Christopher Nolan, l’homme qui a sauvé Batman

Cliquez ici pour revenir au début du dossier.

Après les échecs cuisants connus par Joel Schumacher, je l’ai dit, l’idée de porter à nouveau Batman à l’écran n’est pas totalement morte mais elle n’est pas non plus vraiment vigoureuse. Pourtant, le projet Batman Triumphant est bien là. Et s’il se fait silencieux pendant quelques années, il va reprendre de la vigueur au tout début des années 2000.

Stupeur et tremblements.

Dès lors, il se murmure de plus en plus que Warner prépare une nouvelle aventure de Batman. Aussitôt, tout le monde s’enflamme et les rumeurs se propagent à une vitesse folle. A l’époque, on commence à lire des « infos » disant que le prochain Batman se ferait avec les costumes de la série originale avec Adam West. Si cette rumeur semble déjà à l’époque (et encore plus aujourd’hui) ridicule, il y a quand même du vrai là-dedans car, sans le savoir, on annonçait déjà ce qu’allait être Batman Begins, à savoir une remise à zéro. Ensuite, des rumeurs circulent concernant les méchants : l’Epouvantail, un Joker ressuscité, Harley Quinn…

Mais ce qui suscite le plus d’attention et de rumeurs, c’est bien évidemment la liste des personnes que l’on verra engagées sur ce projet inespéré. Côté acteurs, Warner ayant fait part de son envie de voir un acteur jeune endosser le rôle de Batman, on entend les noms de Joshua Jackson, Ashton Kutcher, Jake Gyllenhaal, David Boreanaz, John Cusack, Guy Pearce, David Duchovny ou encore Cillian Murphy… Même Clint Eastwood sera cité dans les hypothèses à une époque où l’on a cru que le film parlerait d’un vieux Bruce Wayne… Sur un plan plus féminin, Natalie Portman et Sarah Michelle Gellar font partie des actrices envisagées dans ce projet. Le choix du réalisateur s’avère aussi délicat et sujet à de folles hypothèses : Clint Eastwood (encore lui), les frères Wachowski (qui auront finalement préféré s’attaquer à leur trilogie Matrix)…

christopher-nolan-realisateur-de-la-trilogieFinalement, le film est produit en 2005 et les noms définitifs sont enfin connus : Christopher Nolan à la réalisation, Christian Bale pour Batman, Gary Oldman pour Gordon, Michael Caine pour Alfred… Des noms finalement assez peu connus du grand public pour la plupart (mis à part Michael Caine, Gary Oldman et Morgan Freeman, on ne connaît pas grand-monde ici à l’époque) alors qu’ils sont déjà associés à plusieurs succès. Nolan a été le réalisateur talentueux de films assez confidentiels (mais depuis devenus recherchés) comme Following – Le Suiveur (1998) ou Memento (2000) mais aussi et surtout du thriller Insomnia (2002) qui lui vaut un certain renom. Christian Bale quant à lui s’est fait connaître grâce à des films comme American Psycho (2000), Le Règne du Feu (2002) ou encore The Machinist (2004)…

Batman, sauvé du bide.

Le film, d’un budget de 150 000 000 $ (preuve que l’on fait vraiment confiance à Nolan pour redorer l’image du super-héros), sort le 15 Juin 2005 et se place immédiatement en tête du box-office américain, où il rapportera finalement 205 343 744 $ sur toute la durée de son exploitation. Mondialement parlant, Batman Begins est un succès que l’on n’espérait plus : 371 853 783 $. Christopher Nolan a réussi son coup avec un brio incontestable.

batman-begins-2005-61-gMais surtout, ce qui a fait la réussite de ce reboot, c’est sans doute l’approche que le cinéaste a eu de cet univers. Il a repris Batman et l’a complètement refondu. S’il se rapproche de celui forgé par Tim Burton à l’époque, il donne une identité propre à ce qui s’avèrera être une nouvelle saga. Nolan a fait de Batman ce qu’il a toujours été finalement : un être en quelque sorte schizophrène (fait accentué par la voix rauque qu’il fait prendre à Batman) dont la personnalité n’est pas entière quand il est Bruce Wayne, ni quand il est Batman. Non, ce n’est pas réellement un personnage binaire car celui qu’il est vraiment se situe quelque part entre ses deux identités propres. Mais il n’y a pas que le personnage de Batman qui a bénéficié de cette refonte. Tout son univers est retouché, à commencer par Gotham City. Celle qui était devenue une ville bariolée et grotesque est redevenue la cité moderne qu’elle se doit d’être. Plus contemporaine, elle reprend elle aussi du poil de la bête et devient bien plus réaliste que jamais. Car le réalisme est le maître-mot de ce nouveau film (et de la saga qui va avec). On est là dans un univers proche du nôtre, avec les dangers que notre monde connaît. Par exemple, les méchants ne sont plus des méchants : ce sont des terroristes (le terme est employé plus d’une fois dans la saga), même si on retrouve toujours l’Epouvantail, le Joker ou, plus récemment, Bane. Ce dernier n’est d’ailleurs plus ce que Schumacher en avait fait (à savoir une sorte de catcheur ridicule) mais redevient le criminel que l’on connaissait (les transfusions en moins).

