Ciné Sounds n°57 – « Land of 1000 Dances » par Wilson Pickett

Comme souvent avec certains films reconnus comme cultes, il m’aura fallu du temps avant d’enfin voir The Full Monty. Sorti en 1997, ce film réalisé par Peter Cattaneo raconte l’histoire d’une poignée de chômeurs de Sheffield, en pleine crise dans les années 1980. Découvrant que certains groupes de chippendales gagnent beaucoup d’argent, l’un de ces chômeurs – Gaz Scofield – décide de monter son propre groupe de danseurs et de recruter ses membres auprès d’anciens camarades de travail. Entre le ridicule de la situation et l’envie de dépeindre le contexte morose qu’a connu l’Angleterre à cette période, The Full Monty devient alors une comédie sociale au sens propre du terme, équilibrant à merveille les deux aspects de ce genre. Les personnages de cette drôle d’histoire arrivent alors autant à nous faire rire qu’à nous toucher, un résultat rendu possible par un casting de qualité dans l’ensemble. Robert Carlyle, Mark Addy, Tom Wilkinson, Hugo Speer, Steve Huison et Paul Barber forment ensemble une troupe des plus sympathique dont la cohésion n’est pas forcément toujours au rendez-vous selon les scènes qui reste tout de même assez bien soudé et cohérent dans l’ensemble.

Sous certains aspects, The Full Monty me rappelle finalement Billy Elliot.

Sous certains aspects, The Full Monty me rappelle finalement Billy Elliot.

Et qui dit film sur des chippendales amateurs, dit nécessairement musique. Si la bande originale du film a été composée par Anne Dudley (laquelle remportera d’ailleurs l’Oscar de la Meilleure Musique en 1998 pour ce travail-ci), elle est également constitué de nombre de fameuses chansons qui nous renvoient alors à des artistes tels que Sister Sledge, Donna Summer, Irene Cara, Tom Jones ou encore Gary Glitter. Mais c’est sur Wilson Pickett que j’ai choisi de m’arrêter aujourd’hui avec son morceau Land of 1000 Dances, enregistré à l’origine par Chris Kenner en 1962. Wilson Pickett la reprend à son compte en 1966 sur son album The Exciting Wilson Pickett après une première parution en single. Incontournable du rythm’n’blues, la chanson sera reprise par Joan Baez, Patti Smith, Roy Orbison ou encore Tina Turner (entre autres). Au cinéma, on l’entend également dans Forrest Gump.

Wilson Pickett à la moitié des années 1960.

Wilson Pickett à la moitié des années 1960.

Enjoy !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s