La Révolution Française et « Assassin’s Creed – Unity » – Première partie : chronologie de la Révolution (1789)

Long titre, pas vrai ? Voilà qui laisse présager bien des choses. Mais si vous croyez que ce dossier (car c’en est un) sera complexe, rassurez-vous, il est écrit par un amateur. Un double-amateur même : amateur de la saga Assassin’s Creed d’une part et amateur de cette période qu’est la Révolution Française d’autre part. Après avoir fait de la géographie un peu de la même manière ici et , je vais faire un peu d’Histoire avec vous. En fait, avec cette série de posts je souhaite en quelque sorte planter le décor du prochain opus de la série. Mon objectif est ici en premier lieu de récapituler le déroulement de la Révolution Française, ses grandes étapes, ses heures de gloire et ses tragédies. Avec cet historique, je voudrais ensuite tâcher de voir comment Assassin’s Creed – Unity peut s’insérer dans cette phase de l’Histoire de France. Quand débutera le jeu et quand s’achèvera-t-il ? Je voudrais également voir quels illustres personnages historiques, acteurs de cette révolution, pourront être présents dans le jeu, ou ne serait-ce que mentionnés. Et enfin, usant là de mon imagination et avec une partie qui n’engagera que moi, j’essaierai de voir comment ces différents grands hommes pourront être utilisés dans le jeu : seront-ils du côté des Assassins ? Des Templiers ? Neutres ? A voir…

Ne nous méprenons en tous cas pas sur l’objectif de ce dossier. Mon seul but est de vous planter le décor afin que vous, qui allez jouer à Unity, sachiez de quoi on va vous parler, que vous ayez déjà une petite connaissance des faits. Ne nous méprenons pas non plus sur ce que je dis quant à la manière dont Assassin’s Creed traitera ou non les événements qui vont être décrits dans ces posts : ce ne sont que des hypothèses personnelles que je veux partager avec vous. Cela ne repose sur aucune analyse des trailers ou d’interviews de développeurs. Uniquement des possibilités que j’envisage comme plausibles. Maintenant que vous savez à quoi vous attendre, je pense qu’on n’a plus qu’à commencer. Prêts ?

