamoto (le vilain qui enlève la princesse pour dominer sur le royaume et qui s’oppose donc au héros plein de bravoure), Bowser occupe une place de choix dans le cercle très fermé des plus fameux méchants du jeu vidéo. Ce n’est sans doute pas pour rien qu’il apparaît d’ailleurs à la réunion des méchants anonymes du long-métrage d’animation Disney Les Mondes de Ralph. Mais malgré tous ses horribles travers et défauts, j’aime assez Bowser. C’est un peu le méchant lourdaud qui se veut plus cruel qu’il ne semble l’être réellement et qui fait le plus souvent rire à ses dépens. Bowser – je le crois – jouit en cela d’un affect particulier de la part du public.

N°3 : Team Rocket et Giovanni

Giovanni et un de ses sbires dans la mini-série Pokémon : Les Origines.

Giovanni et un de ses sbires dans la mini-série Pokémon : Les Origines.

En y réfléchissant bien, je crois que l’organisation criminelle des premiers jeux Pokémon constituent le premier ensemble de vrais méchants que j’ai pu rencontrer dans ma vie de joueur. Mafia sans pitié et dirigée d’une main de fer par le champion de l’arène de Jadielle, Giovanni, la Team Rocket est également la meilleure dans son genre dans toute la licence Pokémon. Avec leurs uniformes noirs et bien plus inquiétants que les couleurs flashy de la Team Galaxy ou de la Team Flare (pour ne citer qu’elles), les membres de la Team Rocket sont certes des ennemis assez faciles à éliminer pour le joueur (avec leurs Nosferapti, leurs Rattata et autres, ils ne font pas bien mal) mais qui en imposent malgré tout (et surtout malgré le ridicule de certains d’entre eux…). En attendant, il ne faut pas se fier aux apparences qui se dresseront devant nous lors de nos premières confrontations au Mont Selenite et se rappeler de ce que la Team Rocket fait subir à la ville de Safrania, qu’elle retient toute entière prisonnière, et de l’atmosphère pesante qui règne dans les locaux de la Sylphe SARL. Non, clairement, c’est pas le genre d’organisation à laquelle il faut aller se frotter de trop près. Et puis le Giovanni, il en impose sévère, non ?

N°2 : Skull Kid

Skull Kid par Clara Kerber.

Skull Kid par Clara Kerber.

J’ai déjà évoqué Skull Kid dans le TFGA sur la jeunesse. J’y évoquais notamment le fait que c’est son malheur qui en a fait (le Masque de Majora aidant) le cruel petit bonhomme qu’il est devenu. Cruel, il faut bien l’être pour vouloir faire s’écraser la Lune, non ? Clairement, Skull Kid est un superbe méchant. Aussi anxiogène que l’est le Majora’s Mask dont il extrait, il se hisse sans souci aucun au niveau des plus grands. Inspirant de nombreux artistes sur le web (un aperçu ici si vous le voulez), Skull Kid a une aura assez incroyable qui arrive même à le rendre bien plus intéressant de mon point de vue qu’un Ganondorf bien plus…typé si je puis dire. Là où Ganon est le méchant classique des aventures de chevaliers, Skull Kid est tout autre puisqu’il est particulièrement ambivalent. Il est méchant certes, mais c’est parce qu’il est malheureux. Il est cruel également mais c’est à cause de ce foutu masque magique. Au fond, c’est un petit bonhomme qui n’a pas de bol et je le déteste autant que je l’adore. C’est un antagoniste culte pour moi car très retors et ambigu.

N°1 : Le joueur n°2

Kids-playing-a-video-game

Peut-être que c’est là que l’expression « meilleur ennemi » prend enfin un sens.

Quand on y réfléchit bien le méchant c’est l’adversaire, on est d’accord. Mais alors, le joueur numéro 2 – lorsqu’il vous torgnole dans Super Smash Bros ou qu’il vous dépasse pile sur la ligne d’arrivée dans un jeu de courses quelconque – c’est un adversaire. Donc le joueur 2 est un méchant. Un ennemi indispensable et sans doute celui que l’on apprécie le plus car il peut être ta mère, ton frère, ton père, ta sœur, ton chat (c’est moins courant mais ça arrive). Tu adores le joueur 2 autant que tu le détestes pour t’avoir envoyé cette maudite carapace bleue alors que tu allais finir le troisième tour dans Mario Kart, pour t’avoir décalqué sur le plancher dans Street Fighter, pour t’avoir abattu froidement dans le dos dans Call of Duty… Le joueur 2 est sans conteste le méchant que tu apprécies le plus parce qu’il partage tes sessions de jeux, rendant ces dernières bien plus amusantes. Dans le jeu, il y a de ces adversaires dont on ne peut pas se passer, tu vois.

Et hop, une contribution de plus aux TFGA ! Les méchants ont une place d’honneur (d’horreur ?) dans le cœur des joueurs puisqu’ils sont finalement à l’origine de nos aventures vidéoludiques. Y aurait-il un Mario si Bowser ne kidnappait pas Peach ? Y aurait-il un Link si Zelda et Hyrule n’étaient pas constamment en danger ? Y aurait-il les supers commandos de Call of Duty s’il n’y avait pas de terroristes ? Et ainsi de suite… Alex a eu une bonne idée de nous proposer ce thème, une fois de plus. Je vous invite d’ailleurs (comme toujours) à cliquer sur le lien placé en début d’article pour vous rendre sur son blog et y découvrir son Top ainsi que ceux des différents contributeurs de cette édition juillettiste des TFGA. Et vivement le mois prochain. 

Publicités

18 réflexions sur “TFGA n°7 – « Méchants, je vous aime »

  1. C’est résoluement nintendo par ici ! Un bon TFGA en tout cas 🙂 ! J’aime bien l’idée d’avoir mit le joueur 2 comme quelqu’un de méchant… Mais la question va plus loin… De qui est-on le méchant? ahah

  2. Alors là je crois que tu as mis tout le monde au respect avec ce n°1, mais j’ai l’impression que je ne suis pas le 1er à te le dire ^^

    Bravo pour ce nouveau classement plein de surprises, notamment la Team Rocket/Giovanni auxquels je n’avais pas duuuuu tout pensé, mais qui sont tellement dans le thème qu’en effet, ils n’usurpent pas leur place ici 🙂

  3. Bon, ben je suis pas original pour un sou, mais ce numéro 1 est vraiment très très bien vu!

    Bien joué!

    En revanche, je suis dépité, ya du Nintendo partout, j’étais le seul enfant Sega ou quoi? 😮

  4. Pingback: Alex Effect » TFGA n°10 : Les méchants qu’on aime détester

  5. Ah nous avons des méchants en commun (la team rocket et bowser 🙂 )! Sinon, très très bon n°1, je n’y avais pas pensé mais oui, que le joueur 2 est pénible quand il vous passe devant dans Mario Kart!!

  6. Pingback: TFGA n°15 – « Ensemble, c’est tout  | «Dans mon Eucalyptus perché

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s