TFGA n°1 – « Les femmes de nos vies… »

C’est la toute première fois que je me livre à l’exercice des TFGA (ou Top Five Games Addict pour les intimes). Je l’aurais bien fait avant, le principe me plaisant assez, mais les thèmes jusqu’ici proposés ne m’ont pas plus inspiré que ça. Là par contre, dès que ça parle de nanas, il y a du monde (hu hu). Bref, commençons déjà par rendre à César ce qui est à lui et rappelons que cette initiative est avant tout celle d’Alex Effect, qui propose chaque mois un nouveau thème pour ces TFGA. Mais trêve de blabla et passons au top. On est là pour ça après tout…
Ah oui et je mets que c’est le TFGA n°1 mais ce n’est valable que pour moi. En fait, c’est le quatrième thème qui a été publié si je ne me trompe pas.

Logo-TFGA_cadre

N°5 : Cynthia (Pokémon DiamantPerlePlatine)

Cynthia, Maître Pokémon de la Ligue de Sinnoh, est la première femme a avoir ce titre dans les jeux de Game Freak.

Cynthia, Maître Pokémon de la Ligue de Sinnoh, est la première femme a avoir ce titre dans les jeux de Game Freak.

Cynthia est un personnage à part quand je pense aux grands protagonistes de la licence Pokémon et je crois que cela est lié au fait que c’est tout bonnement la première femme à occuper le titre de Maître Pokémon. Dès lors, je ne peux qu’avoir un immense respect pour cette nana qui, en plus de cela, nous vient en aide en cours de jeu pour combattre la Team Galaxie. On ne peut alors constater qu’une seule chose : Cynthia est redoutable. Elle en impose carrément et, pardonnez-moi pour cette expression, en a peut-être plus dans le froc que nombre d’autres personnages croisés jusqu’alors au gré des générations de la série. Cynthia a la classe en plus de ça. Jusque là, seul Peter (dans les versions OrArgent et Cristal) m’avait donné l’impression que le rôle du Maître de la Ligue était plus important que ce que les premiers jeux laissaient penser. Cynthia confirme cela et reste encore à mon humble avis, l’un des Maîtres les plus respectables entre tous (sinon la plus respectable tout court). Et le fait que ce soit une femme en dit long.

N°4 : Sniper Wolf (Metal Gear Solid)

En me rappelant à Metal Gear Solid, j'ai d'abord pensé à Meryl. Puis Sniper Wolf s'est imposée comme une évidence.

En me rappelant de Metal Gear Solid, j’ai d’abord pensé à Meryl. Puis Sniper Wolf s’est imposée comme une évidence.

Sniper Wolf est assez loin d’être une femme comme les autres. Evidemment, Hideo Kojima oblige, c’est un canon (on ne va pas se mentir) mais, très très loin du stéréotype de la « blonde à forte poitrine », celle-ci en a dans le ciboulot. En fait, Sniper Wolf est à l’image de la plupart des personnages de Metal Gear Solid. C’est un personnage travaillé, dont on sent qu’il y a eu une réelle volonté de lui donner une dimension plus grande que ses seules apparitions dans le jeu. Sniper Wolf est une femme qui a connu très tôt les pires peines que ce monde peut donner : la guerre, la perte de ses parents quand elle était enfant, le désir de vengeance… C’est sans aucun doute l’un des personnages féminins les plus touchants que j’ai connus malgré le fait que ce soit techniquement une ennemie à abattre. Sniper Wolf m’a ému, bien plus que n’importe quel autre protagoniste de MGS. C’est un peu le genre de nana qu’on n’oublie pas.

N°3 : Lucina (Fire Emblem : Awakening)

Je pense vraiment que Lucina est vouée à connaître une postérité certaine auprès des fans de Fire Emblem.

Je pense vraiment que Lucina est vouée à connaître une postérité certaine auprès des fans de Fire Emblem.

Qu’on se le dise : Fire Emblem : Awakening regorge de personnages formidables, en particulier grâce à une écriture de chacun d’entre eux qui toucherait presque au génie. Même l’excellent Fire Emblem sur GBA ne peut pas prétendre avoir une telle qualité dans sa galerie de protagonistes. Ici, chacun a une identité incroyable et parfaitement inimitable. Et c’est en particulier le cas de Lucina, cette combattante d’abord mystérieuse puis à laquelle on ne peut que s’attacher. D’abord parce que le scénario le veut et ensuite parce qu’elle est formidable. Lucina a l’air toute frêle comme ça mais c’est une épéiste hors-pair et il vaut mieux se méfier lorsqu’elle sort Xeno-Falchion de son fourreau. C’est une jeune femme terriblement douce mais paradoxalement d’une force surprenante sur le champ de bataille. Une qualité que l’on retrouve d’ailleurs dans Super Smash Bros., où elle s’est progressivement imposée comme un de mes personnages favoris.

N°2 : Zelda (saga The Legend of Zelda)

Zelda, c'est finalement un peu plus qu'une princesse.

Zelda, c’est finalement un peu plus qu’une princesse.

Comment aurais-je pu composer ce classement sans y glisser la Princesse Zelda ? De toutes les têtes couronnées que Nintendo a créées au fil du temps, Zelda et sans conteste ma préférée. Car, contrairement à une Peach ou une Harmonie, elle n’est pas là que pour être enlevée par le méchant de l’histoire. Zelda a plus de consistance que cela et, malgré son caractère effacé dans la plupart des opus de la licence, constitue un personnage essentiel, en particulier depuis Ocarina of Time selon moi, où elle joue un rôle clair et net dans le déroulement des événements. Progressivement, Nintendo a fait de cette princesse une femme d’action (il n’y a qu’à voir The Wind Waker pour s’en rendre clairement compte) qui n’hésite pas à participer au combat, même si cela reste anecdotique (et pourtant essentiel). Zelda est la princesse pour laquelle on vendrait son cheval et ses bottes si cela permettait de la sauver. Zelda, je suis prêt à tout pour elle. Reste que c’est dans Twilight Princess que la préfère.

