La Vie Rêvée de Walter Mitty, Ben Stiller, 2014

La Vie Rêvée de Walter Mitty, comédie dramatique de et avec Ben Stiller. Avec aussi Kristen Wiig, Adam Scott, Shirley MacLaine, Sean Penn…
La note du Koala : 5/5

BS59raKCUAEBUXO

Le pitch : Walter Mitty (B. Stiller) est un homme plutôt ordinaire bien qu’excessivement timide et particulièrement enclin à rêvasser. Dès lors, il s’imagine dans des aventures extravagantes dont il est le héros. Mais il faut toujours revenir à la réalité. La réalité où il voudrait séduire Cheryl Melhoff (K. Wiig), une collègue. La réalité où il lui manque le négatif  n°25 d’une photo qui va bientôt l’amener à vivre une véritable aventure.

La critique : Quelle surprise en ce début d’année ! Si La Vie Rêvée de Walter Mitty me semblait être un film intéressant à voir, je ne m’attendais pas pour autant à ce qu’il soit aussi bon !

Walter Mitty, pour faire plus court, c’est non seulement une bonne surprise mais aussi un moyen de très bien commencer cette année cinéma 2014 ! Qu’on se comprenne, je ne m’attendais pas à ça. Avant que la séance ne commence, je me disais que j’allais profiter d’une petite comédie sympathique avec Ben Stiller. Finalement, au fur et à mesure que les scènes se succèdent, je comprends. Ce n’est pas qu’une petite comédie sympa avec Ben Stiller. C’est une bouffée d’air frais, un film vivifiant, à la fois drôle et touchant, une voyage et j’irais même jusqu’à dire une introspection. Bon, pour ce dernier mot, je dois dire que ça relève essentiellement d’un jugement très personnel. Mais je me suis tellement reconnu dans le personnage de Walter Mitty, ce mec timide et rêveur. C’est d’ailleurs l’atout essentiel du film. Walter est un personnage auquel on s’attache dès le départ. Dès cette scène d’ouverture géniale, on se prend d’affection pour cet homme qu’on a l’impression de connaître depuis si longtemps. Sans doute est-ce parce que, par un aspect ou un autre, il nous ressemble un peu à tous. L’attachement qu’on développe pour le personnage fait ensuite qu’on apprécie encore plus le fait de le suivre dans ses rêveries puis dans son périple en quête du négatif 25. Faut dire aussi que ces deux pans du film sont tout ce qu’il y a de plus maîtrisés. Pour les rêveries de Walter, le contraste qu’elles amènent par rapport à sa réalité ne les rendent que plus amusantes. Et puis elles sont si bien amenées et si déjantées (la scène à la sauce Benjamin Button était parfaite). Quant au fil rouge du film, je l’ai trouvé parfaitement bien construit. Sans lasser, il amène le spectateur de péripétie en péripétie, toujours avec un soupçon d’humour. Progressivement, les rêveries de Walter deviennent sa réalité et on se prend au jeu d’espérer que cette aventure n’est pas seulement qu’un rêve parmi d’autres. On pourrait trouver certains passages quelque peu tirés par les cheveux mais, au fond, ce n’est rien. Tout simplement parce qu’on est trop heureux de voir tout ça se dérouler devant nous, parce qu’on profite de chacun de ces instants aux côtés de Walter, parce qu’on est content de le voir évoluer dans ce sens et parce que la mise en scène fait qu’on ressent cet air vivifiant emplir nos poumons et nos têtes.

LA-VIE-RÊVÉE-DE-WALTER-MITTY-image-du-film-4

Le film est d’une fraîcheur totale.