Historique de la Révolution Française : première partie

Si l’on se réfère à ce que dit Guy Chaussinand-Nogaret dans son livre 1789, publié en 1988, la Révolution débute très précisément le 17 Juin 1789, lorsque les députés du tiers-état choisissent de se renommer Assemblée Nationale, accompagnés par quelques membres du clergé et des nobles libéraux. La Révolution Française prendrait donc comme point de départ cette fameuse date, un peu plus d’un mois après l’ouverture des Etats Généraux à Versailles (le 5 Mai 1789). Pour autant, il demeure important de s’aventurer dans des dates antérieures pour voir où la Révolution prend ses sources. En réalité, on pourra même aller jusqu’à dire que les événements de 1789 ne sont que l’aboutissement d’une succession de facteurs qui se sont enchaînés au cours du XVIIIème siècle. A commencer par le développement de la philosophie des Lumières, portée par divers grands noms tels que Voltaire, Rousseau, Diderot… Attention cependant à ne pas se tromper. Si ces érudits ont toujours mis en avant l’idée de liberté et de justice dans leurs écrits, en réaction au despotisme d’une monarchie absolue de droit divin consacrée depuis le règne de Louis XIV, tous ne parlaient pas nécessairement d’aller jusqu’aux extrémités mises en œuvre par les révolutionnaires de cette fin de XVIIIème siècle. Rousseau par exemple veut que le pouvoir revienne à la Nation et s’oppose donc au principe-même de la monarchie. A l’inverse, Voltaire ne remet pas strictement en cause l’absolutisme mais dénonce son caractère divin et cherchera à replacer la Raison au milieu de tout cela. Une fois de plus, ces deux-là entretiennent leur éternelle rivalité. D’ailleurs, plus éternelle, tu ne peux pas, les deux penseurs se font face au Panthéon, histoire de les laisser se disputer jusqu’au bout du bout… Enfin bref, tout cela pour dire que si les Lumières ont planté les graines de la protestation et de la contestation de la monarchie, ils ne parlaient pas tous dans la même direction. Une idée qui reviendra souvent cependant sera celle d’une monarchie constitutionnelle inspirée du modèle anglais. Comme quoi, le fait d’avoir un roi à la tête de l’Etat n’est pas encore ce qui pose problème. Tout ce que l’on demande alors, c’est une liberté accrue et une justice sociale avec, en particulier, la disparition des trois ordres (noblesse, clergé, tiers-état). En fait, à l’aube de la Révolution, Louis XVI – dit Louis le Bon – est encore assez apprécié par son peuple, même si son impopularité va grandissante avec la crise financière née sous le règne de Louis XV et notamment depuis que c’est le ventre des Parisiens qui parle. L’hiver 1788-1789 fut en effet extrêmement rude, les récoltes maigres et la disette bien présente. Le peuple a faim et c’est bien cela qui va le pousser à intervenir et à faire entendre sa grogne. Celle-ci, Louis XVI ne pourra pas l’éviter et décidera de convoquer les Etats Généraux, chose qui n’avait pas été faite depuis Louis XIII. Les cahiers de doléance se rédigent dans la France entière afin de faire entendre au roi ce qui ne va pas et ce que l’on souhaite. Si l’on en revient à Assassin’s Creed – Unity à ce point de l’histoire, on peut envisager deux points de départ possibles pour le scénario du jeu : quelque part au XVIIIème siècle, lorsque les Lumières publient leurs idées et font germer les premiers prémices d’une contestation ; ou (plus vraisemblablement) à l’aube des Etats Généraux. Arno, le héros de ce prochain épisode, semble en effet assez jeune et il peut alors être possible de le découvrir enfant (comme on l’avait fait avec Connor) dans la première option, ou directement adulte avec la seconde. Enfant, nous le découvririons dans cette ambiance de début de contestation. Adulte, nous entrerions probablement plus vite dans le vif du sujet, sans doute à partir de la rédaction des cahiers de doléance (ou un peu avant). Si je dois donner mon avis, j’avoue que je suis plutôt embêté car je ne sais pas trop vers quelle option mon petit cœur balance le plus. L’une comme l’autre me tente assez et me séduit. Mais puisque l’on parle de point de départ, n’hésitons pas plus et allons directement parler de ligne d’arrivée. Là encore, j’envisage deux possibilités. La première verrait Assassin’s Creed – Unity se terminer en 1794, avec la chute de Robespierre et, finalement, la disparition du dernier des grands leaders révolutionnaires et la fin de la Terreur. Historiquement, s’ensuivent divers grands événements : le retour en grâce (temporaire) des royalistes, le Directoire, l’ascension de Bonaparte et, à terme, le Premier Empire. Et c’est justement avec le début de cet Empire napoléonien que le jeu pourrait trouver sa deuxième option de conclusion. On considère d’ailleurs généralement que la Révolution Française a officiellement été terminée lors du coup d’Etat mené par Bonaparte lors du 18 Brumaire, soit le 9 Novembre 1799. On laisserait alors Arno face à une sorte de désillusion, la tyrannie impériale remplaçant finalement la tyrannie royale, elle-même ayant entre temps laissé la place à une tyrannie révolutionnaire (Robespierre fut régulièrement traité de dictateur et si l’expression se veut véhémente, elle se veut aussi révélatrice, comme nous le verrons ensuite). Cette fin-là ferait ainsi écho à celle d’Assassin’s Creed III où, après avoir participé corps et âme à la Révolution Américaine, nous avions finalement quitté Connor avec une triste image : celle de l’esclavage. Cela permettrait de créer une sorte de continuité entre les deux révolutions et de donner un écho aux différentes idéologies développées dans la licence. Haytham Kenway n’a-t-il pas maintes fois insisté sur les risques que fait naître une trop grande liberté du peuple ? Néanmoins, je pense qu’on s’arrêtera plus vers 1794. A voir…

Mais revenons en à notre historique de la Révolution Française et tâchons d’apporter un éclaircissement sur cette période faste et sur les événements que nous serons sans doute amenés à vivre via Arno. Pour cela, je vais revenir sur différentes grandes étapes de la Révolution de ses débuts jusqu’à son terme, évoquant très rapidement comment certaines pourront s’intégrer dans Unity. Je ferai cela sans aucun entrave et profiterai de la conclusion de cette partie pour faire le bilan des événements que l’on peut s’attendre à trouver dans le jeu de manière synthétique et en prenant en considération ce que l’on sait déjà sur le jeu. L’essentiel d’abord sera de vous planter le décor général.

