Ciné Sounds n°37 – « Gimme Shelter » par The Rolling Stones

Salut tout le monde ! Eh oui, ça y est, je suis enfin revenu aux affaires. Petit résumé de l’épisode précédent : après des révisions intensives qui ont accaparé tout mon temps et m’ont contraint à laisser le blog de côté pendant quelque temps, j’ai enfin passé les épreuves écrites auxquelles ces séances de travail m’ont préparé (pour ceux qui se posent la question : oui, je pense que ça s’est assez bien passé). Profitant du voyage, votre humble serviteur le Koala s’en est allé rendre visite à des amis et autres personnes que je n’avais pas vues depuis un bon moment. Bref, j’ai lâché la bride un peu. Tout ceci explique donc un blog en stand by depuis le 12 Octobre dernier ! Je ne m’en rendais pas compte mais cela fait bien plus d’un mois que le coin prend la poussière ! Mais enfin le moment est venu pour moi de reprendre les choses en main. Et j’ai beaucoup de choses à vous raconter, croyez-moi. Histoire de vous laisser entrevoir ce qui arrive, sachez qu’on va très prochainement parler des deux tomes de Batman – Sombre Reflet, de Metroid Prime, de Super Smash Bros., d’Interstellar, de chanteurs, de guitaristes, de Pixar… Aux amis rockeurs, je prépare même un tout petit concours qui devrait tomber durant les deux premières semaines de Décembre. Et je n’oublie pas que j’ai toujours mon dossier sur Richard Darbois à vous livrer, chose qui devrait être faite d’ici la fin de l’année. Un vaste programme ! Mais pour le moment, on va reprendre les choses tranquillement avec ce 37ème épisode de Ciné Sounds.

____________________

Plutôt que de vous parler d’un seul film comme je le fais habituellement, je vais vous parler avant toute chose de Martin Scorsese. Sans compter que je devais à l’origine écrire un truc sur Les Infiltrés pour cet article, ce qui serait revenu à faire doublon avec le Ciné Sounds n°22… Scorsese est un réalisateur qui a toujours accordé une large place à la musique dans ses films. Ce n’est d’ailleurs sans doute pas pour rien qu’il a carrément réalisé une comédie musicale avec New York, New York en 1977. Et, hormis les compositions propres à ses films, le cinéaste a régulièrement utilisé des morceaux d’artistes et de groupes divers, en particulier depuis 1985 et After Hours dans lequel on peut entendre Joni Mitchell et les Monkees. Mais c’est avec Les Affranchis (1990) que Scorsese va de plus en plus distiller des chansons dans son travail, enfin surtout dans les films se déroulant à une époque contemporaine du tournage. Ici, on retrouve notamment les Rolling Stones, Tony Bennett, Aretha Franklin, Dean Martin, Sid Vicious CasinoLes Infiltrés et le récent Loup de Wall Street confirmeront cela.

Je ne vous cache pas que Martin Scorsese reste l'un des réalisateurs qui m'intéressent le plus.

Je ne vous cache pas que Martin Scorsese reste l’un des réalisateurs qui m’intéressent le plus.

Mais s’il y a bien un groupe que Scorsese aime plus que tout, ce sont les Rolling Stones. Le groupe britannique apparaît en effet à plusieurs reprises dans les films du réalisateur mais aussi et surtout dans Shine a Light, sorte de docu-concert plutôt bien fichu tourné lors d’un live des Stones à New York. Et de tous les morceaux du groupe que l’on retrouve dans la filmo de Martin Scorsese, il en est un qui revient pas moins de trois fois : Gimme Shelter. Sorti en 1969 sur l’album Let it Bleed, ce titre peut en effet être entendu dans Les Affranchis (où l’on entend aussi Monkey Man), Casino et les Infiltrés. Cette chanson se veut assez pessimiste puisqu’elle parle de se trouver un abri face aux difficultés à venir, parmi lesquelles les Stones voient la guerre (celle du Vietnam est alors d’actualité) et la déliquescence sociale… En attendant, elle fait partie des 500 meilleures chansons de tous les temps d’après le magazine Rolling Stone (38ème pour être précis) et a également été utilisée dans Le FanFlightDexter ou encore Nip/Tuck.

Les Rolling Stones en 1969, de gauche à droite : Charlie Watts, Mick Taylor, Mick Jagger, Keith Richards et Bill Wyman. Brian Jones, qui a peu participé à l'enregistrement de Let it Bleed, est mort durant l'enregistrement de l'album.

Les Rolling Stones en 1969, de gauche à droite : Charlie Watts, Mick Taylor, Mick Jagger, Keith Richards et Bill Wyman.
Brian Jones, qui a quitté le groupe pendant les sessions studio de Let it Bleed, est mort durant l’enregistrement de l’album.

Enjoy !

Publicités

Une réflexion sur “Ciné Sounds n°37 – « Gimme Shelter » par The Rolling Stones

  1. Pingback: L’Eucalyptus a un an ! | Dans mon Eucalyptus perché

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s