Mystic River, Clint Eastwood, 2003

Mystic River, drame de Clint Eastwood. Avec Sean Penn, Tim Robbins, Kevin Bacon, Laurence Fishburne…
La note du Koala : 4,5/5

18364611

Le pitch : Jimmy (S. Penn), Sean (K. Bacon) et Dave (T. Robbins) sont trois amis d’enfance. L’un d’eux, Dave, a été enlevé sous les yeux de ses amis et séquestrés pendant quatre jours par deux pédophiles. Des années plus tard, les trois enfants sont devenus des adultes qui ont suivi des voies différentes mais dont les chemins vont à nouveau se croiser lorsque Katie (E. Rossum), la fille de Jimmy, est retrouvée assassinée.

La critique : Mystic River, le film de Clint Eastwood dont j’ai dû voir le début cinq ou six fois sans jamais aller jusqu’au bout. Jusqu’à ce soir-là, où je l’ai enfin vu en entier et où je me suis rendu compte de ce que j’avais loupé.

Mystic River est en fait à cheval sur trois genres : thriller, polar et drame. Du thriller, il tire son atmosphère pesante et la qualité d’écriture de ses personnages. Du polar, il tire une enquête et une intrigue rondement menée. Du drame enfin, il tire la perte d’une fille et le déchirement entre trois amis d’enfance séparés et finalement opposés par les événements tragiques qui ouvrent le film. Clint Eastwood, que l’on peut désormais considérer comme l’un des derniers Grands du cinéma américain, est un cinéaste de talent et réussit donc à obtenir tous ces ingrédients et à les mêler harmonieusement au sein d’un film qui tâche avec succès de faire la liaison entre les genres et de finalement les dépasser pour donner forme à une oeuvre cohérente. Mystic River saisit donc le spectateur par divers aspects issus de différentes inspirations, de différents genres, et il le fait avec une aisance déconcertante. Cela est d’abord lié à la maestria d’Eastwood, qui sait parfaitement articuler les différentes tonalités de son film. Mais c’est également à mettre en relation avec sa formidable capacité à mettre les choses et les émotions en images. De la mise en scène générale à la direction des acteurs et actrices, le réalisateur compose son film avec intelligence et l’on sent que le tout a été réfléchi, calculé, de manière à ne pas laisser de pan plus faible que les autres. Cela permet donc à Mystic River de s’ériger en un ensemble de très bonne facture, avec une homogénéité dans le ton et dans la tension qui ne me déplaît pas du tout.

mystic-river-2003-12-g

Sean Penn livre son meilleur.

En ce qui concerne le scénario, on ne peut nier qu’il participe grandement à la qualité générale du film. Travaillé, il prend le parti de jouer avec plusieurs thématiques fortes : la vie et la mort, l’amour et l’amitié, la rédemption, la vengeance, la souffrance (physique et psychique), le traumatisme… Ensemble, ces thèmes forment un cocktail ravageur en s’associant puis se dissociant, en trouvant une combinaison puis une autre, chacune créant une tension palpable. En parallèle, si j’ai apprécié que le traitement psychologique des personnages soit si ancré dans la colonne vertébrale du synopsis, je dois toutefois avouer que je les ai trouvés parfois trop caricaturaux. Par exemple, Jimmy (Sean Penn) est un dur au cœur tendre. Le souci est alors qu’on ne voit que cela en lui. Eastwood ne cherche pas à dépasser cette vision première du personnage et prend alors le risque d’oser quelques clichés dont on aurait pu se passer (des trucs du genre « touche pas à ma fille où je te tue »). Le constat pourra être le même pour Dave, écorché vif et grand traumatisé de son état. Eastwood joue sur ces aspects-ci de ce personnage et ne réussit pas à s’en éloigner. Plus qu’un personnage, Dave devient un mal-être ambulant. Ainsi, chaque personnage pourra être rattaché à une ou plusieurs émotions qu’on finira par trouver indissociable(s) de leurs identités propres.

Mystic_River4

Le duo de flics campé par Bacon et Fishburne est très bon mais Tim Robbins est impeccable.

Il n’en demeure pas moins que ces protagonistes sont tous sublimés par des interprètes de choix. Je parle ici essentiellement des personnages de Jimmy, Dave et Sean. Si je devais faire un classement des trois acteurs que l’on retrouve dans ces rôles, Kevin Bacon occuperait sans doute la troisième marche du podium. Avec un jeu juste, il compose son personnage de flic plus ou moins loyal avec talent mais ne me semble pas tâcher de dépasser son rôle pour l’approfondir. Ensuite, je placerais Tim Robbins. Acteur que je connais assez peu je dois dire… J’ai dû le voir dans Les Evadés et Le Grand Saut (que je n’ai même pas vu en entier) et c’est tout. Je le découvre donc un peu plus ici et je constate que ses talents dramatiques ne sont pas négligeables. Il développe une sorte de puissance triste dans son rôle, ce qui rend ce dernier plus prenant encore. Mais la première place revient sans conteste à Sean Penn. Je me prends peu à peu d’admiration pour cet acteur que je connaissais encore assez peu il y a quelque temps. Avec des rôles comme ceux qu’il tenait dans Harvey Milk ou This Must Be The Place (immense chef-d’oeuvre), j’ai compris que j’étais passé à côté d’un grand acteur pendant longtemps. Mystic River finit de me convaincre de mon ignorance relative à son sujet. Je découvre donc (ou plutôt finis de découvrir) un Sean Penn de génie, tout en subtilité. La manière dont il traite son personnage contribue peut-être à ce que j’évoquais plus haut, à savoir que les protagonistes étaient assez stéréotypés, mais il le fait tellement bien ! Capable d’en faire un dur comme de vous toucher comme aucun autre, Sean Penn réalise un travail d’acteur formidable. Une fois de plus.

Clint Eastwood offre donc avec Mystic River un film qui surfe sur les genres, qui y puise différents aspects pour se constituer en un mélange audacieux et réussi. Le tout étant porté par un trio d’acteurs irréprochables, ce drame se hisse au niveau des meilleures réalisations d’Eastwood.

Le « Oh, au fait ! » :
Sean Penn et Tim Robbins furent tous les deux récompensés aux Oscars et aux Golden Globes en 2004 pour leurs performances respectives. Sean Penn obtint l’Oscar du Meilleur Acteur et le Golden Globe du Meilleur Acteur dans un film dramatique tandis que Tim Robbins reçut l’Oscar et le Golden Globe du Meilleur Acteur dans un second rôle. Le film fut également auréolé du César du Meilleur Film étranger la même année.

Mystic River est adapté du roman éponyme de Dennis Lehane (2001).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s