Parlons jeu, parlons bien n°11 – Batman : Arkham Origins [Wii U]

1Cette fois, je n’ai pas attendu trois ans avant de faire un jeu tout juste sorti. Faut dire aussi que mon anniversaire est passé par là et que cette occasion est souvent la seule (avec Noël) pour que je puisse me mettre à un jeu tout beau, tout neuf. L’avantage aussi, c’est qu’en commençant Arkham Origins, j’ai le souvenir encore très frais d’Arkham City dans la tête. Idéal pour voir l’évolution d’un épisode à l’autre.

Je ne vous cache pas que je ne sais pas trop par où commencer pour vous donner mon avis. L’histoire peut-être ? Le trailer avait réussi à me donner envie de ce côté-là, il ne faut pas le nier. Souvenez-vous (c’était il n’y a pas si longtemps, ça devrait aller), on y voyait Bruce Wayne passer par différentes étapes de sa vie, de la mort de ses parents à un combat sous le costume de Batman. Un jeu sur les origines de Batman ? Génial ! Mais en fait non. Je m’attendais à voir au début du jeu un passage durant lequel on aurait pu être Bruce Wayne à différentes périodes marquantes de sa vie justement. L’incarner dans ces moments-là, je ne me faisais pas trop d’illusions. Mais au moins y assister. Au lieu de cela, je me suis retrouvé de suite dans le cœur de l’histoire avec les événements qui ont eu lieu à Blackgate et il a tout de suite fallu jouer des poings. Un peu comme avec Arkham City d’ailleurs. En quelques mots comme en mille, j’ai trouvé cette entame de jeu trop précipitée. Un petit prologue n’aurait pas été de refus. Mais en même temps, le jeu s’appelle Arkham Origins et pas Batman Origins. Ceci explique cela… Mais bon, une fois passée cette toute petite pointe de déception, le scénario n’est pas si mal. Classique dirons certains mais au fond, tant que je ne m’en lasse pas en y jouant, ça ne me dérange pas plus que ça. En fait, ce que j’ai le plus apprécié, c’est de voir Batman rencontrer et découvrir ses principaux ennemis : Bane, le Pingouin, le Joker… Revenir sur ces « présentations » était quelque chose que j’attendais et que j’ai eu. C’est au moins ça. L’histoire n’est donc pas si mal finalement mais peut-être lui reprocherais-je sa brièveté. En quelques heures de jeu seulement, on atteint vite les 80 puis les 90 %.

A l'approche de Noël, Batman va avoir du boulot

A l’approche de Noël, Batman va avoir du boulot

Mais attention, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Si l’on atteint assez rapidement les 90 % de l’histoire, ça ne veut pas pour autant dire que l’on a quasiment terminé le jeu. Bah oui, il reste les quêtes annexes. Les données d’Enigma, les stocks de drogue de Black Mask, les armes du Pingouin, les antennes relais… L’air de rien, cela prend du temps. Je vous concéderai toutefois le fait qu’on a déjà vu plus intéressant comme annexes. En soi, parcourir toute la map pour trouver des trucs à bousiller, ça peut devenir lassant. Mais le fait est que je me suis laissé prendre au jeu et que j’ai pris plaisir à accomplir ces diverses tâches. D’autant que, sans ça, vous en aurez vite fini de ce jeu. Par exemple, en quelques heures j’ai atteint les 90 % du synopsis donc mais, dans le même temps, je n’étais qu’à 29 % de ce tout ce qu’il y avait à faire ! Donc autant éviter de passer à côté de ces petites choses à faire, même si ça ressemble beaucoup trop à du bouchage de trou… Et puis j’aurais bien aimé voir des choses nouvelles de ce côté là. Alors oui, il y a les enquêtes et tout ça mais c’est bien la seule chose qui renouvelle un tant soit peu l’expérience vécue dans Arkham City. Mais de toute façon, Arkham Origins dans son ensemble ne restera pas dans les mémoires comme un jeu qui apporte un max de choses toutes neuves. J’ai le désagréable sentiment d’avoir joué à un Arkham City 1.5… Qu’on se comprenne, l’histoire n’est pas la même, ce n’est pas la même dynamique ou le même rythme, mais question jeu et uniquement jeu, c’est du pareil au même ! J’ai virevolté d’un bout à l’autre de la map en tabassant des mecs au passage (d’ailleurs, si on pouvait avoir des combats un peu plus courts, ça serait pas mal, on s’éternise parfois…), j’ai activé ma vision de détective quand j’étais coincé, j’ai utilisé encore et toujours les mêmes gadgets… Je veux bien qu’il y ait des choses qu’on ne peut pas changer comme ça (comme si on enlevait la lame secrète aux Assassin’s Creed) mais à ce point-là, tout de même… Un peu d’effort que diable ! En plus, le changement de studio aurait pu laisser imaginer qu’on passerait à une façon différente de voir les choses. Que nenni, les mecs de chez WB Games Montréal ont sans doute voulu éviter de trop apporter de changements afin de ne pas rompre la continuité de la série… Le problème c’est que du coup, ils n’ont rien changé. Mêmes dynamiques de jeu, mêmes principes, mêmes sortes d’énigmes… Quoi que si, il y a un truc qui a changé : la place du GamePad dans le gameplay. Rocksteady avait fait un truc vraiment cool dans Arkham City où, comme je le disais dans mes impressions sur ce jeu, la mablette de la  Wii U était devenue incontournable dans le gameplay. Vous n’aviez plus le choix : son utilisation était obligatoire. D’une utilisation simpliste, certes, mais nécessaire. Et c’était bon d’enfin avoir le sentiment que cette manette pouvait devenir un élément fort du gameplay d’un jeu ! Ici, il n’en est plus rien. Le GamePad retrouve la même utilité que dans Assassin’s Creed III notamment : il affiche la carte. Point. Alors oui, c’est pratique mais c’est franchement restreint comme usage… Si Rocksteady a réussi à l’employer autrement, je ne vois pourquoi WB Games n’a pas fait la même chose…

