Jack Reacher, Christopher McQuarrie, 2012

Jack Reacher, thriller de Christopher McQuarrie. Avec Tom Cruise, Rosamund Pike, David Oyelowo, Richard Jenkins…
La note du Koala : 3,5/5

Jack-Reacher-Affiche-FranceLe pitch : A Pittsburgh, un homme abat au sniper cinq personnes, visiblement sans raison. Très vite, James Barr (J. Sikora) est arrêté pour cette tuerie mais il demande à ce qu’on fasse venir Jack Reacher (T. Cruise). Ex-policier de l’armée, Reacher va refaire l’enquête afin de trouver les raisons de ce massacre.

La critique : Je ne vous cache pas que je ne suis pas bien fier de ce pitch, dont je trouve qu’il ne rend pas bien compte de ce dont parle le film. Mais tant pis, on fera avec.

Jack Reacher, c’est un peu le genre de film qui se situe au croisement entre le thriller, le polar et le film d’action et dont on entend parler en bien comme en mal sans pour autant chercher irrémédiablement à se faire un avis. Une sorte de blockbuster quoi. Et, en soi, Jack Reacher a tout d’un blockbuster : gros casting (enfin surtout une grosse tête d’affiche), grosse action, grosse course poursuite… Malgré cela, ce n’en est pas vraiment un. A croire qu’il cherche à se faire une place entre le gros carton hollywoodien et le thriller populaire (original, non ?). Du coup, Jack Reacher ne mise pas que sur sa dose de testostérone (qui est pourtant relativement élevée) et tâche de se parer d’un bon scénario. C’est plutôt réussi d’ailleurs car cette enquête (ou contre-enquête même) est menée tambour battant. Du point de vue strict du rythme, je crois qu’on ne va pas trop pouvoir se plaindre. C’est vif, c’est énergique, ça ne mollit pas, sans pour autant être une véritable pile. Il y a quelques respirations, quelques passages qui nous laissent prendre une pause entre deux bastons et une course folle en voiture. C’est assez classique comme schéma me direz-vous mais ça marche plutôt bien en tous cas. Et n’est-ce pas là l’essentiel ? Le tout étant capté dans une mise en scène assez agréable, il n’y a pas à se lamenter. Enfin…peut-être pourra-t-on dire tout de même que ce film ressemble assez fortement aux habituels films d’action dans lesquels on va par exemple retrouver Tom Cruise. Franchement, ce Jack Reacher, il fleure bon le Mission : Impossible (les complots terroristes internationaux et les gadgets en moins). Mais attention, ça sent le Mission : Impossible respectable, pas le Mission : Impossible 2, vous voyez ? Du coup, ça passe plutôt bien.

jack-reacher

Tom Cruise joue ici dans un rôle assez classique au vu de sa filmographie.

Bon après, il y a quand même des choses qui font tiquer. Si le scénario est plutôt bien monté avec cet arbre qui cache la forêt comme le dit Jack Reacher lui-même dans le film, il n’en demeure pas moins qu’il souffre de quelques petits défauts. A commencer par son caractère extrêmement nébuleux, qui pourra en lasser plus d’un dès les 10 premières minutes du film. On croit partir dans un sens mais en fait pas du tout et, au bout de quelques courts instants, on ne sait plus trop où l’on va et l’on fait confiance à Jack Reacher pour trouver le bon chemin. Et on fait bien d’ailleurs parce que ce brave homme fait preuve d’un bon sens et d’une logique qui pourrait pratiquement faire trembler Sherlock Holmes. En gros, c’est un peu gros parfois. Reacher trouve des solutions et des pistes sans même qu’on n’en ait flairé le moindre aspect, même le plus petit. Aussi, certaines de ses hypothèses (qui se révèleront exactes dans 99 % des cas) semblent un peu arriver comme un cheveu sur la soupe. Il y a aussi ces petites choses qui font tout le charme des films d’action américains mais qui ont quand même tendance à m’agacer quelque peu. Exemple concret. A un moment, Jack Reacher est armé et s’apprête à entrer dans une pièce. Dans ladite pièce se trouve un antagoniste dont la seule partie visible et la moitié de son visage et un bras droit tendu vers l’entrée par laquelle Reacher devrait arriver. Au bout de ce bras tendu, une arme. Là, Reacher se pose dans l’encadrement de la porte, vise, tire et abat l’ennemi. Et ça ne lui prend même pas une seconde ! Et il ne savait pas où était son adversaire ! Vous voyez où je veux en venir ? Je veux parler de ces instants où le héros semble touché par une sorte de grâce divine qui rend tous ces actes parfaits tandis que le pauvre méchant n’aura même pas le temps de réagir… Mais que voulez-vous, on ne va pas refaire le cinéma hollywoodien…

jack-reacher-picture07

Rosamund Pike livre une interprétation globalement bonne.

En fait, je crois que ce qui me fait le plus voir Jack Reacher comme un sosie de Mission : Impossible, c’est Tom Cruise. D’abord parce que le Ethan Hunt de la saga d’espionnage, c’est lui, mais aussi parce qu’il nous fait du Tom Cruise ici. Et comme c’est déjà le cas dans les Mission : Impossible… Mais ne me faîtes pas dire ce que je n’ai pas dit. J’aime bien Tom Cruise moi. Il a ses plus et ses moins comme tout le monde mais, dans l’ensemble, il arrive toujours à me satisfaire. Néanmoins, on ne peut pas nier le fait qu’il se repose ici largement sur un jeu ultra-calibré et hérité de ses expériences passées. Sans grande originalité, l’interprétation de Cruise pourrait laisser croire que Jack Reacher est le frangin d’Ethan Hunt. A ses côtés, on retrouve Rosamund Pike. Je l’avais bien déjà vue dans plusieurs films (Meurs un Autre Jour, Clones ou encore Johnny English – Le Retour) mais sans jamais réellement lui prêter attention. Je la découvre donc réellement ici et je dois dire que je l’ai trouvée pas mal. Si son jeu prête parfois à sourire et contribue lui aussi à lier Jack Reacher aux clichés du genre dans lequel il s’inscrit, il n’en demeure pas moins qu’elle fait du bon boulot dans l’ensemble. Ce n’est pas exceptionnel mais il n’y a pas de quoi hurler. C’est bon. En dehors de ce duo de tête, on a plusieurs rôles secondaires tenus par divers acteurs de talent : David Oyelowo, Richard Jenkins, Werner Herzog ou encore Robert Duvall (il a pris un sacré coup de vieux d’ailleurs, non ?). De manière générale, cette galerie d’acteurs livre une performance globale satisfaisante qui évite que leurs personnages ne fassent un peu trop décor. On regrettera juste que le personnage de Werner Herzog soit si peu intégré au film. Mais ce n’est pas la faute de son interprète.

Christopher McQuarrie signe donc un thriller haletant mais avec quelques imperfections qui font de Jack Reacher une sorte de bon exemple de ce que le cinéma américain sait faire en termes de film d’action/polar/thriller. Avec un peu plus d’efforts et d’originalité, le film se serait sans doute plus démarqué de ses semblables.

Le « Oh, au fait ! » :
Christopher McQuarrie va très bientôt retrouver Tom Cruise. Non seulement pour la suite de Jack Reacher mais aussi pour Mission : Impossible 5.

Ce premier Jack Reacher est l’adaptation du roman Folie Furieuse, de Lee Child (2005). Ce roman est en fait la 9ème histoire racontant les enquêtes du personnage de Jack Reacher. La suite devrait être une adaptation de Never Go Back, 18ème roman de Lee Child mettant en scène ce héros.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s