Ciné Sounds n°25 – « Born to Be Wild » par Steppenwolf

On a déjà tout dit sur 1969 : année érotique, année psychédélique, année fantastique… L’ultime phase des 60’s a marqué l’Histoire pour ses apports politiques, culturels, générationnels… A l’orée d’une ère plus pop que naît donc Easy Rider, film culte et emblématique de cette période. Pour rappel, ce road trip de et avec Dennis Hopper, qui côtoie ici Peter Fonda et Jack Nicholson, nous raconte le périple de deux potes à moto à travers les Etats-Unis. Ce voyage sera l’occasion du contact avec la drogue, le mouvement hippie mais aussi et surtout l’Amérique réactionnaire et profonde qui s’oppose farouchement à ces évolutions portées par une jeunesse en quête de liberté. Mais Easy Rider n’est selon moi pas qu’un porte-étendard pour la révolution culturelle. C’est aussi un aveu, celui de types désabusés. La fin du film me semble notamment aller dans ce sens mais je ne vous en dis pas plus.

vlcsnap-2013-04-22-13h17m10s203

Easy Rider constitue l’une des premières grosses apparitions de Jack Nicholson au cinéma et contribua à lancer sa carrière.

Il est en tous cas assez difficilement envisageable de parler des années 1960 et de ses évolutions culturelles sans insérer dans le film une bande originale qui se fasse le reflet de ces aspects-là. Vont donc alors être présents The Byrds, Jimi Hendrix, The Band, The Electric Flag… Mais le morceau auquel on pense systématiquement avec Easy Rider, c’est bien sûr le génial et tout aussi culte Born to Be Wild de Steppenwolf. Composée en 1968, cette chanson et, avec Magic Carpet Ride, la plus connue du groupe. Au-delà de ça, c’est aussi un immense succès que le magazine Rolling Stone a notamment placé dans son classement des 500 plus grandes chansons de tous les temps. Nombre de groupes, dont Motörhead, The Cult, INXS, Status Quo, Slade ou encore Blue Öyster Cult, l’ont reprise à leur sauce. Au cinéma, on l’aura également entendue dans Le RetourDr. Dollitle 2La Coccinelle RevientBorat et RoboCop 2 (entre autres).

Steppenwolf_(1971)

Les bad boys de Steppenwolf.

Enjoy !

Publicités

2 réflexions sur “Ciné Sounds n°25 – « Born to Be Wild » par Steppenwolf

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s