Le Joker, antagoniste majeur de cet opus est à son meilleur niveau

Le Joker, antagoniste majeur de cet opus est à son meilleur niveau

Bon, mis à part ces quelques éléments franchement frustrants, je ne nierai pas que le jeu reste bon dans son ensemble. Non, non, Arkham Origins fait de bonnes choses, sans doute grâce au fait qu’il se repose largement sur les lauriers acquis par l’épisode précédent. Du coup, en reprenant la même recette et en l’appliquant plus ou moins de la même manière, on ne perd pas en qualité. Et puis l’histoire m’a intéressé du début à la fin. En gros, Origins reste un bon troisième épisode de la série Arkham. Il ne lui manque qu’un peu de sang neuf pour devenir plus que « la suite de bonne facture à un Arkham City quasi fondateur » (vous m’suivez ?). Il aurait pu se démarquer plus largement mais il n’en fait rien. Au lieu de cela, il se place dans la continuité de la série, comme je l’évoquais plus haut. Et comme j’adore Batman, pour l’objectivité on repassera. Tant que le jeu n’est pas une catastrophe innommable, je prends. Allez, on va quand même finir sur un point positif : les graphismes. Je les trouve plus beaux, plus travaillés que dans Arkham City. Les cinématiques par exemple sont bien plus jolies et rappellent que la HD de la Wii U n’a rien à envier à celle de ses petites camarades PS360 (je ne m’avancerai pas sur des comparaisons avec les performances des PS4/Xbox One, trop risqué…). Même hors cinématiques, c’est pas mal du tout dans l’ensemble. Enfin, le plus important, c’est qu’on perd enfin l’effet de brillance trop souvent vu sur Wii U (Arkham CityBlack Ops II ou encore Assassin’s Creed III pour ne citer qu’eux). Sur ce plan-là, les mecs de WB Games ont fait du bon boulot, à n’en point douter.

Conclusion.

Arkham Origins est-il un passage obligé après Arkham City ?
Oui et non. Oui si vous êtes fan, que vous avez vraiment aimé joué à Arkham City et que vous en redemandez. Non si vous n’êtes pas fan outre mesure de Batman et que ça ne vous dit pas de revivre l’expérience d’Arkham City quasiment à l’identique.

Si j’ai le choix, il vaut mieux que je prenne la version Wii U ou non ?
Non, pas nécessairement. Le gameplay n’étant absolument pas dédié à cette console sur la version qui lui est consacrée, il n’y a aucun véritable intérêt à privilégier le portage Wii U plutôt que les versions PS360. Enfin la version du jeu sur Wii U n’est absolument pas à jeter mais elle n’apporte rien de différent.

