Note de lecture n°10 – « The Game »

D’habitude, avec ces notes de lecture, je vous parle plutôt de romans, de comics et autres œuvres de fiction. Cette fois-ci, je vais faire une première exception en vous parlant d’un magazine. Si vous êtes au fait de l’actualité de la presse vidéoludique (ou si vous avez lu le titre de ce post), vous aurez deviné duquel je vais vous parler : The Game. Rassurez-vous, je ne vous parlerai pas de tous les numéros, c’est juste histoire de donner un avis sur un nouveau venu dans une presse vidéoludique papier trop pauvre.

thegame_couvThe Game, c’est un peu le petit nouveau dont tout le monde a parlé dans l’univers de la presse spécialisée jeux vidéo. Aussi, quand je l’ai vu vendu en pack avec le n°163 de Jeux Vidéo Magazine, je me suis qu’il fallait tenter la chose. The Game a été créé par Vincent Oms, que les lecteurs de JVM connaissent déjà bien. Autour de lui, Oms réunit pour ce numéro plusieurs noms déjà assez connus du public gamer : Julien Chièze (Gameblog), Aymeric « Mimic » Lallée (Gameblog), William Audureau (JVM), Guillaume Delalande (LCI), Jehanne Rousseau (studio Spiders), Florent Gorges (Editions Pix’n’Love et Omaké Books)… Mais attention, cette bande n’est présente que pour ce premier numéro et, au prochain, d’autres prendront leur place pour rédiger articles, tests, tribunes et dossiers. Une idée plutôt intéressante dans le sens où, à chaque fois, le ton pourra être différent, y compris dans un seul et même numéro, l’hétéroclite groupe d’auteur n’étant pas forcément unanime (on les connait assez pour le savoir si l’on s’intéresse déjà au jeu vidéo). En bref, cette approche est tentante. Risquée dans le sens où cela peut conduire à un contenu trop hétérogène pour être cohérent, mais tentante car on évitera de tomber trop vite dans le routine (enfin, attendons quand même de voir le numéro 2). Le seul reproche que je lui ferais, c’est sans doute de ne compter qu’une seule femme dans ses rangs (tout du moins pour ce premier numéro). A l’heure où quasiment la moitié des joueurs sont des joueuses, il est navrant de ne pas les entendre/lire plus. Hélas !

Voilà la bande qui a contribué à ce tout premier numéro (Photo postée par le membre FanDeGaming sur les forums de Gamekult)

Voilà la bande qui a contribué à ce tout premier numéro
*(Photo postée par le membre FanDeGaming sur les forums de Gamekult)

Question contenu, The Game s’organise autour de plusieurs catégories que voici :

  • Décryptages : du dossier et du fond sur divers sujets (ici l’E3, quelques gros jeux à venirs dont MGS V et Uncharted 4, la mode du remake, la Japan Expo…)
  • Le jour où… : un retour en arrière sur un événement du jeu vidéo (la Wii pour ce premier numéro)
  • The Cover : un gros dossier sur l’objet de la Une du moment (Assassin’s Creed – Unity dans notre cas)
  • Le selfie : présentation en portrait chinois d’une figure du jeu vidéo (Hideo Kojima)
  • Backstage : retour sur un objet de jeu via témoignages et autres « archives »
  • Il était une fois : présentation d’un ancien jeu (d’une ancienne console dans les numéros à venir) avec ici A Link to The Past
  • Galerie : présentation d’un artiste et de ses œuvres
  • Rétro : section retrogaming du magazine
  • Critiques : du test, ni plus, ni moins
  • Briller en société : des anecdotes, du vocabulaire vidéoludique, des chiffres, etc.

