Note de lecture n°19 – « Batman : Cataclysme », Chuck Dixon, Doug Moench, Devin Grayson & Klaus Janson

Prologue à No Man’s Land et paru à la toute fin des années 1990, Cataclysme constitue un arc épais de l’univers Batman. Composé d’histoires piochées dans les aventures de différents héros, allant de Batman à Robin en passant par Catwoman notamment, cet ouvrage réédité par Urban Comics en 2014 permet de (re)découvrir cet iconoclaste scénario dans son intégralité. Un travail titanesque abattu par une cinquantaine d’artistes (auteurs, illustrateurs, encreurs…) qui fait figure de passage obligé pour les amateurs de Batman.

BATMAN-Cataclysme-cv

Si seuls quatre noms sont inscrits sur la couverture de Cataclysme, il ne faut pas oublier que Chuck Dixon, Doug Moench, Devin Grayson et Klaus Janson, tous les quatre scénaristes, ne sont pas les seuls à avoir travaillé sur cet arc. Il convient alors, sans les citer tous, de rappeler que les illustrateurs Marcos Martin, Flint Henry, Jim Balent ou encore Scott McDaniel et Graham Nolan ont également travaillé sur ces différentes histoires, œuvrant chacun sur les numéros de différentes séries du Batverse qui ont été impactés par les événements de Cataclysme. Parmi ces séries, on retrouvera notamment Shadow of the BatNightwingRobinBatman Chronicles, Catwoman ou encore Detective Comics. C’est là la preuve que l’arc Cataclysme a été d’une ampleur toute particulière pour l’univers des lecteurs de DC Comics. Mais de quoi cela parle-t-il au juste ? Le nom est explicite : un cataclysme s’abat sur Gotham City. La ville est en effet secouée par un violent séisme d’une magnitude de 7,6 sur l’échelle de Richter, ce qui – pour vous donner une idée – est légèrement inférieur à ce que le Népal a subi fin Avril. Vous imaginez alors l’ampleur des dégâts. Les immeubles s’effondrent, dont le Manoir Wayne, les ponts sont brisés, Gotham est isolée. A cela s’ajoutent les pillages et la panique. Batman et ses acolytes doivent alors faire face à une situation sans précédent, devant venir en aide aux sinistrés tout en contrecarrant les plans des vilains qui courent les rues en toute impunité. A priori, ce pitch promet de mettre Batman face à des situations inédites et à des choix rudes.

Après un rapide prologue, Cataclysme entre dans le vif du sujet.

Après un rapide prologue, Cataclysme entre dans le vif du sujet.

Et si l’oeuvre dans sa globalité présentera au final une qualité certaine, on ne pourra cependant pas nier qu’elle souffre d’inégalités. Selon les chapitres, les scénarios ne se valent pas vraiment. Pire, certains passeront carrément inaperçus, effacés par le talent des autres. A titre d’exemple, les deux (ou trois) chapitres mettant en scène l’héroïne borderline Huntress ne m’ont pas plu. Sans réel intérêt, si ce n’est constamment remettre en question la ligne de conduite de Batman, ces quelques pages n’apportent strictement rien à l’histoire générale. En revanche d’autres morceaux tels que les chapitres 6 et 13, tirés des aventures de Catwoman, viennent apporter un contenu bien plus agréable à lire, non seulement parce qu’ils sont mieux écrits mais également parce qu’ils ont du fond. Ils posent la question (récurrente dans Cataclysme) des comportements individuels face à un événement majeur qui touche au collectif dans sa totalité. Irons-nous tous systématiquement aider notre prochain ? Les méchants resteront-ils toujours méchants ? Les réponses que Cataclysme apporte à ces questionnements varient selon les chapitres et cela n’a pas été pour me déplaire. Il se construit alors tout un pan de réflexion plus ou moins bien mené qui rappelle que Gotham City n’est pas un endroit comme les autres. Ou plutôt, c’est une ville qui ressemble à TOUTES les autres. Elle s’en approprie les moindres vertus et tares, les exagère pour les rendre plus visibles. C’est grâce à cette sorte de caricature que le questionnement prend tout son sens. Reste en tous cas qu’après tout une première partie centrée sur le séisme en lui-même et ses conséquences directes (retrouver tout un chacun, se sortir soi-même des décombres), ce n’est qu’à partir du chapitre 9 que le scénario jouit d’un second souffle bienvenu en introduisant un nouvel antagoniste qui rythmera dès lors la fin de l’ouvrage. Et si tout ce qui touche à cet ennemi particulièrement odieux n’est pas forcément bien écrit ou bien pensé, on appréciera tout de même cette espèce de twist final pour l’idée mais dont on reconnaîtra qu’il aurait pu être mieux conclu cependant.