"The Dark Knight Rises" New York Premiere - Inside ArrivalsSuites et fin…

Fort de ce succès qui fait oublier les échecs connus 10 ans plus tôt, Christopher Nolan rempile logiquement. C’est ainsi que Warner lui donne la possibilité de réaliser les deux suites que le cinéaste espérait mener à bien. La première sera l’incontournable The Dark Knight – Le Chevalier Noir, sorti en 2008. Très attendu par les spectateurs, ce deuxième volet ne devait pas faire moins bien que le précédent, le risque étant trop grand de perdre des spectateurs qui, bien que parfaitement convaincus par le premier volet, ont encore en mémoire les déboires de Schumacher. Heureusement, Christopher Nolan a du talent. Tout le casting de Batman Begins, à l’exception de Katie Holmes, remplacée par Maggie Gyllenhaal, est de retour et s’étoffe encore un peu plus avec l’arrivée de Heath Ledger dans le rôle du Joker. Avec cette première suite, le constat est simple et efficace : 180 000 000 $ de budget et 1 001 766 850 $ de recettes. The Dark Knight explose tout ou presque, se plaçant aisément en 2ème position des films les plus lucratifs sur le territoire américain et en 4ème place dans le même classement à échelle mondiale. Ce que Nolan avait fait de bien auparavant, il l’a repris ici et l’a transcendé.

wz_heath_ledger_the_dark_knight_batman_t4t3yht58Il construit peu à peu une légende, un mythe exceptionnel qui place la barre très (très) haut. Tout est parfaitement maîtrisé dans ce film où le réalisme reste toujours présent et où la peur, thème du premier épisode, laisse la place au chaos. Cette fois c’est sûr, Batman n’a plus rien à craindre. Oubliées les erreurs de Schumacher, le super-héros revient sur le devant de la scène et inspire ses camarades. Spider-Man, Superman, les Avengers (ensemble ou non)…tous passent ou vont passer à la moulinette du cinéma hollywoodien de cette décennie. Nolan a lancé un mouvement d’une ampleur exceptionnelle.
Mais comme tout a une fin, le 25 Juillet 2012 est sorti The Dark Knight Rises, dernier opus de la trilogie de Nolan qui, entre ses différentes bat-aventures, a tout de même tourné Le Prestige et Inception, deux succès également. Pour un budget de 250 000 000$, cette dernière aventure de Batman devant la caméra de Christopher Nolan fera comme son prédécesseur et dépassera le milliard de dollars (1,084 milliards $ pour être exact). Christopher Nolan conclut sa trilogie en poursuivant le schéma qu’il a commencé à tracer dès le premier film. Batman est plus seul et brisé que jamais et Gotham City est au bord de l’implosion. Le cinéaste a définitivement réussi à remettre Batman sur le piédestal qu’il mérite. Et si l’on sait aujourd’hui que Nolan et  Christian Bale affirment en avoir fini avec l’homme chauve-souris, on ne peut que les remercier d’avoir su en faire ce héros inoubliable.

The-Dark-Knight-Rises-3Christopher Nolan a donc été l’homme providentiel qui a su remettre la machine en marche à plein régime pour faire de sa trilogie un succès critique et commercial, ce qui n’était plus le cas depuis plus de 10 ans. Si l’on ne peut pas oublier l’œuvre accomplie par Tim Burton autour du héros, celle de Joel Schumacher le sera facilement face à cette débauche de talent et de spectacle tant attendue.

Lire la suite : L’après Nolan

Publicités

3 réflexions sur “Christopher Nolan, l’homme qui a sauvé Batman

  1. Pingback: L’ère Schumacher ou Batman au fond du trou… | Tranches de Ciné

  2. Eh beh, j’ai tout lu de A à Z et c’est un excellent dossier ! Je dois avouer que je n’étais pas une experte en Batman, enfin, je savais ce que la plupart des gens savaient, quoi : les derniers films de Nolan, Burton, Nicholson et… George Clooney. Le Batman et Robin est, je crois, le seul film devant lequel je me sois endormie. C’était « the pimple on the ass of a mediocrity », pour reprendre une citation que j’adule. À l’inverse, The Dark Knight fut le premier film que j’aie vu deux fois au cinéma (le deuxième étant Skyfall) ! Britain for the win!

    J’ai appris des choses intéressantes, en tout cas. 🙂 Pour ce qui est d’avoir donné le la aux films de super-héros, je me demande si ce ne fut pas d’abord X-Men (2000) et Spider-Man (2002) qui lancèrent la mode. Mais il est clair que Batman Begins a de toute façon marqué de son empreinte le genre, surtout par rapport aux films plus sombres.

    J’attends la suite du dossier, en tout cas ! J’imagine que tu vas parler de la récente annonce des prochains films avec Batman et Superman dans une même production. Je ne sais pas si tu as vu le logo, je le trouve pas génial : http://i.imgur.com/JKmNXvj.jpg ; je préfère les concept arts des fans, pour le coup ! Comme http://i.imgur.com/DPlZbHd.jpg par exemple. Enfin, nous verrons !

    • Je suis content que tu aies apprécié ce dossier. Il n’a pas de grandes ambitions mais ça me faisait envie de faire une rétrospective sur le Batman cinématographique. Si tu as appris des choses en lisant ces lignes en tous cas, c’est l’essentiel ! 🙂

      Les X-Men et Spider-Man ont effectivement été de grosses machines qui ont largement contribué à populariser les super-héros au cinéma. Mais « Batman Begins » a posé les bases de quelque chose d’extrêmement construit et qu’on retrouve finalement dans quasiment tous les films de ce genre depuis (jusqu’à l’overdose ?).

      Quant aux récentes annonces de Warner, elles sont assez costaudes mais du coup, je dois revoir toute la conclusion de mon dossier… Haha !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s