Parlons jeu, parlons bien n°16 – DuckTales Remastered [Wii U]

ducktalesremasteredwiiupackshot

Je me souviens de l’annonce de la sortie de ce remake du jeu DuckTales initialement sorti sur NES en 1989 puis sur Game Boy en 1990. Enfin je me souviens surtout de la réaction des trentenaires qui, enfant à l’époque, se souvenaient de ce jeu comme d’une perle. Circonspect, ce qui n’est pour autant pas franchement à mon image, j’ai vite senti qu’il était possible que nous soyons en présence d’une énorme madeleine de Proust. Surtout vu le relatif désintérêt des plus jeunes vis-à-vis de DuckTales Remastered. Mais bon, il était en promo la semaine dernière et, pour 6€ et quelques, je n’ai pas rechigné à le prendre sur ce brave e-shop de la Wii U.

Pour ceux qui, comme moi, ne connaissait DuckTales que de la réputation que nos amis trentenaires lui ont bâtie, il s’agit d’un jeu de plateforme prenant place dans l’univers de Picsou. L’objectif du jeu sera de récupérer plusieurs trésors répartis dans différents niveaux, tout simplement. Incarnant le canard le plus riche du monde, le joueur est alors amené à arpenter divers lieux comme la Transylvanie, la Lune ou encore l’Amazonie afin de chercher lesdits trésors. DuckTales se compose alors de manière très classique : votre personnage évolue dans des niveaux divisés en plusieurs secteurs et dans lesquels vous devrez récupérer un nombre déterminé d’objets afin de progresser jusqu’au boss dudit niveau et contre lequel vous devrez bien entendu vous battre afin de prendre le trésor que vous êtes venus chercher. C’est de la plateforme toute bête mais elle fonctionne bien. Les niveaux sont assez bien composés et, à l’inverse d’un Super Mario par exemple, il ne s’agit pas seulement de relier un point A à un point B. Là, Picsou devra aller et venir dans des niveaux dont l’architecture se veut un peu plus complexe à chaque fois, quitte à faire en sorte que le joueur doive passer et repasser parfois par le même endroit afin de poursuivre sa progression. De haut en bas, de gauche à droite et réciproquement, on évolue dans des niveaux en deux dimensions avec le plaisir de renouer avec un gameplay sobre mais qui fonctionne toujours. Pour autant, on aura peut-être tendance à trouver dommage que le jeu ne soit pas plus original que ça. Si l’ensemble tourne assez rond, ça reste parfaitement classique, pour ne pas dire banal. J’en viendrai même à recommander de jouer directement avec le niveau de difficulté le plus élevé (il y en a trois) pour ne pas se laisser aller à une forme de lassitude. On s’amuse, certes, mais ça sent le déjà-vu, même pour l’époque.

Le gameplay est des plus basiques, permettant de se lancer dans le jeu très rapidement.

Le gameplay est des plus basiques, permettant de se lancer dans le jeu très rapidement.

Le problème principal de DuckTales, c’est qu’il se renouvelle assez peu. D’un niveau à l’autre, le jeu tourne sur les mêmes mécaniques et, s’il tâche d’apporter un peu plus de difficulté à chaque fois, ce n’est pas non plus insurmontable et l’on en viendra facilement à bout. Et rapidement aussi car le jeu ne compte que 7 niveaux ! Un prologue, 5 niveaux pour les 5 trésors et un épilogue. C’est court. C’est même très court. On en aura fini avec DuckTales en peu de temps. Allez, trois heures à tout casser. C’est là son principal défaut, à savoir d’être un jeu qui, malgré ses qualités, perd en intérêt tant sa durée de vie est faible. Et on ne peut pas trop compter sur les quêtes annexes dont l’objectif n’est que de récupérer encore et toujours plus d’argent dans les différents niveaux afin de débloquer tous les éléments de la galerie proposée. Si encore cela permettait de faire d’autres choses dans les 5 niveaux, je ne dis pas, mais là… C’est dommage car on s’amuse quand même mais pas assez longtemps.

Les choses ont bien changé depuis 1989.

Les choses ont bien changé depuis 1989.

Et qu’en est-il de ce côté Remastered ? Histoire de savoir de quoi je parle, je me suis évidemment rencardé sur le jeu original. J’apprends donc qu’il était, pour l’essentiel semblable à cette itération-ci, à quelques différences près dont (par exemple) une clé qu’il fallait récupérer dans un niveau pour pouvoir progresser dans un autre, des petites choses comme ça. A noter que ce détail n’apparaît plus dans DuckTales Remastered. Non, tout ce qui touche au remastered se retrouve en fait dans les graphismes, brillants il faut bien le dire. Car oui, ce jeu est très beau. Son aspect général est maîtrisé, le dessin est très agréable, parfaitement marqué par la patte Disney. Et les musiques sont très sympas également. Les joueurs qui ont connu l’ère 8 bits apprécieront également que l’écran-titre soit accompagné d’un thème ô combien référencé à cet autrefois que certains regrettent encore amèrement.

Conclusion.

Si j’ai connu le DuckTales d’époque, ce Remastered est-il susceptible de m’intéresser ?
Oui et non. Oui car c’est toujours un plaisir de renouer avec un jeu qu’on a aimé auparavant et qui s’offre une belle petite cure de jouvence qui le rend plus beau, comme c’est le cas ici. Et non parce que, hormis ce renouveau graphique, DuckTales Remastered n’a rien de nouveau à offrir. Il est même plus simple que l’original…

Est-ce que ça vaut le coup de l’acheter au prix fort ?
Non, je ne crois pas vraiment. Le jeu est très court, c’est un remake et il n’a (au regard des jeux actuels, même dans le genre plate-forme) pas grand-chose d’exceptionnel. Autant l’attendre à prix réduit comme c’est le cas en ce moment sur l’eshop de la Wii U.

Mais alors…faut l’acheter ou pas ?
Eh bien malgré tout, j’ai envie de dire oui. Parce que DuckTales Remastered est un bon jeu pour qui apprécie la plateforme. Pas assez complexe peut-être, un peu répétitif certes, trop court assurément…mais bien calibré, beau et amusant. Et n’est-ce pas là l’essentiel dans un jeu vidéo ? Qu’il nous amuse ?

DuckTales Remastered est donc un jeu qui ne s’adresse pas à tout le monde, le public le plus enclin à l’apprécier étant essentiellement composé de ceux qui ont joué à l’original à la fin des années 1980 ou de férus de plateformes. Les autres joueurs actuels passeront sans doute leur chemin ou attendrons, comme moi, une baisse de prix. Il ne lui manque pas grand-chose pour être excellent mais DuckTales n’en est tout de même pas encore là.

Publicités

6 réflexions sur “Parlons jeu, parlons bien n°16 – DuckTales Remastered [Wii U]

      • ce que je reproche à ce remake en revanche, ce sont pas mal de bugs surtout quand on approche la fin du jeu… C’est vraiment dommage d’autre part qu’ils n’aient pas intégré un remake de DuckTales 2 avec. Mais comme tu le dis, cet épisode parle surtout à ceux qui ont fait le jeu avant, surtout pour les musiques, dont les originales figurent encore parmi les meilleures compositions de la Nes 😉

      • Ah tiens, je n’ai eu aucun problème de bug personnellement.

        Et je suis bien d’accord, un combo DuckTales 1 + 2 eut été bienvenu !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s