Parlons jeu, parlons bien n°24 – Red Steel 2 [Wii]

jaquette-red-steel-2-wii-cover-avant-g

Je ne sais pas vraiment pourquoi j’ai relancé Red Steel 2 il y a quelque semaines maintenant. Cela faisait un bon moment que je n’y avais pas touché en plus. Mais l’envie était là, chose formidable chez un joueur. L’envie de me replonger dans cet univers mêlant les univers du western et du Japon sauce samouraï. L’envie aussi d’en découdre tant au flingue qu’au katana. L’occasion en tous cas de vous parler de l’une des toutes dernières exclusivités Nintendo d’Ubisoft.

A peine le jeu lancé, je me souviens pourquoi je l’avais tant apprécié. Le travail réalisé sur l’univers de ce dernier est, à mon sens, génial. Construit dans un monde en cel-shading qui rappellera le style de Borderlands, dont le premier opus est sorti après ce jeu-ci, Red Steel 2 met en scène le dernier du clan des Kusagari, de retour à Caldera après l’exil que les siens lui ont imposé. Là, il découvre que la ville est aux mains des Chacals, un gang de vauriens emmenés par Payne, aussi costaud que stupide, et qui ont éliminé chacun des membres du clan. S’engage alors une quête de vengeance qui amènera le héros à comprendre que quelqu’un au-dessus des Chacals tire les ficelles. Au final, cela donne un scénario au pitch intéressant (les histoires de vengeance, c’est mon dada) mais qui souffrira néanmoins de longueurs et de choix convenus. En effet, le cheminement du héros dans sa recherche de ceux qui ont fait disparaître son clan se veut assez classique, l’amenant progressivement à faire face à un ennemi plus grand et plus redoutable que prévu.

wallpaper_red_steel_2_01_1680x1050-963875

Les artworks (et la direction artistique de manière générale) de Red Steel 2 étaient quand même superbes !

Cela reste néanmoins assez dynamiques, chaque séquence de jeu étant ponctuée par l’apparition d’un nouvel objectif, lequel sera entravé par un nouvel ennemi et toute sa bande. Ubisoft ne laisse absolument aucune zone vide et s’évite ainsi le moindre temps mort dans le déroulement du jeu et de l’exploration du joueur. Exploration oui car il vous sera nécessaire de faire absolument le tour complet de toutes les zones de la carte si vous souhaitez ne passer à coté de rien. Tant la récolte de pièces pour les achats de techniques et d’armes que celle de divers bonus passera obligatoirement par une inspection en règle du moindre recoin de ces secteurs. D’autant que certaines quêtes annexes (comme le fait d’arracher tous les avis de recherche sur lesquels vous figurez) impliquera d’ouvrir bien grands les yeux pour ne pas passer bêtement à côté d’un élément plus ou moins bien caché. Ajoutons à cela que le décor est destructible. Chaque caisse, chaque bouteille vide, chaque bidon d’essence peut en effet être détruit afin d’y récupérer les pièces cachées dedans. Red Steel 2 rend en cela la tâche de faire des économies à la fois dense (ce qui est bien) et rébarbative (ce qui l’est moins). C’est dense d’une part parce qu’il y en a partout et que vous ne ferez pas un pas sans trouver un élément de décor à tailler ou à flinguer pour en récupérer le contenu. Mais c’est rébarbatif parce qu’à faire cela tout le temps, on finit par s’en lasser. Surtout que si l’on manque un peu d’argent au moment de s’acheter des munitions plus performantes ou une nouvelle arme, il faudra revenir sur nos pas pour recommencer à tout casser… C’est d’autant plus dommage qu’hormis cela et (évidemment) les quêtes principales du jeu, il n’y a pas grand chose à faire dans les différentes sections de la map que nous traversons. Aussi désertes en actions potentielles que le sont toutes ces villes fantômes que nous explorons, les zones de Red Steel 2 arrivent à densifier ce que l’on y fait, certes, mais c’est par un usage à outrance de trois ou quatre mécaniques. C’est malheureusement loin d’être suffisant.

Les combats sont réguliers mais il n'empêche qu'une fois qu'on en a fini, les différentes zones sont tristement vides. Et si des combats peuvent surgir de nouveau une fois qu'on est parti puis revenu, cela revient toujours au même.

Les combats sont réguliers mais il n’empêche qu’une fois qu’on en a fini, les différentes zones sont tristement vides. Et si des combats peuvent surgir de nouveau une fois qu’on est parti puis revenu, cela revient toujours au même.