1789

L’année 1789 a mal commencé. Très mal. L’hiver qui s’achève a été particulièrement rude et a eu pour conséquence de rendre les récoltes particulièrement mauvaises. A Paris, le blé se fait rare, comme d’autres denrées, et voit son prix doubler par rapport à 1788. Sachant que la misère était déjà forte dans la capitale, cette inflation ne provoque qu’une chose : la disette. Il n’y a plus assez à manger, plus assez de pain, et les pauvres sont les premiers à en pâtir. Quand on sait que Paris est la ville qui concentre alors le plus de miséreux dans tout le royaume, on se doute que l’ambiance devient électrique. Et, justement, les journées des 26 et 27 Avril 1789 seront comme l’annonce des événements à suivre. Paris est dans la misère, les classes les plus populaires craignent de plus en plus et la rumeur ne fait qu’accentuer les méfiances. Tant et si bien que des émeutes éclatent, en particulier au faubourg Saint Antoine. Le manufacturier Réveillon et le salpêtrier Henriot sont au cœur des soupçons. Les « on-dits » les accusent d’avoir des projets dont l’issue serait funeste pour les ouvriers. Il n’en faudra pas moins pour qu’on prenne leurs maisons, qu’on les saccage et qu’on brûle leurs effigies. La manufacture Réveillon n’y résistera pas non plus. En réponse, les forces de l’ordre interviennent mais 12 hommes sont tués par les émeutiers et 80 blessés. Le peuple de Paris vient alors, en deux jours, de signer le premier événement sanglant de la Révolution, avant même l’ouverture des Etats Généraux. Je ne sais pas si Assassin’s Creed – Unity intègrera ces événements. S’ils sont inclus, je pense que ce sera de manière plus anecdotique, principalement comme toile de fond. Sans doute même cela sera-t-il mêlé à d’autres émeutes sans donner plus de détails. Peut-être cependant que Henriot et Réveillon seront mis en avant dans l’intrigue et constitueront les premières victimes des Assassins. La série d’Ubisoft nous a habitués à ce genre de personnages à l’air un peu vénal sur les bords, qui se foutent pas mal du peuple tant que ça sert leur intérêt ou celui des Templiers (le cas échéant). Je ne dis pas que les vrais Henriot et Réveillon étaient comme ça mais Ubi pourrait très bien les assaisonner à sa sauce.

La faubourg Saint Antoine en proie aux émeutes

La faubourg Saint Antoine en proie aux émeutes.

L’événement suivant aura sans doute plus facilement sa place dans le jeu. Il s’agit de la procession qui a eu lieu le 4 Mai 1789, à la veille de l’ouverture des Etats Généraux. Suite à une cérémonie religieuse tenue à Notre Dame, les députés élus pour siéger lors de cette grande réunion vont aller de Paris à l’église Saint Louis de Versailles sous le regard de très (très) nombreux spectateurs. Tant d’observateurs et de curieux que certains petits malins iront même jusqu’à louer leurs fenêtres pour voir le cortège. Un cortège à la tête duquel on retrouve les représentants du tiers-état, suivis par la noblesse, le bas clergé, les prélats et enfin le roi, la reine et la cour. Ce long chemin pourrait très facilement trouver sa place dans les premières séquences du jeu. On pourrait très bien imaginer les Assassins accompagnant le cortège – au moins sur une portion du parcours –  afin d’éviter tout « accident », évoluant de toits en toits, éliminant les différents dangers qui se dressent en travers de la route…

La procession s'est faite sans incidents. Seul fait notable : le public ne soutenait que les membres du tiers-état.