N°1 : Samus Aran (saga Metroid)

Samus Aran ne pouvait que dominer ma version de classement. Elle est la première à laquelle j'ai pensé, et pour cause...

Samus Aran ne pouvait que dominer ma version de ce classement. Elle est la première à laquelle j’ai pensé, et pour cause…

Telle est donc celle qui occupe la première place dans ce classement. Et comment cela aurait-il pu être autrement ? Après tout, Samus est loin d’être une femme comme les autres. Chasseuse de primes solitaire et mystérieuse (la faute au mutisme mais Metroid : Other M est venu jouer là-dessus), elle est peut-être la plus badass des héroïnes de jeu vidéo que j’ai pu croiser. Je ne saurais trop vous décrire pourquoi j’apprécie Samus plus que les quatre autres personnages de ce classement mais il y a ce truc qui fait qu’elle sera toujours un cran au-dessus. Sans doute est-ce parce qu’elle est une véritable héroïne, une aventurière hors-normes, une femmes forte et courageuse. De Zebes à Tallon IV, Samus a arpenté l’espace et su éviter ses pièges dans son insatiable quête de justice. Elle est finalement au-delà du statut de simple héroïne de jeu. C’est quelque chose de plus fort qui anime Samus Aran et c’est sans doute ce truc sur lequel je suis incapable de poser des mots qui la rend si exceptionnelle.

Ainsi se constitue ma version de ce TFGA consacré aux femmes dans les jeux vidéo. Si l’on doit en tirer une conclusion, je crois que celle-ci s’impose d’elle-même : j’ai un léger penchant pour les femmes fortes. Car c’est bien là le dénominateur commun de ces cinq personnages. Ce sont des femmes qui ne sont pas là que pour faire de la figuration. Elles ont un rôle à jouer, que ce soit dans le jeu en lui-même ou dans l’univers qu’il développe. Elles ont une identité forte, une place réelle dans ce grand schmilblick.
Maintenant il ne me reste plus qu’à vous inviter à faire votre propre classement, que ce soit sur votre blog (si vous en avez un) ou dans les commentaires de cet article.

Publicités

13 réflexions sur “TFGA n°1 – « Les femmes de nos vies… »

  1. Pingback: Alex Effect » TFGA n°4 : Les femmes de nos vies

  2. Et bien voilà, une personne de plus se lance dans l’aventure 🙂
    Ton top 5 est pratiquement composé de personnes Nintendo et c’est très bien comme ça.

    Si la présence de Samus et de Zelda ne m’étonne pas, je suis agréablement surpris par celle de Cynthia (que je ne connais pas du tout) et surtout de Sniper Wolf que j’avais complètement oublié.

    • Oui, on reconnait bien là le joueur hyper-Nintendo que je suis. 🙂

      Sniper Wolf est une des premières à qui j’ai pensé. Je me suis souvenu de son histoire quand on arrive à la battre dans MGS et ça m’a semblé évident qu’aucune autre nana dans un jeu ne m’avait autant touché.
      Quant à Cynthia, j’y ai pensé en dernier (j’ai eu du mal à trouver mon n°5 à vrai dire) mais une fois que j’y ai pensé, je me suis rendu compte de tout ce qu’elle représente et il m’a semblé intéressant de la glisser dans ce top, sachant qu’à mon avis, on ne la trouvera pas chez beaucoup de participants. 😀

  3. Wow, et bien, pour une première participation tu fais fort bravo : pas mal de textes, de très jolies illustrations : j’a-dore ! Je sens que je vais revenir souvent par ici 🙂

    Bon je ne reviendrai pas sur ce que j’ai déjà dit sur Twitter concernant la saga Metroid, mais ça ne m’empêche pas de tout à fait comprendre sa position !

    J’avoue sinon avoir été surpris par Cynthia à laquelle je dois bien l’avouer … je ne pensais pas. Comme tu le dis tant le côté « dragon » que le statut de Maître de la Ligue étaient et seront certainement toujours associés à Peter. Tu as bien fait de faire cette piqûre de rappel ^^

    • J’ai l’impression qu’on a plus ou moins tous eu tendance à sortir une nana à laquelle personne d’autre ne pensait. Moi c’est Cynthia, pour Sorenette c’était l’infirmière Joëlle… C’est intéressant à voir.

      Je te remercie en tous cas pour ton commentaire élogieux. 😀

  4. Sympa ton top, et vive Lucina et Zelda !
    Samus aurait également pu se retrouver dans le mien, elle est vraiment très différentes des autres héroïnes de Nintendo 🙂
    Je n’aurais jamais pensé à Cynthia, et pourtant c’est vrai que quand on y réfléchit, elle a vraiment la classe !

  5. Pingback: TFGA n°2 -« A fond les manettes  | «Dans mon Eucalyptus perché

  6. Pingback: TFGA n°9 – « Le Top du Top (mais pas pour chasser les taupes et c’est bien dommage)  | «Dans mon Eucalyptus perché

  7. Pingback: Liebster Award : le tag au nom compliqué | Dans mon Eucalyptus perché

  8. Pingback: Peach, Zelda & Samus : figures féminines chez Nintendo | Dans mon Eucalyptus perché

  9. Pingback: TFGA n°21 – « Die & Retry  | «Dans mon Eucalyptus perché

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s