Cette suite sans réel rapport avec Red Steel premier du nom reste néanmoins intéressante sous plusieurs aspects. Si l’univers que je présentais un peu plus haut me sied parfaitement (des cow-boys avec des katanas les mecs !), ramenant le fan de western que je suis dans des approches qui me parlent complètement, il est à noter que le gameplay n’est pas à jeter lui non plus. Evidemment, l’usage obligatoire du Wii Motion Plus en aura rebuté plus d’un. L’accessoire, à ajouter au bas de la Wiimote, en a effectivement agacé beaucoup en raison de sa propension à se désynchroniser avec une trop grande régularité, obligeant alors le joueur exaspéré à reposer sa manette à plat afin que le tout revienne à la normale. Problème résolu pour ma part avec une Wiimote Plus, qui intègre déjà ledit accessoire (la mienne était fournie avec la Wii rouge spéciale anniversaire de Super Mario, elle est chouette). Un objet qui m’aura ainsi épargné les souffrances que certains ont décrites dans Skyward Sword mais également dans Red Steel 2 donc. L’usage du katana du dernier des Kusagari devient alors particulièrement plaisant, à condition d’adhérer au motion gaming de manière générale. Le bras du héros suit très agréablement les mouvements que vous produisez et s’il arrive parfois que ça parte du mauvais côté, une simple pression sur un bouton vous permettra de vous recentrer vite fait bien fait (classique mais ici efficace). Tout ceci permet finalement d’arriver à un gameplay assez fluide, sans à-coups et dont les combos sont faciles à intégrer et à appliquer lors des combats. J’ai été surpris en tous cas de trouver que l’usage du motion gaming ne soit pas plus gênant que ça dans ce jeu. Là où je n’ai pas supporté la plupart des FPS jouable à la Wiimote et au Nunchuk sur Wii, je trouve que Red Steel 2 s’en sort honorablement, sans doute grâce à une plus grande précision que dans les autres jeux du genre auxquels j’ai pu jouer. Le tout est enfin mis en scène dans un univers certes vide, comme je l’évoquais plus haut, mais plutôt joli. Tout en cel-shading donc, Red Steel 2 offre un aspect général proche des comics qui n’est certainement pas pour me déplaire. Les environnements ainsi que les personnages présentent alors une patte graphique originale (pour l’époque du moins), plutôt intéressante et toujours jolie. Car « pour de la Wii », comme se plaisent à le dire ses détracteurs, c’est pas mal du tout en termes de graphismes. Certes on observe les quelques défauts qui ont fait de la Wii la cible favorite des fans de graphismes ultra-léchés mais cela reste tout de même mineur dans ce jeu-ci. Red Steel 2 joue au contraire d’une finition des plus agréables.

Les combos (parfois virevoltants comme ici) sont réalisables par un enchaînement de mouvements à la Wiimote qui sont en réalité très intuitifs.

Les combos (parfois virevoltants comme ici) sont réalisables par un enchaînement de mouvements à la Wiimote qui sont en réalité très intuitifs.

Conclusion.

Je n’ai jamais joué au premier Red Steel, puis-je quand même jouer au 2 sans souci de compréhension ou autre ?
Oui ! Comme je le disais au tout début du dernier paragraphe de cet avis, cette suite ne partage avec le premier Red Steel que le nom de la licence. Il n’existe aucun lien concret entre les deux épisodes et on pourra aller jusqu’à dire sans tromper qu’ils n’ont carrément rien à voir. En atteste d’ailleurs le fait qu’il n’est jamais fait référence aux événements du premier dans Red Steel 2. Rien à voir du tout je vous dis alors vous pouvez foncer sur ce jeu sans passer par le premier, ça ne pose aucun problème.

L’usage du Wii Motion Plus est-il gênant ?
Oui et non. 
Cela dépendra en fait de l’accessoire que vous utilisez. Si vous employez un Wii Motion Plus classique (à ajouter au bas de la Wiimote), la chose fera le boulot mais vous risquez au bout d’un certain temps de jeu commencer à subir des désynchronisations aussi inconfortables qu’agaçantes. Il est clair en effet qu’un Wii Motion Plus a tendance à perdre en qualité du point de vue de sa capacité à rester accroché fermement avec le temps. Cela ne joue cependant pas sur la précision de l’objet (quand il tient en place). En revanche, si vous avez la chance de posséder une Wiimote Plus, aucun souci. Zéro désynchronisation même, je peux vous le garantir ! Tout dépend donc du type de Wii Motion Plus que vous utilisez.

Red Steel 2 se veut donc être l’épisode qui devait faire oublier la médiocrité de son prédécesseur. Ce dernier souffrait finalement d’être sorti en première ligne, dans le line up de lancement de la Wii et donc d’un manque d’expérience et de maîtrise de la machine qui lui conférait tous ses défauts. Cette suite corrige l’essentiel des tares de ce premier opus et va même au-delà en proposant un jeu bien mieux fini. Quelque part entre le jeu d’action et le beat’em all, Red Steel 2 est dynamique. Un dynamisme qui est (hélas !) parfois coupé par les phases de recherche d’argent ou d’accomplissement de certaines quêtes annexes sans grandes péripéties. Un défaut qu’on ne pourra nier mais qui ne retire généralement rien à l’envie d’aller au bout de l’histoire, même si celle-ci est assez convenue. Le tout enfin prend vie dans un univers coloré et esthétique parmi les plus intéressants de la Wii.

Publicités

2 réflexions sur “Parlons jeu, parlons bien n°24 – Red Steel 2 [Wii]

  1. Pingback: TFGA n°19 – « Les abandonnés de la pub  | «Dans mon Eucalyptus perché

  2. Pingback: TFGA n°21 – « Die & Retry  | «Dans mon Eucalyptus perché

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s