Parlons jeu, parlons bien n°4 – Batman : Arkham Asylum [PC]

1

[Cet article sera volontairement court. Je préfère le dire…]

Oui, ça y est, je l’ai fait ! J’ai joué à Arkham Asylum ! Mieux que ça, je l’ai terminé ! Et maintenant, je vous comprends, vous qui avez tant et tant parlé de ce jeu, jusqu’à ne plus avoir assez de superlatifs pour l’évoquer. Et si Joel Schumacher avait enfoui le Chevalier Noir sous un monticule d’immondices dont seul le preux Christopher Nolan a osé le tirer, nul doute que Batman, tout en regagnant le cœur du public, est redevenu un gage de qualité. Et, s’il en fallait encore, Arkham Asylum est une preuve de ce retour en fanfare !

Le Joker, entouré de nombreux autres méchants, compte une fois de plus en faire voir de toutes les couleurs à Batman

Le Joker, entouré de nombreux autres méchants, compte une fois de plus en faire voir de toutes les couleurs à Batman

Avec Arkham Asylum, Rocksteady offre du spectacle mais aussi et surtout, un jeu ultra léché. Côté scénario déjà, je n’ai rien à redire. Je me contenterai de parler du rythme de cette histoire. Pas de temps morts ici. Batman explore l’asile de Gotham City et enquête dans une fluidité des événements maîtrisée. Les différentes étapes du jeu et de l’histoire se suivent et se lient très agréablement et ne laissent finalement pas le joueur décrocher. Ou alors, il faudra que vous ayez un mémoire à rédiger, un truc du genre (si vous voyez ce que je veux dire). Enfin, si tout se suit aussi bien, on pourra tout de même noter le fait que cette histoire est assez linéaire. Pas qu’elle soit ennuyeuse (non, j’ai dit que c’était prenant) mais on sent trop à mon goût qu’on va du point A au point B du scénario. Il n’y a pas d’alternatives, pas de soubresauts inatendus et le joueur reste sur le chemin initialement tracé. Malgré cela, Arkham Asylum ressemble à un bon (excellent) polar. Bien évidemment, le tout est saupoudré de la sauce Batman et de toute sa faune. Ainsi, du Joker à Bane en passant par Harley Quinn et Poison Ivy, bon nombre d’ennemis de l’homme chauve-souris sont là pour vous mettre des bâtons dans les roues. Dès lors, tout est là. Rocksteady a reconstitué l’univers de Batman et y a intégré une histoire prenante et bien ficelée. Difficile de laisser tomber ce jeu une fois qu’on est embarqué dedans.

Killer Croc fait partie des ennemis à terrasser dans cet opus

Killer Croc fait partie des ennemis à terrasser dans cet opus

En ce qui concerne le gameplay, là encore, c’est bien foutu. Je parlais de fluidité au sujet du déroulement de l’histoire mais cette appréciation peut également être portée au gameplay, et notamment aux combats. Le fracassage de vilains n’a jamais semblé aussi souple. C’est extrêmement agréable, Batman voltige de part en part d’une pièce et frappe comme un sourd. Et au-delà de ça, on a tout cet attirail que l’on connaît bien mais qu’on n’a finalement pas si souvent l’occasion de manier. Batarang, gel explosif, Bat-griffe… Tout le matos de la chauve-souris est là et offre une expérience de jeu qui, lorsque ces gadgets sont associés au detective mode, laisse comprendre que cet asile est un immense terrain de jeu. Car, en plus d’être grande, cette map regorge de secrets et de trucs cachés. De quoi faire on vous dit ! Seulement, c’est assez répétitif…

Le mode détective, une des éléments de gameplay fondateurs de la série de jeux Arkham

Le mode détective, une des éléments de gameplay fondateurs de la série de jeux Arkham

Conclusion.

Cet Arkham Asylum est-il dans l’esprit Batman ?
Oui, sans aucun doute. L’équipe de chez Rocksteady a entièrement repris l’univers de Batman(enfin surtout celui d’Arkham), l’a reconstruit, en a fait un ensemble homogène et complet qui plonge le joueur dans cet univers sombre qui est celui du Chevalier Noir.

Est-ce que ce Batman m’assure une bonne expérience de jeu ?
Oui, clairement. Au passage, vous noterez la piètre qualité de la question… Mais le fait est qu’effectivement, l’expérience de jeu est ici idéale. Le jeu, dans sa trame principale, est déjà immense mais, si vous cherchez à atteindre les 100 % et donc trouver tous les secrets de l’île d’Arkham, vous en aurez pour un sacré bout de temps. Durée de vie imposante donc et un achat qu’on ne regrette pas d’avoir fait.

Avec Arkham Asylum, Rocksteady contribue à la renaissance du Chevalier Noir dans le monde du jeu vidéo tandis que Christopher Nolan lui donne un second souffle au cinéma. Habilement construit, ce premier épisode d’une série qui en comptera bientôt un quatrième pose les bases de cette dernière et donne finalement l’impression, à l’instar du premier Assassin’s Creed, d’être le jeu dans lequel on présente ce que sera la série, en attendant de tout développer au maximum par la suite. En cela, Arkham Asylum peut sembler rébarbatif parfois mais reste toujours prenant.

Publicités

3 réflexions sur “Parlons jeu, parlons bien n°4 – Batman : Arkham Asylum [PC]

  1. Pingback: Parlons jeu, parlons bien n°7 – Batman – Arkham City [Wii U] | Dans mon Eucalyptus perché

  2. Pingback: Parlons jeu, parlons bien n°25 – Batman : Arkham Knight [Xbox One] | Dans mon Eucalyptus perché

  3. Pingback: TFGA n°15 – « Ensemble, c’est tout  | «Dans mon Eucalyptus perché

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s