Mon jeu Pokémon idéal – Première partie

Inspiré par l’ami Japman qui s’interrogeait sur Twitter sur le contenu du jeu Pokémon idéal selon lui, j’ai eu envie de me faire la même réflexion. Qu’est-ce qu’un bon jeu Pokémon d’après moi ? Ou plutôt, qu’est-ce qu’on pourrait reprendre dans chaque génération de cette série pour que le tout mélangé donne un opus qui soit le plus conforme à mes attentes, ou plutôt à mon bon plaisir ? Pour répondre à cela, je crois qu’il faut que je revienne sur chaque épisode et que je vois pour chacun d’entre eux ce qui m’a plu ou déplu. Mais avant de commencer, je dois vous avertir qu’aucune mention ne sera faite des versions Noire 2 et Blanche 2. Etant complètement passé à travers cette génération, je n’ai même pas joué à ces deux épisodes.

1

Pokémon Rouge, Bleu et Jaune

2

Voilà sans doute le triptyque qui laissera un souvenir impérissable dans mon petit cerveau. Première génération de la saga de Game Freak, premières véritables aventures vidéoludiques, premières vraies sensations de jeu… Que voulez-vous, du haut de mes 9 ans, je ne pouvais qu’être subjugué par ces jeux. Ce que je retiens principalement de ces trois versions, et c’est sans doute lié au fait que c’était la première fois que je les voyais, ce sont leurs bestioles. De Bulbizarre à Mew, tous ces Pokémon sont les plus représentatifs de ce qu’un bestiaire de cette licence a à offrir selon moi. Des créatures étranges mais en même temps familières ; certaines toutes mignonnes, d’autres plus badass. En y repensant bien, il y a deux images qui me reviennent en tête. La première, c’est celle des boites des versions Rouge et Bleu. J’ai encore celle de cette dernière chez moi et je me surprends parfois à la prendre pour l’observer, juste pour faire revivre un instant ce que j’ai réussi à éprouver quand je l’ai prise dans mes mains pour la première fois. Et ça marche ! Je me souviens alors de l’émerveillement qui fut le mien quand j’ai vu ce Tortank des plus impressionnants sur cette boite. Le fait que Carapuce ait été mon tout premier Pokémon n’est sûrement pas sans lien avec tout ceci. La seconde image qui me revient, c’est celle d’une pub que l’on voyait de manière très récurrente dans les magazines pour enfants de l’époque. En lecteur assidu du Journal de Mickey que j’étais, je fus littéralement submergé par cette pub qui revenait facilement à chaque numéro ou presque. Cette pub, c’était celle-là :

3

Le type derrière cette pub est un génie

En découvrant cette image et les versions individuelles qui existaient (telles que celle-ci ou encore celle-ci), j’ai pris une claque comme je n’en ai jamais repris ensuite (tout du moins dans l’univers Pokémon). Peut-être est-ce dû au fait que c’était la première fois ou quelque chose comme ça mais jamais ô grand jamais je n’ai retrouvé de bestiaire d’aussi bonne qualité chez les successeurs de ces toutes premières versions. Ainsi, et sans conteste possible, les bestioles des versions Rouge, Bleu et Jaune constituent un atout indéniable qu’il conviendra de prendre en compte dans la synthèse finale de mon Pokémon idéal.

Ensuite, et à moins de vouloir se faire un trip rétro, on évitera de conserver le graphisme in game de ces premières sorties. Et ce malgré la nostalgie qu’il peut provoquer. Pourtant, je les aime bien ces personnage rablés comme pas possible, ces Pokémon si étrangement dessinés que certains en faisaient presque peur… Mais non, si l’on mise sur l’avenir, on ne peut décidément pas choisir de retenir un design pareil. A l’époque c’était super mais maintenant, avec l’évolution qu’on a connue depuis, ça ne passe plus tant que ça. J’ai même du mal à croire que les néo-dresseurs qui tentent de découvrir aujourd’hui les versions d’hier puissent réellement accrocher à cette approche stylistique. Pour moi, le type qui a commencé avec Noiret Blanche ou et Y sera sans aucun doute perturbé par ce fossé graphique aussi logique que profond. En revanche, soit dit en passant,je préfère amplement les artworks d’hier à ceux des versions les plus récentes. Il y avait un côté…un côté plus…plus dur je dirais. Sans être trop mature, ces dessins là envoyaient plus de rêves que les personnages tout mignons/kawai qu’on voit aujourd’hui. Pour illustrer mon propos, voici un comparatif intéressant :

4

Années 1990/Années 2000…

A titre strictement personnel, je serais plus rassuré de faire un voyage avec le type de gauche, visiblement prêt à en découdre si un enfoiré essaie de ma piquer ma tente, plutôt qu’avec celui de droite qui donnerait non seulement sa tente mais aussi l’argent et la bouffe…