Je crois que l’on peut dire que The Game se veut assez complet. Notons que chacune de ces catégories est entrecoupée de tribunes permettant à certains auteurs invités de livrer leur ressenti quant à tel ou tel aspect du jeu vidéo d’aujourd’hui. Avec tout cela, le nouveau magazine de Vincent Oms chercher à aborder le jeu vidéo dans ses grandes largeurs tout en posant le doigt sur des détails qui n’en sont pas toujours, histoire de faire quelques focus sur des éléments intéressants. Deux reproches à faire cependant : si le retrogaming est présent, quid du jeu indépendant ? Par « jeu indépendant », vous aurez évidemment compris « jeu fait par quelques développeurs loin des grands studios et de leurs AAA ». On a bien quelques mots ici ou là comme avec No Man’s Sky mais rien de bien consistant. Voilà sans doute un pan à développer pour les prochains numéros. Ensuite, second reproche, The Game n’est pas d’une grande originalité si l’on a déjà lu d’autres magazines ou divers sites tels que Gamekult ou Gameblog. Ce magazine surfe en effet sur les mêmes vagues et va inévitablement composer autour des mêmes sujets et des mêmes thématiques qui font déjà s’affairer les autres journalistes de la presse spécialisée. Ayant acheté un pack JVM The Game, je n’ai pu que constater cela. Un écueil donc mais qu’il convient de relativiser. Déjà, le ton n’est pas toujours le même, l’angle des papiers ne sont pas toujours identiques. Mais on a toujours du Unity, du MGS V, du Uncharted 4… C’est normal me direz vous, un magazine doit parler de l’actualité. Certes, mais quand The Game dit vouloir s’adresser à tous les joueurs, il devrait appliquer cette règle plus à la lettre. Ainsi, un juste équilibre serait bienvenu. Ce premier numéro est en effet très inéquitable. D’un côté, les décryptages sur les prochains blockbusters dont tout le monde parle sont très nombreux. De l’autre, les dossiers plus…originaux dirons-nous, se font plus rares et plus convenus. Parler de Tetris ou de A Link to the Past, c’est « facile ».

Qui de mieux que Florent Gorges pour nous parler de A Link to the Past ?

Qui de mieux que Florent Gorges pour nous parler de A Link to the Past ?

Néanmoins, il ne s’agit pas de démolir ce magazine d’emblée, d’autant que sa lecture m’a été tout à fait agréable. N’oublions pas non plus qu’un mag se doit de traiter de l’actu et celui-ci le fait plutôt bien. Certains articles manquent peut-être de panache ou d’originalité par rapport à ce que d’autres auront fait mais ça reste ma foi plutôt sympathique à lire. Au milieu des décryptages, The Game propose également quelques papiers de bonne facture (bien que parfois trop court) sur le joueur français typique, FIFA 15 et son IA émotionnelle… On apprend des choses, on en redécouvre d’autres, c’est pas mal dans l’ensemble. Le dossier sur Assassin’s Creed – Unity est assez dense (16 pages mine de rien) et complet. Interview, présentation générale, focus sur plusieurs éléments, quelques anecdotes, un papier sur le lien avec l’Histoire… Les fans aimeront, les néophytes aussi. On appréciera aussi le fait que The Game s’intéresse également aux artistes. Ainsi, la Une sera vraisemblablement toujours confiée à un artiste comme, pour ce numéro-ci, l’Australien Patrick Brown. Au passage, cet couverture est très jolie, ne l’oublions pas. A côté de cela, une rubrique intitulée « Galerie » propose de découvrir plus ou moins en détail le travail d’un autre artiste. Cette fois-ci, il s’agit d’Orioto (de son vrai nom Mikaël Aguirre), que les Gameblogueurs connaissent déjà très bien. Ce penchant pour les artistes qui s’inspirent du jeu vidéo, c’est quelque chose qu’on ne retrouve quasiment nulle part et qui se veut donc être tout à fait bienvenu. On aimerait d’ailleurs peut-être plus de rubriques originales comme celle-ci dans les numéros à venir mais, encore une fois, The Game reste limité par le cadre dans lequel son format magazine le restreint. Il faudra donc faire avec ça. Ou alors proposer un super-magazine de 200 pages (celui-ci en fait tout de même 130, ce n’est pas rien) mais, niveau prix, ça risquerait de faire mal. A ce sujet, ce numéro un coûte 3,50€ si vous l’achetez indépendamment de JVM mais le prix passera à 4,90€ hors des périodes de promotion. Reste à voir les prochaines éditions pour savoir s’il les vaut car, non, 4,90€ dans le monde du magazine, ce n’est pas rien. A titre indicatif, JVM coûte 3,50€, Studio Ciné Live est à 3,90€, etc. « Oui mais il y a le volume aussi » me répondrez-vous, ce à quoi je rétorquerais que ça ne fait pas tout. Ce n’est pas le cas de The Game mais un grand machin rempli de rien, ça ne vaut rien. Attention donc à la teneur des prochains numéros. Si l’on reste sur ce que l’on nous propose cette fois-ci, je pense qu’il n’y aura pas à se plaindre du prix. D’autant qu’il n’en sort qu’un tous les deux mois. Au final, on s’y retrouve.

Il est amusant de voir cohabiter dans ce magazine la forme convenue de la tribune presse et d'autres façons de faire comme cette page "cartomancie" consacrée à Uncharted 4.