La procession s’est faite sans incidents. Seul fait notable : le public ne soutenait que les membres du tiers-état.

Je parlais plus haut des cahiers de doléances qui ont été rédigés suite à la convocation des Etats Généraux. Dans la continuité de cette grande consultation du peuple, lesdits Etats Généraux sont donc ouverts le 5 Mai 1789, à Versailles. C’est là que la tension va réellement devenir palpable. Déjà, le tiers-état entame cette réunion avec un sentiment plus que mitigé. Alors que les représentants de la noblesse et du clergé sont respectivement placés à la gauche et à la droite du roi, le peuple lui fait face, installés sur des bancs placés en fond de salle. Le principal ordre du peuple français (en termes de poids numérique) se retrouve presque isolé, mis à l’écart. Cela ne plaît pas. Sans compter que le tiers-état compte bien se faire entendre. Avant cela, on a droit à un discours du roi, un autre de Barantin (le Garde des Sceaux) et enfin un dernier de Necker, ministre ultra populaire mais qui se montre ici décevant. Les discussions engagées seront houleuses, le roi s’opposant plus que souvent aux propositions du peuple.
Les Etats Généraux figureront sans aucun doute dans Unity. La question reste de savoir la manière dont ils seront intégrés. Arno fera-t-il partie des députés ? J’en doute. Peut-être aura-t-il des alliés/amis parmi eux mais notre personnage restera sans nul doute à l’extérieur. Il n’est cependant pas exclu qu’il participe de près ou de loin aux événements. Je pense notamment à ceux du 20 Juin 1789. Auparavant, le 12, le tiers-état – rejoint par quelques curés – s’est constitué en Assemblée Nationale, signant là son tout premier acte révolutionnaire. L’objectif : incarner l’autorité nationale de manière indissoluble. En réponse, le roi décidera de tenir une séance royale un peu plus tard. Et quand Necker lui propose de faire des concessions (garanties sur les libertés, libre accès du tiers-état à tous les emplois…) le Comte d’Artois et Marie-Antoinette lui recommandent plutôt la fermeté, option pour laquelle il penchera finalement : des troupes sont appelée à Versailles. Le 20 Juin donc, le tiers-état et sa toute nouvelle Assemblée Nationale découvre que les réunions sont suspendues et l’accès aux salles bloqué par des soldats. L’Assemblée veut tout de même se réunir et, sur proposition de Mounier, se rend à la fameuse salle du jeu de paume pour y prêter son illustre serment. Portés par Bailly, les membres de l’Assemblée Nationale jurent de ne pas se séparer et de toujours se réunir, quel que soit l’endroit, pour doter la France d’une Constitution. Seul Martin d’Auch refuse de prêter serment et il faudra le faire sortir par une porte dérobée pour éviter qu’il ne soit lynché par la foule réunie autour de la salle. Cet événement est majeur dans l’Histoire de la Révolution et il sera nécessairement inclus dans le jeu. Tout ce que j’espère, c’est qu’il ne sera pas aussi anecdotique que la signature de la Déclaration d’Indépendance des Etats-Unis dans Assassin’s Creed III. Ici, on pourrait très facilement imaginer une séquence de jeu où Arno interviendrait pour escorter les députés par exemple. D’autant que, comme je le disais plus haut, des soldats ont été amenés à Versailles par le roi.

L'ouverture des Etats Généraux.

L’ouverture des Etats Généraux.

