Le Cercle des Poètes Disparus, Peter Weir, 1989

Le Cercle des Poètes Disparus, comédie dramatique de Peter Weir. Avec Robin Williams, Robert Sean Leonard, Ethan Hawke, Gale Hansen…
La note du Koala : 5/5

le.cercle.des.poetes.disparus

 

Le pitch : L’Académie de Welton est réputée pour être l’une des plus prestigieuses écoles préparatoires des Etats Unis. En 1959, elle accueille un nouveau professeur de lettres, lui-même diplômé de cette école : John Keating (R. Williams). Rapidement, ses élèves découvrent ses méthodes peu conventionnelles et finissent pour certains par se prendre d’admiration pour ce professeur. C’est notamment le cas de Neil Perry (R.S. Leonard), Knox Overstreet (J. Charles), Charlie Dalton (G. Hansen) ou encore le nouvel élève Todd Anderson (E. Hawke). Ensemble, ils vont reformer le groupe de poésie que John Keating avait lui-même formé lorsqu’il était étudiant : le Cercle des Poètes Disparus.

La critique : Le Cercle des Poètes Disparus est sans aucun doute l’un des films les plus émouvants que j’ai pu voir. Il m’arrive parfois de penser ou dire que tel ou tel film ne peut pas laisser indifférent mais, le plus souvent, cette impression est plus due à un rapport personnel au film en question qu’à un réel champ d’émotion que nous offrirait ce film. Avec Le Cercle des Poètes Disparus on est justement dans ce deuxième cas. L’émotion est là du début à la fin et touche tout le monde à un moment ou à un autre.

dead_poets_society1Cela est peut-être dû aux personnages que l’on rencontre. Ces jeunes étudiants épris de liberté qui se retrouvent écrasés par le poids de cette institution que représente cette école mais aussi par le poids de leurs propres parents qui les poussent sans cesse à toujours se surpasser. Le scénario est d’ailleurs tourné de façon à ce que l’on supporte de moins en moins (à l’image des personnages) cette forme d’oppression car, à mesure que Neil et ses camarades prennent goût à la poésie et à la liberté, elle nous apparaît de plus en plus insoutenable. Cette sensation d’oppression est d’ailleurs particulièrement illustrée pour le personnage de Neil, interprété par un Robert Sean Leonard très talentueux.

neil-dead-poets-society-1061745_1259_709Pour être franc, l’ensemble du casting est bon. Robin Williams, évidemment, est gigantesque dans ce rôle de professeur amoureux de la poésie et qui va insuffler chez ces étudiants uns soif de liberté qu’ils n’avaient jamais ressentie auparavant. Il laisse passer une telle conviction dans son regard que chacune de ses répliques devient une nouvelle occasion de mesure toute la dimension de son jeu. Ethan Hawke est, pour son troisième rôle au cinéma (après Explorers  en 1985 et Lion’s Den en 1988), lui aussi surprenant. Il nous offre sur un plateau ce personnage si triste de Todd Anderson, sans doute le plus étouffé par la rigueur de l’académie.

Aucun des personnages ne nous laisse insensible finalement, ce qui rend l’histoire encore plus prenante. On veut les voir réussir là où leur bonheur est en jeu.

Le Cercle des Poètes Disparus est, à n’en point douter, un des plus beaux films que l’on puisse voir.

Le « Oh, au fait ! » :
Liam Neeson aurait pu être John Keating mais lorsque le poste de réalisateur a été attribué à Peter Weir (et non à Jeff Kanew comme prévu initialement), c’est Robin Williams qui décrocha le rôle.

Le roman du même titre, écrit par Nancy H. Kleinbaum, n’est pas à l’origine du film. C’est en fait l’inverse : le roman a été publié un an après la sortie du film.

Bien que nominé pour les quatre Oscars du Meilleur film, du Meilleur acteur pour Robin Williams, du Meilleur réalisateur pour Peter Weir et du Meilleur scénario original pour Tom Schulman, Le Cercle des Poètes Disparus ne reçu que cette dernière récompense.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s