Car il ne faut pas oublier de parler de cette mise en scène irréprochable. On sera d’abord largement séduit par l’idée de Ben Stiller de proposer une photographie travaillée, faisant ainsi largement écho au travail du personnage de Sean O’Connell (interprété par un Sean Penn à la fois discret et magistral, comme toujours). Certaines images présentent alors une esthétique très propre, très soignée et finalement partie intégrante de l’identité de ce film (qui n’en manque pas d’ailleurs). Mais il n’y a pas que ces plans géniaux. Il y a aussi ceux plus classiques, plus habituels. Mais ceux-ci ne sont pas que des plans classiques. Ils sont parfois sublimés par une photographie qui joue sur les lumières, sur les angles, sur la profondeur, afin d’offrir un véritable spectacle et un ébahissement pour les mirettes. Ben Stiller n’en est pas à son coup d’essai en tant que réalisateur mais il signe ici son oeuvre la plus complète, la mieux travaillée, la plus belle. Sa quintessence en fait (ceux qui ont vu le film comprendront).

LA+VIE+REVEE+DE+WALTER+MITTY+PHOTO3

Ben Stiller et Kristen Wiig forment un joli et sympathique duo.

Enfin, il faut parler du casting. Chose aisée avec ce film, on pourra se contenter de parler de deux acteurs : Ben Stiller et Kristen Wiig. Mais surtout Ben Stiller, qui porte le film sur ses épaules à 100 %. L’ayant vu récemment dans Greenberg, qui m’a amplement déçu, j’avais peur que ce retour à une comédie plus douce soit un risque. Finalement, il n’en est rien. Stiller est un excellent acteur et il rappelle ici qu’il ne faut pas le cantonner qu’à ses rôles excentriques dans des films comme ZoolanderMon Beau-Père et Moi et autres Starsky et Hutch. Ben Stiller sait se montrer touchant et il le fait. Simplement, sobrement, sans chichis, il joue son rôle et développe une émotion certaine qui ne laisse pas insensible. Dire que Walter Mitty est l’un de ses meilleurs rôles et l’un de ses personnages les plus intéressants n’est pas prendre un gros risque. A ses côtés, on retrouve Kristen Wiig, que j’avoue ne connaître jusqu’alors que par son rôle dans Paul (avec Nick Frost et Simon Pegg). Je trouve qu’elle se fait ici l’écho idéal à l’interprétation de Ben Stiller. Tout en émotion elle aussi, elle participe à rendre l’échange entre son partenaire et elle des plus intéressants et des plus fluides. Tout semble automatique, comme s’ils avaient réussi à se comprendre suffisamment en tant qu’acteurs pour faire le job sans calculer, ce qui n’est pas pour me déplaire. Enfin, j’évoque rapidement Sean Penn, que j’admire pour sa capacité à se glisser dans des petits rôles comme celui-ci tout en leur donnant une dimension propre. Si le personnage de Sean O’Connell est loin d’être le plus présent à l’écran, il est toujours là et Sean Penn réussit à lui donner, à travers ses quelques scènes, toute l’importance qu’il a acquise au cours des étapes du périple de Walter Mitty.

Ben Stiller nous fait donc ici un bien beau cadeau pour commencer l’année. Nul doute que La Vie Rêvée de Walter Mitty figurera dans les classements des meilleurs films de 2014 à la fin de l’année.

Le « Oh, au fait ! » :
Le projet de ce film date initialement de 1994, quand Samuel Goldwyn Jr. envisage de faire un remake de La Vie Secrète de Walter Mitty (1947) avec Jim Carrey dans le rôle titre. Côté réalisateurs, Ron Howard, Chuck Russell, Steven Spielberg, Mark Waters et Gore Verbinski auront été annoncés. Pour le rôle de Walter Mitty, on aura eu droit aux annonces de Jim Carrey, Owen Wilson, Mike Myers et Sacha Baron Cohen.

Histoire de coller encore plus à l’univers du film, ce dernier a été tournée sur pellicule, ce qui n’est plus vraiment chose courante de nos jours.

Publicités

Une réflexion sur “La Vie Rêvée de Walter Mitty, Ben Stiller, 2014

  1. Pingback: Ciné Sounds n°12 – "Space Oddity" par David Bowie | Tranches de Ciné

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s