Ciné Sounds n°43 – « The Magnificent Seven » par The Clash

La Nuit Nous Appartient, c’est le genre de film dont tu entends énormément parler mais que tu n’as jamais l’occasion de voir. Enfin ça, c’était jusqu’à ce lundi, quand Arte a choisi de diffuser celui qui est le troisième film de James Gray, à qui l’ont doit également The Yards et plus récemment Two Lovers et The Immigrant, deux longs métrages dans lesquels il retrouve Joaquin Phoenix. L’acteur et le réalisateur ont tourné ensemble dans quatre des cinq films de ce dernier soit dit en passant. Avec La Nuit Nous Appartient, c’est un univers mafieux qui est développé dans une ambiance digne des meilleurs thrillers et autres polars les plus noirs. Rude, parfois brut de décoffrage, on peut dire qu’il emporte totalement le spectateur dans cette ambiance particulière des nuits agitées des Etats-Unis des 80’s. A voir, sans aucun doute.

Autant j'apprécie énormément Joaquin Phoenix, autant j'ai toujours quelques craintes quand je vois Eva Mendes au casting d'un film. Mais il faut bien reconnaître qu'elle s'en sort ici admirablement.

Autant j’apprécie énormément Joaquin Phoenix, autant j’ai toujours quelques craintes quand je vois Eva Mendes au casting d’un film. Mais il faut bien reconnaître qu’elle s’en sort ici admirablement.

Qui dit « années 1980 » dit souvent « bande originale qui va avec ». Et La Nuit Nous Appartient n’échappe pas à cette règle. Ainsi, aux côtés des compositions de Wojciech Kilar (Le Roi et l’OiseauDracula version Coppola, Le Pianiste…), on retrouve avec plaisir nombre de tubes de cette décennie qui fut autant l’objet d’une réelle profusion musicale que d’expérimentations hasardeuses. Mais James Gray propose ici essentiellement du bon son, comme on dit : Blondie et le fameux Heart of GlassLet’s Dance de David Bowie ou encore The Magnificent Seven des Clash. Cette chanson nous vient tout droit de l’album Sandinista!, sorti en 1980 (le fameux triple album vendu au prix d’un album normal). Cette chanson parle sur un rythme beaucoup plus funk que punk du consumérisme, des médias de masse…le tout en en dressant un portrait peu flatteur. Et si ça vous dit de parler un peu plus longuement des Clash, rendez-vous sur le n°8 de ma rubrique « Un jour, un album » !

Les mecs des Clash, de gauche à droite : Joe Strummer, Mick Jones, Topper Headon et Paul Simonon.

Les mecs des Clash, de gauche à droite : Joe Strummer, Mick Jones, Topper Headon et Paul Simonon.

Enjoy !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s