Un jour, un album n°16 : « So Much Trouble » – Izia

Quittons la Grande Bretagne où nous avions croisé le bluesy Hugh Laurie et posons enfin nos cages à miel en France ! Pour cette première incursion dans notre Hexagone musical, nous allons nous tourner vers une nana dont je me rends compte qu’elle a à peine deux mois de plus que moi : Izïa Higelin. C’est bien de son groupe que nous allons parler et tout particulièrement de leur deuxième album.

So Much Trouble

0060252788640_600

Difficile de trouver une bio efficace et complète du groupe Izia en tant que tel en raison de la prédominance de sa chanteuse. Cette dernière est, vous l’aurez compris, la fille de Monsieur Jacques Higelin et donc la frangine d’Arthur H. Une famille d’artistes quoi. Si on arrive assez mal à en savoir sur sa toute jeunesse, on sait en revanche que c’est vers ses 13 ans qu’Izïa (avec un tréma quand on parle de la chanteuse, sans quand il s’agit du nom du groupe) commence à réellement s’intéresser au rock avec, comme références principales, Led Zeppelin et Nirvana. Surfant sur cette affection, la jeune demoiselle décide d’apprendre la guitare et, sans perdre de temps, de composer ses propres morceaux et écrire ses propres textes. Le tout en anglais, Izïa estimant comme John Lennon que le rock en français, c’est comme le vin anglais (je vous laissez trouver la conclusion de cette réflexion). En 2006, alors qu’Izïa a 16 ans, tout commence à se bousculer avec le Printemps de Bourges en Avril et, en Juin, la première partie d’Iggy Pop au Palais des Sports de Paris. Auparavant, elle avait fait un premier passage live au Cabaret Sauvage puis au Festival du Vent de Calvi et avait fait la rencontre de son guitariste Sebastien Hoog.

2006, c’est aussi l’année des premiers morceaux balancés en ligne : The LightLet Me AloneBlind et Lola. Les quatre titres figureront trois ans plus tard sur le tout premier album d’Izia, qui a signé un contrat avec le label AZ. Il est à noter que cet album éponyme a été enregistré dans les mêmes conditions qu’un live, histoire de conserver toute l’énergie que le groupe arrive à dégager sur scène. Sur ce disque, Izïa est donc entourée de Sebastien Hoog mais également du bassiste Antoine Tsoutou et du batteur Vincent Polycarpe. Oscillant entre le rock 70’s, le punk ou la ballade, cet album ne bénéficiera cependant pas d’un gros soutien de la part des radios, qui le jugent trop rock pour être diffusé sur les ondes, ce qui est d’ailleurs loin d’être encourageant pour les amateurs de guitares saturées… Enfin bref, ça ne l’empêchera pas d’obtenir la Victoire de la Musique du Meilleur Album Rock en 2010 et Izia commence à réellement se faire un nom. Les Francofolies, le Printemps de Bourges encore, les Vieilles Charrues, le Bataclan, une première partie de Motörhead (rien que ça) et la machine est lancée. Si bien qu’un deuxième album sort en 2011, enregistré juste après le tournage du film Mauvaise Fille dans lequel Izïa tient le rôle principal (qui lui vaudra le César du Meilleur Espoir féminin en 2013). Il s’agit de So Much Trouble, pour lequel Izïa s’entoure de plusieurs musiciens. Si Sebastien Hoog et Vincent Polycarpe sont toujours présents, on y trouvera aussi le batteur Martyn Baker, le bassiste Simon Edwards (Talk Talk) ou encore le pianiste Steve Neeves (connu pour son travail avec Elvis Costello). Nouvel album, nouveau succès, nouveau disque d’or. Autant dire qu’avec un doublé pareil, il n’y a pas de raisons pour s’arrêter. Et sortira donc le 13 Avril prochain le troisième album du groupe, intitulé La Vague. Cette fois-ci intégralement en français, quitte à rompre avec la philosophie lennonienne des débuts, il a été annoncé dès le 4 Février puis avec un premier extrait, Hey, 5 jours plus tard. Entre temps, Izïa Higelin a joué dans Samba, de Eric Toledano et Olivier Nakache, ce qui lui a valu un nomination pour le César de la Meilleure Actrice dans un second rôle en début d’année.

Izia en live aux Francofolies.

Izia en live aux Francofolies.