Je passerai sur la tenue de la séance royale du 23 Juin (où le roi ne cède à aucun moment) mais rappellerai néanmoins que le 27, Louis XVI appelle les privilégiés à se joindre à l’Assemblée Nationale. Le roi perd cette bataille mais ce n’est que temporaire et, le 11 Juillet, il renvoie Necker pour mieux s’entourer de ministres hostiles à cette révolution naissante : Breteuil, Broglie, La Vauguyon… La nouvelle du renvoi de Necker n’arrive aux oreilles de Paris que le lendemain et, en réaction immédiate, des attroupements se constituent. Il faut dire que, comme le disait Guy Chaussinand-Nogaret, Necker « symbolisait la confiance, la baisse du prix du pain, les finances sauvées, l’esprit de conciliation« . C’est en particulier le cas au Palais Royal où, dans ses jardins, le jeune Camille Desmoulins appelle à prendre les armes, arguant que ce renvoi « sonne le tocsin d’une Saint Barthélémy des patriotes« , en référence au massacre de la Saint Barthélémy. Cet épisode sera sans doute inclus dans le jeu via une cinématique. Ou tout du moins en entendrons-nous parler. Sans compter que ce n’est que le point de départ de trois jours parmi les plus durs de la Révolution. Les 12 et 13 Juillet, le peuple pille les réserves de vin, de blé, d’huile… Le roi refuse de retirer ses troupes pour apaiser les esprits et ceux-ci s’échauffent encore plus. Le 14 Juillet, 7 000 à 8 000 hommes se rendent aux Invalides pour s’armer. Près de 40 000 fusils et 12 canons seront récupérés tandis qu’un autre groupe d’au moins 800 personnes (on ne connaît pas le nombre exact) se dirige vers la Bastille pour y récupérer armes et poudre. Là, ils attendent et l’Hôtel de Ville envoie un groupe de parlementaires pour négocier la remise de la poudre à la foule avec Launay, gouverneur de la Bastille. Seulement, cette députation met du temps à sortir et les hommes et femmes massés devant les portes de la prison s’impatientent et commencent à s’affoler. Plusieurs autres députations sont envoyées mais aucune n’arrive à mener les négociations à leur terme. Après que la dernière soit entrée, des soldats ralliés à la cause parisienne arrivent sur place et la Bastille est assiégée et pillée. Launey et Flesselles (lui aussi gouverneur de la Bastille) sont tués et leurs têtes se retrouvent au bout de piques. Quand le roi apprend la nouvelle, il se tourne vers le Duc de Liancourt : « Mais, c’est une révolte ?« . Liancourt lui répondra une phrase devenue célèbre : « Non Sire, c’est une révolution« . Louis XVI n’a d’autre choix que de capituler, de rencontrer l’Assemblée Nationale et d’annoncer le retrait des troupes. A l’Assemblée, il affirmera avoir foi en elle et se placera du coup sous sa protection tout en lui donnant toute sa légitimité de représentant du peuple. Mais à Paris, l’insurrection continue jusqu’à ce que l’Assemblée lui fasse savoir la capitulation du roi. Ce dernier, dans la foulée, rappelle Necker aux Finances, reconnaît Bailly comme Maire de Paris (ce dernier lui remettra d’ailleurs la cocarde rouge et bleue des révolutionnaires, que Louis XVI associera, en signe de réconciliation, au blanc de la monarchie) et La Fayette comme général de la Garde Nationale tandis que les courtisans les plus compromis s’enfuient (les Polignac, le Comte d’Artois…). Evidemment, cet épisode ne peut que figurer dans Assassin’s Creed – Unity. Cela fera même sans doute l’objet d’une séquence palpitante, pour laquelle j’imagine Arno dans la foule puis escaladant les murs afin de pénétrer dans la Bastille. Peut-être même tuera-t-il Launey lui-même.

La Bastille sera ensuite détruite pierre après pierre et chacune sera revendue.

La Bastille sera ensuite détruite pierre après pierre et chacune sera revendue.

