Déjà Vu, Tony Scott, 2006

Déjà Vu, film policier de Tony Scott. Avec Denzel Washington, Val Kilmer, Paula Patton, Jim Caviezel…
La note du Koala : 2,5/5

DEJA VULe pitch : Le jour du Mardi Gras, un ferry explose à La Nouvelle-Orléans, tuant plus de 500 personnes. Doug Carlin (D. Washington), agent de l’ATF, enquête sur cette affaire. Ce travail l’amènera à entrer dans l’équipe de l’agent du FBI Pryzwarra (V. Kilmer), qui dispose d’un outil leur permettant de visionner des évènements produits dans le passé afin de trouver l’identité du terroriste.

La critique : Le mélange polar/SF est un genre qui, au cours des 10 dernières années s’est assez développé. On l’avait plus ou moins découvert avec le Minority Report de Steven Spielberg en 2002 et il a de nouveau fait parler de lui en 2011 avec le Source Code de Duncan Jones. Tony Scott avait aussi fait le pari de lier ces deux univers. Verdict ?

DEJA VUSi Déjà Vu part sur une idée très intéressante, il perd des points en cherchant à former quelque chose de complet et complexe. Cette volonté est tout à fait louable évidemment mais je regrette que les éléments d’explication du phénomène et du système « Blanche-Neige » soient si mal présentés et expliqués. J’ai l’impression que les personnages parlent entre eux sans chercher à faire entrer le spectateur et à aider ce dernier à comprendre. Tout va vite dans le propos et j’avoue avoir été parfois un peu perdu… Et Denzel Washington a beau jouer le rôle d’un homme comme vous et moi qui n’y connaît absolument rien en modification de l’espace-temps, en trou de verre et autres concepts de physique quantique, il n’arrive pas à faire passer la pilule. Alors, évidemment, en étant attentif et en suivant le film, tout finit par s’éclaircir de lui-même mais on est déçu d’avoir vu passer une scène de près de 10 minutes au cours de laquelle on se perd dans les explications qu’on nous apporte. Quand on veut monter un raisonnement de ce type, il ne faut pas oublier que le spectateur n’est pas dans la tête de ceux qui l’ont imaginé.

deja vu testEn fait, la quasi totalité des 20 premières minutes est assez lassante. Les personnages passent une grande partie de cette durée à observer grâce à leur machine les faits et gestes de Claire (Paula Patton) mais il ne se passe rien de plus. Alors, encore une fois, il est vrai que tout ceci n’est pas dénué de sens et ces observations permettent de découvrir un certain nombre de détails qui se révèleront plus ou moins importants par la suite mais c’est trop long. Je crois qu’on peut dire que ce film perd en fait beaucoup de points sur son équilibre, ou plutôt son déséquilibre. Malgré cela, la trame principale du film tient assez bien le spectateur en haleine et, de ce point de vue, le scénario n’est pas trop mal ficelé. On reste toutefois, à titre global, dans le domaine du moyen…

deja-vu-2006-56-gEt avec un scénario un peu bancal, on peu espérer rattraper ça avec un casting de premier choix. Denzel Washington n’est d’ailleurs pas trop mal, à peu près comme à son habitude. Il oscille quelque part entre le suffisant et le banal mais réussit tout de même à livrer une prestation sans réelle fausse note. Val Kilmer, lui, n’est pas assez présent pour qu’on puisse porter un réel jugement sur lui. J’ai finalement l’impression qu’il n’est ici que par son nom. Avoir Val Kilmer dans son film, c’est toujours assez bien vu (quoique…). Mais son jeu reste trop plat, ce qui l’efface derrière des seconds rôles pas forcément mieux interprétés mais au moins plus visibles. Paula Patton quant à elle semble s’en tirer un peu mieux mais j’ai le sentiment qu’elle a fait avec les moyens du bord, à savoir un personnage pas trop bien écrit mais dont l’histoire pouvait permettre quelques bons coups. On la préfèrera dans Mission Impossible – Protocole Fantôme.

Finalement, tout est moyen dans ce film pourtant prometteur sur le papier. Le film n’est ni ennuyeux, ni formidable. Les acteurs ne sont ni bons, ni mauvais. La note n’est ni au-dessus, ni au-dessous de la moyenne.

Le « Oh, au fait ! » :
Le film, tourné peu après le passage de l’ouragan Katrina sur La Nouvelle-Orléans, est dédié à la population de la ville.

Avec Déjà Vu, Tony Scott signe sa sixième collaboration avec Jerry Bruckheimer (Top Gun, USS Alabama…) et sa troisième avec Denzel Washington après USS Alabama (1995) et Man on Fire (2004).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s