Pour terminer en quelques mots comme en mille : j’ai vraiment aimé joué à ce jeu mais j’en voulais plus. Arkham City avait été une expérience super et j’espérais qu’on tenterait d’aller plus loin avec la suite, malgré le changement de studio. Finalement, il n’en est rien et je me retrouve avec un bon Batman mais qui se cantonne dans les mêmes cadres que ceux posés pour l’épisode précédent.

Publicités

14 réflexions sur “Parlons jeu, parlons bien n°11 – Batman : Arkham Origins [Wii U]

  1. J’ai pas aimé du tout. Le scénario tente des petits trucs pour donner de la substance au personnage du Joker et à Batman mais c’est trop faible et ça fonctionne purement par une mécanique de références comme le passage avec Red Hood. Après le cheminement et les affrontements avec les vilains c’est pas trop mal, mais encore une fois, vide de sens au fond. Même si on a droit a quelques passages iconiques comme l’affrontement final dans la chapelle (Qui est d’ailleurs assez nul au final niveau impact vu que c’est de la banale QTE, bien mise en scène (cadrages, éclairages, etc) mais de la banale QTE pas super impactante). Le travail sur la colère de Batman aurait été vachement intéressant vu que c’est sur cette piste que Warner Montréal semblait partir.
    Mais ça reste bof, peut-être tout juste moyen mais c’est déjà mieux qu’avant et vu que Rocksteady sont nuls en écriture, on peut saluer l’effort ici.
    Par contre, Rocksteady savait ménager de beaux moments de mise en scène comme l’exploration de la ville steampunk dans Arkham City… Alors que d’un point de vue scénique, Origins est quasiment nul, si on excepte quelques moments comme la fin dans le chapelle comme je disait ou l’idée de Copperhead, Deathstroke, etc. Mais c’est assez sous-exploité. Il y avait matière « à » vu que le gameplay instauré par Rocksteady, bien que super aisé et rapidement lassant, avait matière à créer des situations intéressantes.

    Ensuite niveau level-design c’est assez nul. La ville est affreusement vide, elle est branlée par un stagiaire en gd quoi. Et puis les niveaux sont agencés de manière correcte mais on prend peu de plaisir à les faire car contrairement à Rocksteady, ils ne savent pas rendre l’affrontement jouissif. Les pièces sont crées de façon académique et propres mais il n’y a pas l’illusion du challenge du LD comme savait la créer Rocksteady je trouve.
    Je ne parle même pas des gadgets, quasiment tous repompés sans verogne sur le précédent.
    Après, niveau musique, c’est pas mal, rien de transcendant mais bon, ça fait le job.

    Ce que j’avais apprécié de cet opus, c’est surtout sa mise en scène un peu plus dynamique bien que très impersonnelle et sa faible tentative d’hausser le niveau de la narration.

    Du reste, c’est à l’image de cette industrie: Fainéant, cynique et grossier.
    Jim Sterling avait parfaitement résumé la chose dans son test: Batman Arkham Origins is not what this industry needs, it is what this industry deserves. »

    BAM, K.O CRITIQUE.

  2. Très bon papier, on se rejoints sur pas mal de trucs finalement 🙂 en revanche, il me semble que la version WiiU est la meilleure des trois versions, le travail effectué sur la technique est plus abouti sur WiiU que sur PS360, on y retrouve beaucoup moins de bugs 😉

    • Merci ! 🙂

      Pour ce qui est de la technique, il y a un fait indéniable concernant la Wii U : ses versions des jeux multi-plateformes (les Arkham mais aussi AC III et IV, les CoD…) sont très largement moins bugguées que leurs homologues PS360 (et PS4/Xbox One pour les quelques concernés). Les témoignages de joueurs sur internet sont flagrants. 🙂

  3. Très bon article.
    En tant que fan de Batman, je ne pouvais passer à côté de cette série qui est excellente.
    Je rejoins ton avis sur beaucoup de points, cet épisode est un très bon jeu mais est le moins bon des 3.
    En tout cas pour la suite, ça fait plaisir de retrouver RockSteady aux commandes, ça promet.

  4. Pingback: Parlons jeu, parlons bien n°25 – Batman : Arkham Knight [Xbox One] | Dans mon Eucalyptus perché

  5. Pingback: TFGA n°15 – « Ensemble, c’est tout  | «Dans mon Eucalyptus perché

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s