Les Insurgés, Edward Zwick, 2008

Les Insurgés, film de guerre de Edward Zwick. Avec Daniel Craig, Jamie Bell, Liev Schreiber, Mia Wasikowska…
La note du Koala : 3,5/5

19025982

Le pitch : Alors que la Seconde Guerre mondiale fait rage, quatre frères juifs fuient l’armée allemande dans une forêt de Biélorussie, alors polonaise. Là, emmenés par Tuvia (D. Craig), les fuyards s’organisent et décident de combattre l’ennemi nazi. Entre attaques de convois allemands et sauvetages de juifs dans les ghettos, leurs exploits font bientôt parler d’eux dans tout le pays occupé et de plus en plus d’hommes et de femmes les rejoignent dans leur lutte.

La critique : Sur Les Insurgés, j’avais entendu plus ou moins tout et son contraire. Difficile donc de se faire une idée sur le film quand un vous dit qu’il est nul et qu’un autre estime au contraire qu’il est très bien.

Excellent sujet que voilà en tous cas. Traiter de la résistance qui fut menée ailleurs qu’en France est une idée qu’on ne peut pas refuser tant ce sujet est assez peu connu. En tous cas chez nous. Faut dire qu’on n’a eu de cesse en France de développer tous pleins de films sur la Résistance mais on s’est rarement (jamais ?) penché sur le cas de nos voisins européens. N’oublions après tout pas des exemples tels que Sophie Scholl en Allemagne (à ce sujet, je vous recommande Sophie Scholl – Les Derniers Jourd, film de Marc Rothermund sorti en 2005), l’Armia Krajowa ou encore la résistance grecque. Edward Zwick lui s’intéresse aux frères Bielski. Et il semble qu’il le fait relativement bien. Dans l’ensemble, ce film se présente presque comme un croisement entre le documentaire/film historique et le drame. Ainsi, le cinéaste réussit à créer un terreau composite qui tâche de mêler tant bien que mal les deux genres. Or, n’est-ce pas là un risque ? On n’ira pas jusqu’à dire que c’est une erreur mais le problème du film historique, c’est que, dès qu’on l’agrémente d’aspects dramatiques/comiques/whatever, on perd en objectivité en tant que spectateur. Par l’émotion que provoque chez vous telle ou telle séquence voulue ainsi par le cinéaste, vous prenez parti, fatalement, parce que ça vous touche. Edward Zwick ne tombe pas à 100 % dans ce travers mais joue avec ses limites en se concentrant énormément sur les frères Bielski plus que sur leur combat. Ainsi, Zwick nous emmène de doute en doute, de choix en choix, etc. Du coup, on s’éloigne peu à peu du « témoignage » pour toujours plus se rapprocher d’une partie du parcours de trois partisans. En soi, ce n’est pas mal comme ça mais j’aurais préféré une approche un chouïa plus historique.

Les-Insurgés-judai-cine-700x422

Le personnage incarné par Daniel Craig est particulièrement intéressant.

Pour autant, ne me faîtes pas dire ce que je n’ai pas dit. Le film se laisse regarder. Mais on ne peut nier qu’il souffre de certaines faiblesses. Son scénario tout d’abord est assez irrégulier. Il oscille ainsi entre hauts et bas, entre dynamisme et calme plat sans pour autant trouver ce qui pourrait être son rythme bien à lui. Certains passages seront alors très intéressants à suivre (sans spoiler, je pense à la fuite à la fin du film) tandis que d’autres seront, non pas lassants, mais en tous cas trop anecdotiques. Il en va ainsi tout le long du film, ce qui laisse comme un goût d’inachevé une fois que vous en êtes arrivés au bout. Concernant la mise en scène, elle n’est certes pas irréprochable mais se fait tout de même correcte. On connaît d’Edward Zwick le sens de la réalisation. Des films comme Légendes d’Automne ou Le Dernier Samouraï, sans être irréprochables également, sont là pour nous le rappeler. Mais ici, le cinéaste ne semble pas savoir sur quel pied danser. Il alterne alors entre images bien trouvées (comme cette fosse commune au tout début du film, bien que la chose arrive comme un cheveu sur la soupe) et une sorte de classicisme rageant quand on envisage tout ce qui aurait pu être fait avec cette forêt, avec sa lumière et avec ses couleurs.

les-insurges-defiance-14-01-2009-09-01-2009-4-g

Jamie Bell permet à un second rôle de prendre un ampleur plus grande encore.

Quant au casting, Daniel Cragi tente de se sortir du jeu monolithique que son interprétation de James Bond ou du fils de Paul Newman dans Les Sentiers de la Perdition nous a habitué à voir. Il tâche notamment de laisser transparaître les émotions de son personnage et y arrive parfois. Touchant par instants, Craig reste néanmoins toujours aussi brut dans son jeu. J’en attendais plus de sa part pour ce rôle, d’où une petite déception. A ses côtés, Jamie Bell livre une interprétation de bonne facture mais qui commence à me faire croire qu’on ne le reverra plus comme à l’époque de Billy Elliot. J’ai le sentiment que son jeu demande à s’affiner, à gagner en précision. Jamie Bell amène quelque chose ici qui laisse comprendre qu’il est plus que capable mais semble ne pas arriver à le sublimer. Enfin, on notera la prestation de Liev Schreiber qui, au moins aussi brut de décoffrage que Daniel Craig, fait finalement jeu égal avec ce dernier, l’émotion en moins. Il est vrai que son personnage est un homme assez rude mais il n’empêche que certaines de ses apparitions sont ponctuées (sur le papier en tous cas) par une nécessité d’aller chercher quelque chose de plus humain, de plus enfoui. Or, Liev Schreiber semble essayer mais n’y arrive visiblement pas.

Les Insurgés est donc un film d’une qualité inégale mais qui se laisse voir. On appréciera tout particulièrement sa volonté de traiter un sujet trop largement méconnu du grand public. De bonnes idées nous sont proposées par le cinéaste mais il ne semble pas avoir réussi à les pousser jusqu’au bout.

Le « Oh, au fait ! » :
Ce film est principalement basé sur le roman Defiance, de Nechama Tec.

Le film a été tourné dans la région de Vilnius, en Lituanie. En effet, pour raisons politiques, il fut impossible de tourner en Biélorussie, où l’histoire se déroule.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s