Il est amusant de voir cohabiter dans ce magazine la forme convenue de la tribune presse et d’autres façons de faire comme cette page « cartomancie » consacrée à Uncharted 4.

En bref, je crois que The Game part sur d’assez bonnes bases. Il traite l’actualité du jeu vidéo avec un ton ou chouïa différent mais pas encore assez personnel pour réellement se démarquer. On le remarquera (pour le moment) plutôt pour certaines de ses rubriques (le portrait chinois d’Hideo Kojima est court mais très sympa à découvrir) et pour sa volonté d’inviter différentes plumes à chaque numéro. En cela, The Game se veut différent par sa capacité à proposer tous les deux mois un style relativement différent du numéro précédent (mais l’avenir nous dira si c’est bel et bien le cas ou non). La lecture est agréable, je n’ai rien à redire là-dessus même si l’on trouvera quelques coquilles dans le texte. Rien de bien méchant mais ça fait toujours tiquer. « Cultivez votre envie de jouer » nous dit le slogan de ce nouveau magazine. On lui répondra qu’il ne devra pas oublier à qui il veut s’adresser : TOUS les joueurs. Ce n’est pas une mince affaire.

Publicités

8 réflexions sur “Note de lecture n°10 – « The Game »

  1. J’ignorais que toutes ces personnalités de la presse vidéoludique avaient participé à ce premier numéro. Aprés sans être pessimiste, je ne pense pas que la formule et le rythme de parution arrive à fideliser à un certain lectorat. Au moins, on à pas eu une politique de mendicité genre Icare Mag pour promouvoir le mag sur internet.

    • J’avais aperçu ce trombinoscope avant de lire le mag et ça a été l’objet de multiples moqueries et critiques du style « toujours les mêmes gna gna gna »…

      Quant à la fidélisation, comme tu le dis le rythme de parution risque poser problème. Sachant qu’on a toutes les infos en live sur internet… D’où l’intérêt à mon avis de proposer plus de choses originales.

      Et oui, pour la promotion sur internet, ça s’est limité à du teasing assez bien fait et quelques petits coups de pouce de sites comme GB, GK ou JV.com.

      • J’avoue qu’en voyant la trombine de Julien « Indépendant » Chièze, c’est sur que je ne m’attends pas forcément à lire quelque chose d’hyper original. Après je suis content de voir Jay (dont le site actuel est abandonné depuis des mois) ou Florent Gorges.

        Y a que au niveau de la valeur ajoutée que le magazine peut se distinguer, car niveaux infos, limite ça ne sert à rien tout est déjà périmé avant même la parution. C’est l’air du net, il faut s’y faire.

      • Pour Julien, quand tu regardes sa tribune, c’est du Chèze pur et dur. Il s’extasie sur Oculus et consorts de la même manière que sur GB. Après, il peut écrire des trucs pas trop mal mais sur ce sujet-là, il m’a définitivement perdu.

        Pour Jay, j’aime la présentation qu’ils en ont fait : « Vagabond éditorial en mal de presse papier. Has been avec le recul nécessaire pour mettre des droites ». 😀

        Et oui, seule la valeur ajoutée permettra à ce magazine de tenir sur le long terme. C’est indéniable.

  2. Pingback: The Art of Patrick Brown | Dans mon Eucalyptus perché

  3. J’ai pas mal hésité à me prendre ce premier numéro, et finalement non. En fait, j’hésitais principalement pour pouvoir lire Florent Gorges (que j’aime beaucoup lire), mais je me suis dit que ça ne valait pas le coup de prendre un mag juste pour quelques pages…
    J’ai l’impression que ce mag parle trop de l’actu, et d’après pas mal de retours il le fait d’une façon pas super originale. Vu que j’achète déjà JV (que j’adore) et que je vais chercher l’actu tous les jours sur le net, je pense qu’il n’y aurait pas eu grand chose d’intéressant à lire pour moi.
    Merci pour ton avis en tout cas =)

    • Je ne sais pas encore trop comment je le lirai. Est-ce que j’achèterai tous les numéros histoire de me faire un condensé de l’actu JV de 2 mois ? Est-ce que je l’achèterai en fonction de la Une ? Est-ce que je m’en passerai ?
      J’ai vraiment du mal à me décider mais je pense garder un œil attentif sur son cas.

  4. Pingback: The Game, bilan d’un an de lecture gaming | Dans mon Eucalyptus perché

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s