Enfin bref. De ces quelques remarques découle finalement l’un des points essentiels de ce que voudrais retrouver dans mon jeu Pokémon idéal : l’ambiance. Quand on y réfléchit bien, RougeBleu et Jaune étaient des jeux plutôt orientés vers un jeune public mais il y a avait un second plan incroyable. La mort, le pouvoir, le vol, le meutre (ils ont tué la mère d’Osselait, ils l’ont TUEE), le racket, l’argent… Le monde de Kanto dans cette première génération est pourri jusqu’à la moelle. Et c’est génial ! Parce que c’est bien beau de tenir des discours sur l’harmonie entre les peuples et les Pokémon, le respect de la nature et tout ça, mais vivre dans un monde de Bisounours où même les méchants ne le sont pas tant que ça (si ce n’est dans les versions Noire et Blanche, où l’on a un peu retrouvé des antagonistes intéressants), c’est un peu fade à la longue. Alors que quand vous vous frottiez à une Team Rocket plutôt badass c’était autre chose. De manière générale, il y a un fond plutôt positif dans les premières versions de Pokémon mais il y a tellement d’à-côtés à l’opposé de cela, Lavanville se posant en exemple de la question. Et même la Centrale. Mais qui voudrait rentrer dans un endroit pareil ? Et cette ville de Safrania, en quelque sorte fermée et séquestrée dans son intégralité par la Team Rocket ? J’aimerais tant retrouver ça, et même qu’on le pousse un peu plus loin. Sans aucun doute, une ambiance plus sombre que celles que l’on a connues depuis les deux premières générations (Or et Argent pouvait encore prétendre avoir un fond lugubre, même si c’était plutôt adouci par rapport à leurs prédécesseurs) serait un atout considérable dans mon Pokémon idéal.

5

« Donne moi du sang », rien que ça.

Mentalement, je refais le tour de Kanto et essaie de voir quels éléments de jeu m’avaient plu dans ces jeux-ci… Les mécaniques de base du jeu (captures, échanges, expérience, évolutions, arènes, Ligue Pokémon…), évidemment que je les reprendrai, elles en sont l’essence-même. C’est comme si on enlevait le principe des donjons à un Zelda, ça n’aurait aucun sens. Non, je crois que j’ai fait le tour pour Pokémon RougeBleu et Jaune. L’ambiance, le style des Pokémon… Je retiendrai cela pour le moment. Nous verrons bien si d’autres choses me reviennent par la suite. Ah si, je sais ! Un bon gros Parc Safari comme celui de Parmanie me comblerait au plus haut point. Oh et je n’ai pas beaucoup parlé de Jaune mais, à l’instar de tous les « épisodes 3 » de chaque génération, il ressemble tant aux deux premiers qu’il n’y a pas vraiment nécessité de revenir sur lui. Eventuellement, le fait d’avoir un Pokémon qui nous suit quand on se déplace pourrait être sympa à retrouver, comme cela avait été le cas avec HeartGold et SoulSilver. Oui, je pense que j’aimerais bien retrouver ça, même si je n’en fais pas une nécessité absolue.

Pokémon Or, Argent et Cristal

6

Deuxième génération de la série, les versions OrArgent et Cristal furent (pour les novices) l’objet d’un remake de très bonne facture en 2010. Aussi, afin d’éviter de faire doublon, je m’appuierai ici sur les épisodes originaux mais également sur ces récents remakes (enfin pas tant que ça).

Quand je pense à ces jeux, il y a une chose qui me revient à l’esprit quasi-immédiatement et qui, j’en suis persuadé, ferait indéniablement partie des éléments essentiels de mon Pokémon idéal : sa map ! Immense, elle regroupe (rappelons-le) les deux régions de Johto et de Kanto. Et qui dit deux régions, dit notamment 16 arènes. Alors que dans le plupart des Pokémon, la vie post-Ligue est assez redondante, ces versions-ci s’offrent le luxe d’une durée de vie prolongée par l’exploration d’une seconde région que l’on pourra (si on le souhaite) conclure par une seconde victoire sur le Conseil des 4. Alors évidemment, à l’époque, il y avait aussi le fait que le joueur de Pokémon Bleu que j’étais avait le plaisir de retrouver Kanto, un peu comme un voyageur reviendrait chez lui après un périple lointain. Mais objectivement, une fois que j’enlève l’affect né de cette sympathique possibilité de revenir sur les sentiers battus deux ans plus tôt, je ne peux que prendre conscience de la double-dose de plaisir qu’on prend dans ces jeux, un peu comme si l’adage « quand il n’y en a plus, il y en a encore » avait été inventé pour eux. Sans conteste, question durée de vie et taille de la map, ces versions-là se posent en exemples à suivre.