Il est très très court mais cet interlude mettant en scène le Pingouin est génial.

Il est très très court mais cet interlude mettant en scène le Pingouin est génial.

Mais finalement, le problème d’un ouvrage tel que celui-ci, c’est qu’il est fondé sur une idée à la fois bonne et mauvaise. L’idée est bonne dans le sens où elle consiste à rassembler en un seul volume des chapitres éparpillés dans les différentes séries du batverse pour donner un récit d’un seul tenant, linéaire et cohérent. Ceux qui sont au fait du principe des gros arcs qui s’étendent sur plusieurs séries de comics comprendront ce que je veux dire par là. Pour les autres, je formulerai simplement la chose de la manière suivante : ça évite d’avoir à fouiller les kiosques ! D’autant qu’il s’agit là d’un arc plutôt ancien (un peu moins de 20 ans) et que les différents numéros inclus dedans ne seront pas nécessairement facile à trouver (si tant est qu’ils aient été édités par chez nous et non uniquement aux Etats-Unis…). Mais c’est aussi une mauvaise idée dans le sens où…attendez, non. Plutôt que de dire que c’est une mauvaise idée (car c’est faux), disons plutôt que l’idée (si bonne soit-elle) a un revers de la médaille. Oui c’est mieux comme ça. Et ce revers, c’est qu’on se retrouve avec un bouquin qui sera certes cohérent dans son récit mais qui ne le sera absolument pas dans son apparence. J’évoquais tout à l’heure l’inégalité des chapitres en termes de scénarios. Et bien il en est (presque) de même pour les illustrations. Ce sont tout de même 15 illustrateurs qui se retrouvent collés côté-à-côté finalement dans Cataclysme. Et croyez-moi, passer du style old school de Jim Balent à celui relativement plus moderne de Scott McDaniel, ça fait bizarre. On découvre alors une esthétique générale très hétérogène qui pourra sans aucun doute en gêner certains. Du coup, je suis sorti de cette longue mais prenante lecture avec un double-sentiment. D’abord avoir un droit à un récit complet et intéressant bien qu’un peu longuet parfois mais ensuite d’avoir surtout eu droit à un raccommodage, un immense patchwork qui forme miraculeusement un tout dans sa forme complète.

Jim Balent à gauche, Rick Taylor à droite. Passer d'illustrateurs en illustrateur peut perturber le lecteur.

Jim Balent à gauche, Rick Taylor à droite. Passer d’illustrateurs en illustrateur peut perturber le lecteur.

Pour conclure, je dirais qu’effectivement Cataclysme peut faire facilement figure d’incontournable dans la bibliographie du Chevalier Noir. C’est une histoire particulièrement étonnante, loin de ce qu’on a l’habitude de lire. Osée, elle part dans des directions originales mais elle souffre en contrepartie de segments moins glorieux, sinon anecdotiques. Les scénarios ne se valent pas mais forment tout de même une moyenne tout à fait acceptable. D’autant que ce sont les chapitres les plus annexes qui seront le plus souvent les moins bons, fort heureusement. C’est un pavé mais ce n’est pas indigeste malgré une superposition des styles qui ne manque pas de se faire remarquer. A lire au moins une fois en tous cas.

Batman : Cataclysme, Chuck Dixon, Doug Moench, Devin Grayson & Klaus Janson, Urban Comics, 464 pages (35€)

Publicités

Une réflexion sur “Note de lecture n°19 – « Batman : Cataclysme », Chuck Dixon, Doug Moench, Devin Grayson & Klaus Janson

  1. Pingback: Note de lecture n°20 – « Batman : Le Chevalier Noir – Cycle de Violence , Gregg Hurwitz & David Finch | «Dans mon Eucalyptus perché

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s