C’est l’album So Much Trouble qui est donc au cœur de cet article dominical. Sorti comme je le disais plus haut en 2011 (le 14 Novembre pour être exact), c’est avec cet opus que j’ai découvert Izia. D’abord avec le single éponyme puis, sans m’en rendre compte immédiatement, avec le jingle de la météo de Doria Tillier dans Le Grand Journal de Canal+ qui n’était autre que Baby. Dans l’ensemble, l’album oscille entre des morceaux très rock à l’image de ce dernier et d’autres plus posés, parfois proches de la ballade. Ces chansons, elles sont au nombre de dix :

1- Baby
2- So Much Trouble
3- Your Love is a Gift
4- I Can Dance
5- On the Top of the World
6- Penicilline
7- Twenty Times a Day
8- That Night
9- She
10- I Hate You

C’est un album relativement court finalement, d’une quarantaine de minutes, et dont je dois bien admettre que tous les morceaux ne me plaisent pas forcément (je pense notamment à I Can Dance, que j’apprécie modérément sans pour autant le conchier, ce n’est pas le genre de la maison). Reste cependant un album vif, aux accès de puissance très appréciables et dont la capacité à passer d’éléments bruts et rock à des choses plus pop, douces et travaillées me plait assez, il faut bien le dire.

Mais passons donc aux trois morceaux sélectionnés aujourd’hui !

__________

Premier titre : Baby
C’est avec ce morceau que l’on entame l’album et, dès l’introduction, on comprend à quoi on va avoir affaire. Dans un rythme énergique et propre, Baby s’ouvre sur une volonté visible d’accrocher l’auditeur. Basé sur un riff qui s’avérera finalement très reconnaissable par la suite (ce qui fait la marque des bons morceaux de rock), ce tout premier titre de So Much Trouble envoie du lourd, tant dans sa rythmique que dans son solo ou dans le refrain, dans lequel Izïa Higelin met vraisemblablement tout ce qu’elle a. Sans vouloir paraître en faire trop, c’est sans aucun doute le meilleur morceau de rock français que j’ai pu entendre depuis bien longtemps.

__________

Deuxième titre : Twenty Times a Day
Septième titre de l’album, Twenty Times a Day se révèle être un mélange astucieux mêlant des aspérités rock à une ambiance plus pop et une atmosphère générale qui l’apparente à une ballade qui se situerait quant à elle entre les deux genres cités ci-avant. Si les premières notes m’ont, à la toute première écoute, laissé de marbre, je suis progressivement rentré dans cette chanson, que je considère désormais comme étant l’une des meilleures de l’opus. Le refrain est particulièrement agréable tandis que l’ensemble de la chanson jouit d’un arrangement très harmonieux.

__________

Troisième titre That Night
Huitième chanson de So Much Trouble, nous avons ici affaire à un titre qui m’a d’abord fait penser à Glory Box de Portishead. Pas que les deux morceaux soient réellement semblables mais il me semble qu’il y a quelque chose dans l’approche de That Night qui se veut plus ou moins proche de ce que le groupe de Beth Gibbons avait réussi à produire. Finalement beaucoup plus calme que la plupart des chansons de l’album, celle-ci tourne autour d’une construction somme toute très basique qui s’appuie fortement sur les guitares, celles-ci ne manquant pas de prendre une réelle présence à partir de 2min10. En fait, pour tout vous dire, je trouve à cette chanson un côté extrêmement sensuel, pour ne pas dire langoureux. Et, exceptionnellement, je vous propose une version live de la chanson pour la simple et bonne raison que je ne trouve pas de vidéo reprenant la version studio… J’ai quand même tâché d’en trouver une interprétation qui soit la plus proche possible de ce que l’on entend dans l’album.

Publicités

5 réflexions sur “Un jour, un album n°16 : « So Much Trouble » – Izia

  1. Tes analyses d’albums sont toujours aussi bonnes et travaillées, un régal, surtout que j’aime beaucoup Izia! J’ai été conquis par le premier album et cette énergie, tout comme la qualité des arrangements (en l’écoutant à de nombreuses reprises on y décèle pas mal de subtilité derrière l’apparence d’énergie brute). J’ai un peu moins accroché au deuxième album, mais il faudrait certainement que je l’écoute davantage. Je ne savais pas par contre qu’un troisième allait arriver en avril! C’est une super nouvelle. J’ai eu la chance de voir le groupe en concert juste avant la sortie du 2nd album et c’était vraiment excellent! Une sacrée claque.

    • Hé merci ! 😀
      J’ai eu un peu de mal à pondre cet article, la faute à la difficulté de trouver des infos sur le groupe entier et pas seulement sur Izïa Higelin… Mais bon, apparemment le rendu n’est pas si mal ! 🙂
      Le premier album, je l’avais emprunté mais j’ai zappé de l’extraire sur mon PC… Faudrait que je le prenne à nouveau, je n’en ai que de vagues souvenirs.
      Quand au prochain album d’Izia, je ne connais qu’un single pour le moment (je ne sais plus le titre par contre) et je pense que ça risque de changer par rapport aux deux précédents.

  2. Pingback: Un jour, un album n°17 : « …Ya Know?  – Joey Ramone | «Dans mon Eucalyptus perché

  3. Pingback: Ciné Sounds n°54 – « Back In Town  par Izia | «Dans mon Eucalyptus perché

  4. Pingback: Bye bye 2015 | Dans mon Eucalyptus perché

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s