Mais le 14 Juillet n’est que le commencement d’une étape forte de la Révolution : la Grande Peur. Du 15 Juillet au 6 Août 1789, la France entière a peur effectivement. Car si la prise de la Bastille a fini de fédérer les révolutionnaires, elle n’a pas pour autant effacé des mémoires l’existence des opposants et la misère. Les rumeurs enflent de plus en plus, on craint pour son bien et, surtout, pour sa nourriture. Les récoltes s’annoncent bonnes mais le peuple entend parler de brigandage, de personnes mal intentionnées qui empoisonnent les farines… Face à la menace, il faut se défendre. Et pour se défendre, il faut s’armer. La prise d’armes aura pour effet d’étendre les intentions de ces paysans plus que soupçonneux en raison de leur angoisse : s’en prendre aux privilégiés. Dès le 16 Juillet, partout en France, les seigneuries sont prises d’assaut et les châteaux brûlent, emportant dans les flammes les archives et les signes de la féodalité. Nous savons que Paris ne sera pas le seul cadre d’Assassin’s Creed – Unity. Dès lors, il est tout à fait envisageable de voir Arno se rendre en province pour intervenir dans le cadre de ces pillages. Ira-t-il pour assassiner un quelconque seigneur opposé à la cause de la Révolution ? Ou pour sauver des personnes injustement accusées ? Nous verrons bien mais j’imagine assez bien une séquence de jeu tourner autour de la Grande Peur. Mais cette dernière atteint son paroxysme la nuit du 4 Août. Le soir même, l’Assemblée Nationale s’est réunie et a pris l’une des plus grandes décisions de son histoire : elle a définitivement abolit les privilèges. Cet épisode fera sans doute l’objet d’une cinématique dans le jeu, au cours de laquelle nous verrons Arno assister à cet événement. Pour l’anecdote, on notera que Louis XVI – bien qu’absent – est toujours associé aux décisions prises cette nuit-là. On le déclare même alors « restaurateur de la liberté française », preuve s’il en fallait encore que si l’on déteste l’Ancien Régime (qui est mort en ce 4 Août), on aime encore le roi. Enfin, maintenant que les privilèges sont abolis et que les bases de l’égalité tant recherchée sont posées, l’objectif de l’Assemblée Nationale est de rédiger la Déclaration des Droits de l’Homme. Si l’on décide le 12 Août qu’elle sera placée en tête de la Constitution, comme un inébranlable principe fondateur, c’est le 26 qu’on l’adoptera, dans une mouture issue des travaux d’un bureau dirigé par Mirabeau. Maintenant que j’en parle, je me demande si l’on ne préfèrera pas nous faire assister à cette adoption du 26 Août plutôt qu’à l’abolition des privilèges. Cela ferait assez bien écho à la Déclaration d’Indépendance dont la signature avait été faite sous nos yeux dans Assassin’s Creed III.

La nuit du 4 Août ne laissa aucun répit à l'Assemblée Nationale

La nuit du 4 Août ne laissa aucun répit à l’Assemblée Nationale.

Le dernier grand événement de 1789 auquel on assistera probablement est celui qui aura lieu les 5 et 6 Octobre. Malgré les avancées de l’Assemblée, la situation reste grave. Les finances publiques sont un désastre et l’on craint toujours la famine. Les émeutes ponctuent le quotidien, en particulier à Paris et les boulangers en sont les premières victimes. Le 2 Août déjà, le lieutenant du maire avait été assassiné (par Arno…?). Mais le 2 Octobre, un nouveau régiment arrive à Versailles et est accueilli par un somptueux banquet dans lequel rien ne manque : pain, vin, glaces… Il n’en fallait pas plus pour mettre les femmes de Paris en fureur. Ces femmes font la queue des heures chaque jour sans même être certaines d’avoir du pain : elles se sentent insultées. Le 5 Octobre, elles se mettent en marche pour Versailles où elles arrivent l’après-midi et envahissent l’Assemblée. A minuit, La Fayette arrive à son tour et tempère la situation. Le lendemain matin, aux alentours de 6h, un groupe d’hommes entre dans la cour du château, suivi par la foule. Dans la précipitation des événements, un garde abat un jeune homme et, en réponse, deux soldats seront tués par les révolutionnaires. La Fayette rétablit le calme encore une fois et le roi, répondant à l’appel du peuple, se présente au balcon. Acclamé par la foule, celle-ci lui demande de revenir à Paris. La reine devra elle aussi se présenter au balcon. Le jour même (nous sommes le 6 Octobre), le roi part de Versailles et s’installe aux Tuileries, rendant par la même occasion son statut de capitale à Paris, où l’Assemblée Nationale siège elle aussi désormais. Ces journées révolutionnaires (comme on les appelle) constituent les derniers événements majeurs de l’année 1789. On pourrait parler la nationalisation des biens du clergé le 2 Novembre mais il y a peu de chance pour que cela soit inclus dans le jeu. Eventuellement, nous pouvons imaginer Arno intervenir dans le cadre des événements qui entourent les prêtres réfractaires mais la nationalisation des biens cléricaux en tant que tel n’aura sans doute que peu d’importance dans Unity. Les journées des 5 et 6 Octobre en revanche seront plus vraisemblablement au cœur d’une séquence. Difficile en effet d’imaginer que les Assassins n’interviennent à aucun moment dans ce mouvement de foule qui ramènera le roi à Paris.