7

Kanto + Johto = Pokémon²

Qu’y avait-il d’autre de nouveau ensuite ? Les Légendaires nomades, tiens. Je n’ai jamais supporté ça. Aussi quand, dans la version Cristal, Suicune se laissait faire tranquillement, j’étais soulagé. Mais le coup des trois chiens légendaires qui arpentent tout Johto et qui se barrent à chaque fois que tu les trouves (à moins d’employer la bonne technique)… Je dis non. Et dire qu’on a repris la même formule dans les versions suivantes… Enfin bref, j’aime autant me rendre à un point donné après avoir passé certaines étapes déterminantes plutôt que de courir tout Johto pour croiser un chien qui va se mettre à hurler pour mieux s’enfuir et me faisant un doigt d’honneur. Certes, ma façon de voir les choses simplifie la donne mais je trouve ça plus agréable. Quitte à proposer une sorte de quête annexe avant de trouver le Pokémon légendaire recherché.

8

Raikou, Entei et Suicune, mascottes officieuses du manger-bouger

En dehors de cela, il y avait dans Or et Argent (je ne cite que ces deux-là pour faire plus court mais ça marche aussi pour les autres) quelques éléments de jeu intéressants. Le premier c’était le fait de pouvoir faire Coupd’boule sur les arbres pour en faire tomber des bestioles. Avant, on ne les trouvait que dans sur la terre ferme ou dans l’eau : maintenant, il faudra aussi interagir avec le décor. Et si cette interaction est assez minime en soi, elle n’en demeure pas moins sympa. Souvenez-vous de votre parcours dans la forêt, ordonnant à votre Pokémon d’asséner de violents coups de têtes sur les sapins pour en faire tomber les Pomdepik ! Vraiment, c’était sympa. Autre élément original que j’aimerais bien voir revenir, c’était l’usage des Noigrumes pour fabriquer des Balls spéciales. Là où la chose était à mon sens mal traitée, c’était qu’une fois qu’on avait acheté suffisamment d’Hyper Balls, il n’y avait plus aucune nécessité de faire fabriquer ces Balls justement. Une Hyper Ball arrive à bout de tout. Pourtant, le principe de base était bon et j’apprécierais de le voir revenir. Mais sous une forme un peu plus poussée. Quitte à ce que cette idée puisse paraître drastique, je verrais sans problème disparaître les Super et Hyper Balls pour laisser une place bien plus importantes aux Balls de Fargas (ça y est, je viens de me rappeler son nom). On part avec des Pokéballs au départ puis on se démerde à trouver les Noigrumes qu’il faut pour avoir le nécessaire par la suite. Vous me rétorquerez alors peut-être que la présence de Noigrumiers dans Johto n’était pas assez importante pour se permettre ce genre de choses. Dans ce cas, pourquoi ne pas envisager un système semblable à celui de la culture des baies que l’on retrouvait dans les version Rubis et Saphir (si je ne dis pas de bêtises) ? Imaginez : vous cueillez quelques Noigrumes en divers endroits. Ceci fait, vous plantez et arrosez consciencieusement ces jeunes plants (on dit bien « un » Noigrume au fait ?). Les fruits poussent, vous en récoltez, quoi, trois par pousses et vous apportez votre petite récolte à Fargas. En imaginant que le nombre de sols meubles sur la région (qui est grande, je rappelle qu’on reste avec le principe d’au moins deux régions accolées) est suffisamment important, vous aurez tôt fait de vous constituer un bon stock de Balls. D’autant plus si les Super et Hyper Balls n’existent plus : le dos au mur, vous n’aurez d’autre choix que de penser à cette solution qui s’impose alors d’elle-même. Je me doute que certains n’apprécieraient pas l’idée mais, franchement, je vous avoue que tandis que j’écris ces lignes, je suis pris d’un enthousiasme certain en imaginant ce petit modèle mis en place.

9

A l’époque, les Balls spéciales ça se méritait

En gros, je crois que j’ai fait le tour de ce que je retiendrai des leçons de ces versions-ci pour mon Pokémon idéal : map plus grande, avec plus de challenge ; interactivité avec l’environnement plus poussée ; les Noigrumes, avec plus de souci dans la finition de cet élément de gameplay et dans son intégration dans la globalité du jeu.

Je pense m’arrêter ici pour le moment. Si je devais vous parler de toutes les versions en un seul article, ça ferait un pavé que vous ne liriez pas et j’aurais fait tout ça pour rien… On va donc marquer une courte pause, reprendre son souffle, discuter (si vous le voulez bien) sur ce que j’ai déjà évoqué ici et on reprendra un peu plus tard. Je pense que la deuxième partie me fera revenir sur les opus GBA de Pokémon ainsi que sur les premiers épisodes DS. Je parlerai de Noire et Blanche ainsi que de X et Y dans une troisième article, où je ferai certainement une synthèse globale de tout ce que j’aurais dit à ce moment-là, histoire de prendre une vue d’ensemble sur ce que serait mon Pokémon idéal donc.

Deuxième partie à lire ici.

Publicités

3 réflexions sur “Mon jeu Pokémon idéal – Première partie

  1. Pingback: Mon jeu Pokémon idéal – Deuxième partie | Dans mon Eucalyptus perché

  2. Pingback: Mon jeu Pokémon idéal – Troisième partie | Dans mon Eucalyptus perché

  3. Pingback: Mon jeu "Pokémon" idéal – Quatrième partie | Dans mon Eucalyptus perché

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s