Black Book, Paul Verhoeven, 2006

Black Book, film de guerre de Paul Verhoeven. Avec Carice Van Houten, Sebastian Koch, Thom Hoffman, Halina Reijn…
La note du Koala : 3/5

BlackBook_doc120.inddLe pitch : Aux Pays-Bas, sous l’Occupation nazie, Rachel Stein (C. Van Houten) doit fuir après le bombardement de la ferme où elle se cachait. Ses mésaventures l’amènent à rejoindre un réseau de résistance qui lui donne pour mission de séduire le capitaine Ludwig Müntze (S. Koch) en particulier afin d’infiltrer et d’espionner la Gestapo.

La critique : Plus drame que film de guerre, Black Book demeure une œuvre intéressante mais pas inoubliable.

blackbook01L’idée générale de ce film n’est pas mauvaise. L’histoire d’une juive qui intègre la résistance pour infiltrer, espionner et informer, ce n’est pas inintéressant, au contraire. Cela constitue même un terreau idéal pour développer un drame qui mêlerait habilement espionnage, action, émotion… Je crois que l’on peut dire que Black Book se donne les moyens d’aller chercher ce cocktail. Il se construit autour d’éléments relativement forts qui constituent des bases solides pour aller le plus loin possible. Le scénario n’est cependant pas réellement satisfaisant. S’il s’en sort honorablement sur la majeure partie du film, ou au moins dans le déroulement du fil rouge qui nous amène de la première à la dernière seconde de ce dernier, on ne peut pas nier qu’il souffre de quelques défauts qui auraient pu être corrigés. Ainsi, des incohérences vont venir se faufiler dans cette histoire et rompre un peu l’attention qu’on aura pu lui porter. Ce n’est pas toujours quelque chose d’énorme qui vient entacher le tableau mais ça suffit généralement à laisser le spectateur se poser des questions ou râler après le scénaristes. Lors d’une scène par exemple, trois hommes sont dans un camion. Après un petit accrochage qui les a fait rentrer à moitié dans une sorte de hangar, des policiers découvrent les armes qu’ils cachaient et donnent l’alerte. Les trois hommes ne peuvent pas descendre du camion car les portières sont bloquées. D’accord mais ils peuvent encore utiliser la marche arrière, non ? Rien ne nous permet de croire que c’est impossible à ce moment-là. On pourra tout autant reprocher à la fin du film d’être un peu trop précipitée et de trop user de rebondissements téléphonés pour arriver à son terme.

black-book-2006-02-gDu côté du casting, je dois dire qu’il n’y a pas grand chose à reprocher en revanche. Carice Van Houten tout d’abord s’en sort très bien. Si son jeu use parfois trop de mécaniques simplistes du style « je te fais le regard de la fille triste comme c’est dit dans le manuel », elle offre néanmoins une prestation correcte qui ne démérite pas. Je ne peux toutefois pas m’empêcher de penser que ça aurait pu être mieux. De son côté, Sebastian Koch me confirme ce qu’il m’avait déjà laissé comprendre dans La Vie des Autres. Acteur talentueux, il passe d’une scène à l’autre, d’une émotion à l’autre avec un certain talent qui n’est selon moi pas assez employé ici. S’il fait le job, il semble parfois se laisser aller à certaines facilités qui cassent un peu son jeu en général. Il en va de même pour le reste du casting et je ne développerai pas davantage à son sujet.

En bref, Black Book part sur de bonnes bases et se déroule assez facilement. Il reste néanmoins freiné par un certain nombre de défauts qu’on ne peut pas nier et qui nuisent à sa qualité générale.

Le « Oh, au fait ! » :
Un livre noir a réellement existé dans les Pays-Bas occupés. Il contenait les noms de collaborateurs qui donnaient aux Nazis les identités de résistants.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s