C'est sous la protection de La Fayette que la famille royale, et en particulier Marie-Antoinette, se présentent au balcon.

C’est sous la protection de La Fayette que la famille royale, et en particulier Marie-Antoinette, se présentent au balcon.

Les événements se précipitent en cette année 1789. Il n’aura fallu que quelques détails pour faire monter le peuple vers une révolte qui restera dans l’Histoire comme l’un des plus terribles qu’on ait connu. Lors de cette première année de la Révolution Française, l’échiquier se met assez vite en place avec différents groupes (les Girondins, les Indulgents, les Montagnards…) tous soudés autour de personnalités fortes (Danton, Robespierre, Bailly…). Ce sera pour Arno l’occasion de livrer nombre de combats et de participer à plusieurs événements majeurs. Je suis en tous cas persuadé qu’à l’image de ce dossier, Unity basera un large pan de son scénario sur 1789 tandis que les années suivantes seront, non pas délaissées mais sans doute plus condensées.

La deuxième partie est disponible.

Publicités

18 réflexions sur “La Révolution Française et « Assassin’s Creed – Unity » – Première partie : chronologie de la Révolution (1789)

  1. Non seulement c’est bien écrit mais en plus c’est intéressant. Si je tombe sur un sujet de révolution française en contrôle ou au BAC, je sais où regarder 😀
    Et puis chapeau le boulot, même ma plus longue chronique ne rivaliserait pas avec ce début de dossier XD

    Les petites informations et autres spéculations sur Unity sont sympatoches aussi.

  2. Pingback: La Révolution Française et "Assassin’s Creed – Unity" – Deuxième partie : chronologie de la Révolution (1790-1792) | Dans mon Eucalyptus perché

  3. Pingback: La Révolution Française et "Assassin’s Creed – Unity" – Troisième partie : chronologie de la Révolution (1793-1794) | Dans mon Eucalyptus perché

  4. Pingback: La Révolution Française et "Assassin’s Creed – Unity" – Quatrième partie : chronologie de la Révolution (1795-1804) et synthèse | Dans mon Eucalyptus perché

  5. Pingback: La Révolution Française et "Assassin’s Creed – Unity" – Cinquième partie : les figures de la Révolution | Dans mon Eucalyptus perché

  6. Idem que le premier commentaire, manque de temps pour tout lire, mais quelle analyse, et quel boulot! Je vais lire ca plus au calme, il reste plus d’un mois avant la sortie du jeu 🙂

  7. Bien je vais lire ton dossier et voir si tu ne dis pas trop de bêtises (je rigole :P). Etant historien de formation et connaissant bien cette période de notre Histoire, je vais lire avec attention ton dossier qui me paraît, ma foi, fort passionnant ! 😀

    • Eh bien si tu vois des choses qui te semblent incorrectes, n’hésite pas à en faire part. Mieux vaut ça que de laisser des erreurs ! 🙂

      En tous cas, je viens de regarder la dernière bande-annonce du jeu et je me rends compte que certaines de mes hypothèses seront bonnes. D’autres en revanche… Enfin surtout concernant Napoléon, je crois que ça va prendre la tournure que j’ai choisi de ne pas développer. ^^

  8. Pingback: Note de lecture n°14 – « La Révolution Française – 1. Le Peuple et le Roi , Max Gallo | «Dans mon Eucalyptus perché

  9. Pingback: L’Eucalyptus a un an ! | Dans mon Eucalyptus perché

  10. Pingback: Parlons jeu, parlons bien n°22 – Assassin’s Creed : Unity [Xbox One] | Dans mon Eucalyptus perché

  11. Pingback: Bye bye 2015 | Dans mon Eucalyptus perché

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s