Les Seigneurs, Olivier Dahan, 2012

Les Seigneurs, comédie de Olivier Dahan. Avec José Garcia, Omar Sy, Gad Elmaleh, Ramzy Bedia…
La note du Koala : 2/5

Les-Seigneurs_portrait_w674Le pitch : Ancienne gloire du football, Orbéra (J. Garcia) est désormais alcoolique et son droit de garde sur sa fille va lui être retiré. Pour empêcher cela, il accepte de devenir l’entraîneur du club de Molène, une petite île de Bretagne. Dans cette équipe, tout est à faire et, pour essayer de construire quelque chose, Orbéra va faire appel à d’autres grands noms du foot.

La critique : Surfant sur l’engouement généré par la multiplication de ce que l’on appelle les petits poucets en Coupe de France, Olivier Dahan dessine ce que pourrait être le destin de l’un de ces clubs.

les-seigneurs-26-09-2012-5-gDu coup, l’idée de départ est sympa. Tout ça sent la comédie légère, sans prise de tête avec l’éternel choc des cultures. Et ce sentiment se confirme avec les premières minutes du film. L’histoire démarre bien, elle s’installe correctement et j’avais le sentiment que ça allait durer. Et puis non. Peu à peu, le scénario, sans être complètement vide d’idées, s’étiole et s’appauvrit. On sent que l’on a cherché à développer des idées intéressantes mais finalement, je n’ai pu que constater un certain manque d’originalité. Le problème je trouve, c’est qu’il y a trop de personnages de premier plan, en particulier en ce qui concerne les joueurs qu’Orbéra va recruter. Ces personnages là ont tous un ego surdimensionnés et il s’agit d’équilibrer les choses afin qu’il n’y en ait pas un qui écrase et efface les autres. Malheureusement, cela a pour conséquence de passer d’un personnage à l’autre de manière trop hachée et sans réel lien. On parle cinq minutes de la violence de l’un et on va tout de suite revenir sur la dépression de l’autre. C’est comme ça du début à la fin et ça créé un rythme, certes existant, mais franchement agaçant.

test-film-les-seigneurs-omay-sy-jose-garcia4Au milieu de cela, l’histoire se déroule, presque sans grande conviction. Elle se laisse quand même regarder et j’ai passé un assez bon moment. J’ai trouvé ça drôle quand il le fallait (ou presque), je me suis pris au jeu de savoir jusqu’où ils allaient aller, etc. Mais l’ensemble manquant, encore une fois, d’originalité, on s’amuse sans plus devant cette comédie.

test-film-les-seigneurs-omay-sy-jose-garcia26Côté casting, Olivier Dahan a choisi de réunir du monde, partant du principe que puisqu’il y a beaucoup d’ego dans le film, il doit également y en avoir beaucoup dans les coulisses. Le réalisateur fait donc appel à plusieurs acteurs reconnus : Omar Sy, José Garcia, Franck Dubosc, Gad Elmaleh, Ramzy Bedia, Joey Starr, Jean-Pierre Marielle… On pourrait finalement se dire qu’il y a du lourd mais l’effet est exactement le même que ce que j’ai évoqué plus haut en parlant de l’accumulation de personnages au premier plan. Si, dans l’ensemble, ce gros casting s’en sort plutôt bien, j’ai eu le sentiment que chacun avait un peu de mal à trouver ça place. On est dans la logique « un acteur = un jeu », où chacun reste cantonné dans ses habitudes, ce qui rend la communication entre les différents interprètes parfois hasardeuses. Si je devais donner trois noms pour désigner ceux qui s’en sortent le mieux, je dirais Jean-Pierre Marielle (tu peux pas test), José Garcia (en forme, il faut le dire) et Omar Sy (le plus calme du lot et, par conséquent, le plus juste).

Olivier Dahan signe donc une comédie mi figue-mi raisin de laquelle on peut tirer de bonnes choses (un peu) mais qui peine vraiment à décoller.

Le « Oh, au fait ! » :
En raison de la mise en liquidation judiciaire de la société Quinta Industries, dont l’une des filiales devait se charger de la post-production du film, la sortie des Seigneurs a été repoussée de quatre mois.

Le tournage a été endeuillé par le décès d’Olivier Raoux, chef décorateur, emporté par une crise cardiaque. Il avait déjà opéré sur Les Rivières Pourpres 2 – Les Anges de l’Apocalypse et La Môme, deux films d’Olivier Dahan. Le dernier film auquel il a participé est Sur la Piste du Marsupilami, d’Alain Chabat.

Publicités

2 réflexions sur “Les Seigneurs, Olivier Dahan, 2012

    • C’est le problème d’une certain nombre de films français ces derniers temps (en particulier les comédies). On en parle encore et encore et, finalement, il n’y a pas grand-chose à se mettre sous la dent…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s